Archives mensuelles : juin 2015

Charlie partout, Charleston Nulle Part

Il a tué neuf noirs. Des hommes et des femmes. Croyants. Américains. Chrétiens. Dans une église. Il, c’est Dylan Roof, le tueur. Il voulait une guerre raciale, il voulait faire croire à la suprématie blanche. C’est un jeune homme d’à peine 21 ans. A une époque où les guerres ravagent toujours, où la moindre actualité en rapport avec Daesh mobilise nos ondes et nos gros titres et où les problématiques de lois relatives au terrorisme sont omniprésentes, on pensait avoir eu notre dose de sang. Sauf que là, il s’agit de sang noir qui coule de par la faute d’un blanc. Et ça change toute la donne.

Terroriste ou pas terroriste ? Vous avez quatre heures.

Et oui, car quand l’auteur d’un crime de masse n’a pas la particularité d’être soit noir, soit arabe ou carrément musulman, l’establishment a du mal à choisir ses mots. Pudiquement, on parle d’un déséquilibré, manière assez pompeuse de nous faire croire, implicitement, à un acte presque accidentel. La terreur, dans le grand imaginaire collectif, ne peut être blanche que lorsque le terroriste ressemble à la caricature du fasciste. Sauf que Dylan Roof, en apparence, n’a rien d’un skinhead mais tout d’un jeune homme blanc lambda. Tellement blanc qu’il aura le droit, comme Anders Breivik, à un procès. On juge les malades tandis qu’on abat les terroristes. La différence ? Tuer en scandant “Allahu Akbar” assure une place au premier rang des terroristes tandis que tuer “en silence” n’est qu’un geste de malade. Un terroriste, voyez-vous, c’est un produit terminé, indésirable, irrécupérable tandis que le malade, le déséquilibré, lui, a la chance d’être présenté comme étant un déviant et donc “pas tout à fait responsable”, quelque part. Et quand un tueur bénéficie d’un tel traitement, c’est parce que d’emblée on croit qu’il reste en lui quelque chose de récupérable, quelque chose d’humain et donc, de l’espoir. Vous pensiez qu’un tueur restait un tueur, peu importe ses motivations ou ses méthodes et que la vie de personnes blanches et de personnes noires étaient équivalentes ? Vous vous trompiez. Certains ont même pris le temps d’expliquer en quoi cet attentat était un acte terroriste, c’est pour vous dire. Par contre, lorsque des gens meurent sous les balles de terroristes d’obédience musulmane, le qualificatif de terroriste ne se fait pas attendre… Avez-vous entendu parler du terroriste de la Nouvelle Orléans ? J’imagine que non. Avez-vous également entendu parler de Robert Doggart, cet ex-candidat au congrès US qui prévoyait un massacre ? Là aussi, j’imagine que non. Pourquoi ? Parce que l’establishment a décidé de ne consacrer l’expression “terroriste” qu’à toute personne se réclamant de l’Islam, les autres n’étant que des êtres dérangés.

Je n’ai pas envie d’être politiquement correct. Je n’ai pas envie de vomir le traitement super favorable qui a été accordé à Dylan Roof. Ce soir, je vomis, après avoir tenté de digérer pendant une semaine, le privilège blanc qui s’applique même aux terroristes dès qu’ils ont la chance de ne pas ressembler physiquement et/ou éthniquement aux frères Kouachi ou à Mohamed Merah. L’histoire de Dylan Roof, c’est l’histoire de l’arrogance blanche meurtrière dans sa plus grande folie; c’est l’histoire des privilégiés du nord qui ne savent même plus à quel point ils sont privilégiés tellement ils sont insouciants. Ils vivent dans une société où le référentiel est blanc et où leur identité raciale ne sera jamais un frein à leur ascension dans la société mais se trouvent quand même des raisons de “passer à l’acte”. Ils souffrent, les pauvres. A tel point que la police américaine n’a rien trouvé d’autre à proposer que d’emmener le principal suspect chez Burger King… Qui osera me dire que ce n’est pas là l’expression formelle d’un traitement différencié ?

Les premières analyses parlent de tensions raciales. Les malheureux qui ont perdu leur vie en allant à l’église ne l’ont pas cherché “mais”… Les “tensions raciales”, vous comprenez ? Elles se subissent et Dylan Roof est une victime car il les a subies, le pauvre! Encore une belle façon d’ôter des responsabilités à un meurtrier. Du white washing de base. Implicitement, parler de tensions donne l’impression d’un acte qui n’était qu’inévitable, presque fatal.

Dylan Roof n’était pas un déséquilibré ou un de ces hommes qui souffrent en silence et finissent par craquer. Franchement, dans une Amérique où les blancs et les noirs ne sont pas du tout sur un pied d’égalité réelle et où la violence s’exprime surtout envers les populations racisées, où la police peut tuer des noirs sans jamais être inquiétée, qui peut encore croire aux délires de persécutions d’un mâle blanc de 21 ans ? Mais non, les éditocrates ne veulent pas dire de lui que c’était un terroriste. Sans doute parce qu’on est loin du barbu de banlieue financé par Al Qaeda. Peut être qu’écrire un manifeste plutôt que de se baser sur des écrits religieux trafiqués fait toute la différence… Attendons que les spécialistes se penchent sur la question vu qu’il faille apparemment que l’on se pose la question de savoir s’il s’agit d’un attentat alors que dans d’autres situations, le qualificatif d’attentat ne demande pas autant de réflexion.

L’après Charleston qui n’en fait pas des tonnes…

Contrairement aux attentats contre Charlie Hebdo, les attentats de Charleston n’auront pas bénéficié de débats publics ou politiques. Lorsque des fondamentalistes tuent, on a le droit aux débats sans rapport sur l’intégration, l’assimilation, le communautarisme, la laïcité. Quand un blanc tue, point de débat. On parle vaguement du port d’armes aux USA. Sacré veine pour le “peuple d’en haut”. On concède à demi mot que Dylan Roof soit un terroriste mais sans réflexion sur l’incidence de cet acte sur le monde et le sacro saint “vivre ensemble”. On ne somme aucune bonne âme blanche de se désolidariser du “forcené” juste parce que c’est également une âme blanche. Je repense à Valérie Toranian, qui, dans son édito de la Revue des Deux Mondes et suite aux attentats de Janvier déclarait, que le lien entre les terroristes et l’islam était “réel puisque le réel a bien eu lieu et qu’il s’agit d’actes commis, certes par des fanatiques, mais en invoquant le nom d’Allah”. J’ai un minuscule sourire amusé. J’ai envie de demander à ces bonnes âmes qui en Janvier ne voulaient pas, disent-elles, amalgamer musulmans et terroristes tout en revendiquant une filiation entre les deux, si, à leur tour, elles apprécieraient qu’on n’amalgame pas blancs et terroristes tout en revendiquant un rapport entre les deux. “Je ne te rend pas coupable mais un peu quand même”. J’ai envie aussi, histoire d’inverser les rôles pour ces élites blanches tant habituées à décider pour “les autres” sans les consulter et pour bien les dominer, de vous dire combien vous n’avez rien à voir avec cet attentat tout en vous mettant mal à l’aise en vous plaçant vous et votre identité au centre de toutes les discussions politiques. Toujours dans cette veine, j’ai envie de faire de l’anecdote la plus banale une vérité des plus générales, de parler de vous comme d’un groupe monolithique linéaire et menaçant, de consacrer des articles et des livres à votre intégration foirée, à votre communautarisme “meurtrier”, à vos écoles, à votre façon de voir la vie, bref, vous dire combien vous “n’avez rien à voir avec ça” tout en vous lynchant publiquement, quitte à faire appel à des équivalents blancs imaginaires de Chalghoumi ou Lydia Guirous, en vous vomissant à la face des injonctions du type “Intègre toi” et “vive la liberté”! Toujours pour inverser les rôles et vous accabler alors que vous n’y êtes pour rien, j’ai envie de faire des liens entre l’absence cruelle des blancs dans la dénonciation d’une fumisterie comme Exhibit B, d’y voir là toute l’essence du problème noir/ blanc, voir du choc des civilisations. Et quand ça commencera à retomber un petit peu, j’en rajouterai une couche avec la couverture d’un mensuel bien connu en titrant “ces complices de la négrophobie” où je lyncherai ceux qui ne crient pas assez fort qu’ils n’ont rien à voir avec Dylan Roof. Bref, je ferai tout ce qui a été fait contre les musulmans ces derniers temps suite aux attentats de Janvier mais en prenant cette fois pour cible les blancs, sans jamais leur donner la parole. Entre temps, de nombreux actes de vandalisme et de violence cibleront les blancs sans que jamais les médias ne s’y intéressent. On criera mais personne n’entendra. Alors, vous comprenez maintenant? Vous comprenez la douleur de ceux que l’on identifie à travers ce que 2 terroristes font et à qui on demande de se désolidariser comme si, d’emblée, ils étaient tous solidaires et tous unis avec les terroristes juste parce qu’ils ont la même religion ? Non, vous ne comprendrez jamais car vous ne connaitrez jamais la honte même quand le débat prouve votre inégalité de traitement et votre incapacité à voir la barbarie ailleurs que chez les musulmans.

Où est Charlie ? Et Marianne ?

Pas d’unité nationale pour Charleston. On est sans doute occupés à vouloir noyer le scandale des écoutes de la NSA ou des loisirs du premier ministre payés par le contribuable. Marcher en mémoire à des dessinateurs qui pratiquaient un humour pas toujours bien compris en la présence de chefs d’états aux politiques liberticides qui brillent dans l’art de passer pour des démocrates, c’est bien. Ca fait vendre du papier et des images. Ca occupe une bonne demie page dans les manuels scolaires. Ca en dit long sur ce peuple de France uni contre un ennemi flou, jamais réellement identifié. Les morts de Charleston n’étaient sans doute que des anonymes qui n’ont pas “marqué l’histoire”. Déjà qu’ils étaient noirs! Ca ne fait pas assez rêver. Ca n’émeut pas assez. La priorité, pour les Charlie, en ce moment, pour ceux qui chantaient la marseillaise et vibraient pour l’union nationale, c’est de se planquer. Leur discours a crée un esprit du 11 janvier qui s’est évaporé. La solidarité et la fraternité, l’espace d’un rassemblement, tant que ça n’implique rien d’autre que de crier son droit à la caricature sans jamais envisager d’autres perspectives sur la question, c’est bien sur le moment. Quand il s’agit d’être réellement solidaires et fraternels, à commencer avec les migrants qui, grande surprise, sont majoritairement noirs, plus personne. A croire que les meurtres et les souffrances noires ne déplacent pas des foules et ne mobilisent pas autant car “on” ne s’y reconnaîtrait pas. Ca ne parle pas. Comme pour les meurtres de Chapel Hill. Une fois de plus, l’universalisme s’arrête aux portes de Paris. Pourtant, qu’est-ce que j’aurai aimé voir des hommes politiques comme Netanyahu, défiler en soutien à ces noir-e-s mort-e-s alors que les noirs israéliens vivent actuellement une situation de dominés très comparable à ce que les noirs aux USA ont connu il y a encore quelques décennies! Un autre bal de l’hypocrisie, c’est jamais un divertissement de trop. J’attends l’analyse des plus grands experts auto-proclamés de la liberté d’expression sur ce sujet mais aussi leur avis sur le drapeau confédéré… puisque ces gens se permettent tout!

On évite aussi soigneusement toute comparaison avec la France. On s’autorise à parler de race, de noirs et de blancs aux USA sans se ménager alors qu’un tel champ lexical fait hérisser les poils de nos élites qui elles, pensant être bienveillantes, déclarent toujours “ne jamais voir de couleur”. Degré zéro de la réflexion anti-raciste mais 100% républicaine. On n’aime pas ces mots là. Sauf que utiliser les bons mots, ça serait reconnaitre un problème plutôt que de perdre son temps dans des débats qui ne vont convaincre personne. On pourrait saisir de tels évènements pour bâtir une véritable refonte de société. On pourrait étudier le rapport entre des images collectives qui ciblent les minorités et leur place dans la société. On pourrait également cesser d’avoir recours à des exemples de parcours ” de réussite” pour neutraliser les “échecs” de leurs semblables aussi. Mais non… Ce n’est certainement pas assez vendeur.

Depuis cette attaque et le drame tunisien de cette fin de semaine, je ne cesse de penser à Noam Chomsky et une phrase qui est, hélas, toujours d’actualité : “On ne combat pas le terrorisme avec des armes. On le prive de ce qui le nourrit : la misère, l’injustice, l’arrogance des puissants.” Mais ça, ce n’est malheureusement pas au programme. Pleurons les morts et les inégalités de traitement lorsque la mort frappe les plus faibles. C’est tout ce qui nous reste à faire.

Chrétiens d’Orient, Crétins d’Occident

“Tout le monde passe sa vie à apprendre comment faire du troc : Il suffit de savoir qui a besoin de quoi pour manipuler les gens comme on veut.” écrivait Anita Nair dans L’inconnue de Bangalore en 2013. Et malheureusement, il est triste de constater combien cette simple citation est criante de vérité lorsque le sujet des chrétiens d’Orient est amené sur la table. Parce qu’en occident, après les droits des LGBT en contrée exotique ou les droits des femmes en “terre d’Islam”, il faut encore vendre le choc des civilisations en récupérant à son compte le triste sort d’un groupe plus ou moins minoritaire, à savoir les “Chrétiens d’Orient”.

On découvre un christianisme arabe alors qu’on pensait les arabes comme étant exclusivement musulmans. Mais là, grosse émotion : on a découvert en 2014 les chrétiens d’orient et on s’arrête à ça sans jamais expliquer leur histoire, leurs différences internes et leurs différents statuts selon les sociétés dans lesquelles ils existent. L’expression est sensée “nous parler”, comme s’il s’agissait d’un groupe lisse et uniforme sauf que, pour toute personne un peu instruite sur le sujet, les chrétiens du Liban dans toute leur diversité, ne sont pas les mêmes que ceux d’Irak, de Syrie ou d’Egypte. A l’intérieur des pays dans lesquels ils se trouvent, ils sont tout aussi arabes que les autres croyants et n’ont aucune spécificité particulière à l’exception de leur religion. Malheureusement, l’espèce d’engouement médiatique pour ces minorités occulte cette réalité car on aime se plaire dans l’idée d’un groupe monolithique qui serait devenu la cible prioritaire, voir exclusive des attaques. Dans un occident qui fait encore référence à ses racines chrétiennes pour mieux renier ses musulmans, le sort des arabes chrétiens résonne :  ce sont “nos chrétiens à nous” qui souffrent, de “bons arabes” avec qui la solidarité est presque innée car ils sont chrétiens. La machine est lâchée : on arbore la lettre “nûn” dans son nom sur les réseaux sociaux pour se solidariser des victimes chrétiennes de l’Etat islamique (cette lettre faisant référence aux nazaréens, littéralement “peuple de nazareth” en arabe) et on poste quelques photos d’églises vandalisées. On parle de ces chrétiens du matin au soir, comme s’ils étaient les seuls victimes et sans jamais reprendre l’histoire là où elle a commencé. Non, en occident, on ne fait pas de pédagogie et on présente un tableau qui peut mettre d’accord à peu près tout le monde : les laïques, les islamophobes, les chrétiens les plus fervents et mêmes les athées “bouffeurs de curé” sont submergé d’une émotion jusqu’à présent inédite. A l’UMP (enfin… chez les Républicains…), on se mobilise et à fond. Pécresse et Fillon parlent de minorités persécutées et se demandent même “Si l’Etat français ne se préoccupe pas des chrétiens d’Orient, quel État le fera?”. Le PS se félicite des efforts déployés par la France et appelle la communauté internationale à réagir. Bon, au FN, même si on ne veut pas les accueillir, on veut quand même attirer l’attention sur la situation des réfugiés Syriens chrétiens au Liban. Et les autres groupes religieux ? On s’en fiche.

Une étrange solidarité qui en dit long sur l’idée qu’on se fait de l’Orient…

Parce qu’en réalité, le soutien des occidentaux aux Chrétiens d’Orient n’est qu’un soutien d’occidentaux à d’autres occidentaux mais qu’on voit différemment; en effet, le terme “orient” est complètement figé en occident. Chez nous, Orient veut dire arabo-musulman et rien d’autre. L’Orient, en occident, c’est l’Islam ou, quand on est un peu rigoureux, des Islams. Ainsi, toute personne issue de l’Orient mais étant d’obédience chrétienne est perçue comme occidentale parce qu’on croit encore que le Christianisme est une spécificité occidentale… d’où ce rapprochement avec ces chrétiens d’orient. Inutile de rappeler aux pasionarias de la cause des Chrétiens d’Orient que les trois monothéismes sont nés en Orient et sont donc, avant tout, orientaux, avant de s’être étalés jusqu’en occident. Inutile également de leur rappeler qu’en mettant la focale uniquement sur les chrétiens, on donne l’impression que le sort des autres groupes ne les intéresse pas, voir même qu’il les indiffère. Inutile aussi de leur montrer que cette vague de sympathie pour les minorités chrétiennes donne l’impression, en plein débat sur la laïcité et le communautarisme, qu’on ne s’émeut que du sort de “ceux qui nous ressemblent dans nos racines les plus profondes”. Inutilement également de leur rappeler que d’appeler à la solidarité envers un groupe persécuté qui fuit la guerre alors qu’on refoule sur notre sol des gens qui fuient également des persécutions, c’est juste se moquer du monde. Enfin, inutile de ne pas voir ici une contradiction évidente de la classe politique qui considère communautariste tout soutien à la Palestine (où, curieusement, les chrétiens palestiniens, lorsqu’ils sont victimes des politiques sanguinaires de l’Etat d’Israel n’ont jamais eu le droit à un tel soutien) sans voir dans son soutien aux chrétiens d’Orient un soutien tout aussi… “communautariste” ?

pho604a386a-10e9-11e4-9ed5-8037e64775c4-805x453_1Le Vatican a demandé aux leaders musulmans de prendre position en faveur des chrétiens d’Orient, un peu à la manière de Carayon (UMP) qui avait demandé aux français de confession musulmane de prouver leur “islam modéré” en manifestant en masse. On apprécie le conseil! On peut également demander à tous ces députés émus de manifester leur refus de la violence en se désolidarisant de tous les responsables politiques occidentaux qui ont enclenché des guerres au Moyen Orient, tuant au passage, qu’ils le veulent ou non, des musulmans ET des chrétiens. Et si ces hommes politiques sont tellement émus de la situation actuelle des chrétiens d’orient, pourquoi se bornent-ils à n’en parler que maintenant qu’ils subissent la barbarie de l’Etat Islamique (Daesh) ? Pourquoi ne pas remonter aux origines du problème, à savoir le soutien à des interventions impérialistes, à des régimes dictatoriaux et à une colonisation qui n’en finit plus ? Pourquoi ne jamais dire explicitement que si nous n’avions pas soutenu ces guerres, si nous n’avions pas accepté de danser avec des dictateurs, rien de ce qui se passe actuellement ne s’y passerait ? Pourquoi récupérer de façon aussi fallacieuse le tragique sort d’une partie de l’orient – la bonne car elle pratique une religion “bien de chez nous”, sans halal ni imam – alors qu’il s’agit d’une crise qui n’épargne personne ? Pourquoi choisir nos victimes ? Et surtout, pourquoi entretenir l’idée d’une minorité plus persécutée que d’autres alors que Chrétiens & Musulmans résistent ensemble ? N’est-ce pas là une formidable et presque respectable façon de faire vivre le mythe de la guerre des civilisations ?

Je ne vais pas parler de Gaza. Non pas que je trouve logique qu’on parle de communautarisme toujours pour les mêmes (noir-e-s, arabes et musulman-e-s dans la plupart des cas) et qu’on leur demande de montrer patte blanche alors qu’il n’a jamais été demandé à un seul juif “d’occident” de se démarquer de l’occupation Israëlienne. Simplement parce que les chrétiens de Gaza, qui subissent également des violences, ne sont jamais inclus dans le groupe “chrétiens d’Orient” car leur oppression vient d’un occupant qui n’est pas musulman. Des juifs (Israël) ou des chrétiens (usa) qui buttent de l’oriental, majoritairement musulman, mais aussi chrétien des fois, ça ne plait pas, tout comme des musulmans qui s’entretuent ne font plus vendre de papier et ne font plus pleurer nos politiques. Pourquoi en débattre? On vous parlera de femmes qui se libèrent de la Burqa, de combattantes Kurdes sexy à en réchauffer la banquise et de persécutions atroces commises par des monstres qui osent encore se réclamer de l’Islam car c’est bien ce qui est visé. La seule chose vaguement musulmane qui interesse la populace, c’est un sensationnalisme du plus mauvais goût aux travers d’images chocs montrant la destruction d’oeuvres d’art de l’âge d’or de l’Islam et d’avant. Une belle façon subliminale, en plein débat populaire sur “la liberté d’expression”, de bien montrer la barbarie musulmane dans toute sa splendeur. Les Chrétiens d’Orient permettent également, aux chers peuples démocratiques toujours éclairés, de montrer leur soudaine générosité en terme d’immigration comme on a pu le voir dans le supplément où une famille chrétienne d’Irak est accueillie par une famille française dans le Nord… à une époque où la France expulse comme jamais et sans le moindre complexe et où Eric Woerth joue avec nos instincts les plus bas en mélangeant les concepts d’immigration dite “musulmane” et d’acquisition de nationalité française. Sarkozy compare même l’afflux de migrants à des dégâts des eaux… Sympa. Et après, ils oseront vous parler, la larme à l’oeil, des chrétiens persécutés d’Orient sans rien faire d’autre que d’en parler. On aurait aimer voir nos élites politiques qui font preuve d’un tel humanisme et d’une telle compassion pleurer le sort des Rohingyas qui sont un peuple, musulman cette fois, mais surtout le plus persécuté d’après l’ONU. On aimerait également voir ces personnalités médiatico-politiques de Droite aux USA qui pleurent les massacres de Chrétiens en Irak alors qu’ils ont applaudit la guerre. On aimerait également voir plus de reportages sur les origines du conflit, qu’il s’agisse de la création de Daesh, mais aussi un comparatif un peu plus réaliste entre l’Irak d’avant et l’Irak d’après vu que certains s’obstinent à croire qu’on a bien fait d’aller envahir un pays souverain pour destituer un dictateur “au nom de la liberté” en même temps qu’on se promène main dans la main avec des chefs d’état d’Orient qui sont loin d’être des champions des droits de l’homme ET de la démocratie.

Le Terrorisme, les massacres et les persécutions qui nous intéressent sont ceux qui mettent en scène la domination musulmane

Alors cessons de parler à tout va d’union nationale, d’égalité et de solidarité quand on a encore des réflexes de caste et recours à des expressions comme “chrétiens d’Orient” pour créer des hiérarchies entre les victimes et choisir quel peuple nous émeut prioritairement et comment on va se servir d’un conflit à des kilomètres de chez nous pour mieux manipuler nos peuples. Si on veut nous toucher dans nos émotions les plus profondes, nous toucher dans ce qui nous reste d’humain, commençons par cesser de s’ingérer dans les histoires politiques d’autres pays, commençons par réfléchir et écouter tout le monde avant d’envahir, de coloniser, de déshumaniser et de piller. Et rappelons nous qu’il est facile de nous faire croire en l’idée d’un islam qui aurait le monopole de la barbarie quand on sait que la barbarie de Daesh n’existe pas sans l’Occident, que nos militaires français – et donc engagés en notre nom -, s’en donnent à coeur joie en violant des petits africains, que 9 noirs ont été tués dans une église par un homme blanc sans connexion à un quelconque groupe musulman, qu’un athée à tué 3 musulmans de sang froid au seul motifs qu’ils étaient musulmans, que nous avons – par le biais de nos élus – soutenu les pires opérations, qu’il y a déjà eu cette année des actes de terrorisme mais passés sous silence car non opérés par des musulmans et surtout, que des colons israéliens s’en prennent à des lieux de culte Chrétiens exactement avec la même violence aveugle que l’Etat Islamique mais jamais faire la Une, mais surtout rappelons nous qu’il est facile de présenter des faits pour leur donner une dimension bien spécifique à partir du moment où on est dans une démarche de manipulation des esprits qui ne profite qu’à un tout petit groupe d’individus qui n’a que faire du peuple qui l’a porté dans les sphères les plus hautes du pouvoir.

Maroc Hebdo : Quand les masques tombent…

Impossible de ne pas être passé à côté de cette sordide “actualité” qui a le malheur d’être sur toutes les lèvres. Impossible de ne pas tomber sur quelqu’un, entre la machine à cafés et l’entrée du parking, qui ne soit pas en train de parler de cette honteuse “Une”. Impossible de ne pas avoir le droit, que ce soit lors du déjeuner de midi ou à la pause clopinette/cacahuètes, à un débat presque enflammé sur cette “une” qui mélange savamment des thématiques qui n’ont absolument rien à voir.

Une couverture des plus racoleuses à la mythologie savamment étudiée.

la-une-homophobe-de-maroc-hebdo-fait-reagir_0Sans faire dans le suspense à deux balles, vous devinerez, après avoir lu le titre et l’introduction, que je fais référence à cette “une” scandaleuse de Maroc hebdo. Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vais analyser la couverture car c’est elle qui a cristallisé nos réactions. En accroche, on se demande s’il faut brûler les homos suite au rapport du ministère de la santé sur la dépénalisation de l’homosexualité. Ok. Comme illustration, on fait dans le cliché qui conforte les plus conservateurs dans leur fantasme du péril homosexuel : deux hommes, apparemment “tendres” l’un envers l’autre, au bord d’une piscine. Ils ne sont pas “basanés” donc on peut s’imaginer qu’il s’agit de touristes occidentaux. Pour une personne “franco-française” qui ne connait pas la situation de l’homosexualité au Maroc, cette représentation n’a rien de particulier; comme d’habitude, l’homosexualité est représenté sous les traits d’un couple d’homme heureux, jamais de lesbiennes. Ceux qui ne connaissent pas la situation, ne voient pas le jeu pervers de cette image. En effet, avec cette photo, alimente, de façon subliminale, le rejet de l’homosexualité telle qu’elle est perçue au Maroc; c’est une façon implicite de dire aux marocains que l’homosexualité, pas de ça chez nous, c’est pour les riches occidentaux égarés dans leur luxure, ceux qui, jadis ont colonisé et pillé vos parents (voir même “violé vos gamins” vu l’amalgame qui est entretenu entre pédophilie et homosexualité…). Avec une telle mise en scène, l’homosexualité ne peut être que rejetée puisqu’elle se nourrit des cicatrices encore récentes de l’histoire coloniale. Et Maroc Hebdo, après avoir osé une accroche des plus provocantes et des plus haineuses, ose dire avoir cherché le débat ?

Quand le “Oui mais pour les arabes, c’est différent, quoi!” trahit un rapport de domination non assumé et un universalisme qui n’existe que dans la tête de ceux qui ont décidé de décider pour la planète entière.

En France, l’émotion s’est vite faite entendre sur les réseaux sociaux. En effet, comment rester de marbre quand on lit un tel titre ? Comment ne pas céder à la rage quand on lit de tels propos ? Comment ne pas avoir envie de brûler – à distance – un tel torchon? Cependant, personne n’a lu le contenu de l’article. Je me pose donc des questions : si Maroc Hebdo était Charlie Hebdo, aurait-on eu la même indignation? Certainement pas. On aurait pensé à une couverture provoc’. Il parait que c’est drôle parce que c’est Charlie Hebdo. De ce fait, les limites sont abolies parce que Charlie Hebdo est “dans le camps du bien” et ne peut donc pas, même quand il provoque, être offensant, au seul motif que c’est Charlie Hebdo. Il faut en rire sinon, on nous dira, comme à chaque fois, qu’on ne peux plus parler de rien, qu’on ne peut plus rire, “blablabla liberté d’expression”, etc.. Si Maroc hebdo était Valeurs Actuelles, on s’indignerait. On les taxerait de réac’. Sauf que Maroc Hebdo est Maroc Hebdo; c’est un parfait inconnu dans le monde de la presse française mais que certains s’autorisent à juger sans lui accorder le privilège Charlie (“Charlie Hebdo raciste ? Jamais! C’est de la bonne provocation, pardi!”). A une époque où les médias sont de plus en plus boudés par le peuple, qu’on soit Marocain ou Français, on n’ose pas imaginer, que Maroc Hebdo soit un magazine qui fasse ce qui est très à la mode, surtout chez nous, à savoir de la provocation juste pour vendre du papier. On n’ose pas s’imaginer l’espace d’un instant, que ce titre, n’est qu’une “blague” de mauvais goût juste pour le “buzz”, juste pour “attirer” le lecteur. On accepte largement que des “féministes” se promènent topless pour attirer l’attention mais on n’applique pas cette même règle à un journal qu’on ne connait pas. En ce qui me concerne, je connais Maroc Hebdo. Et surtout, je déteste Maroc Hebdo.

Loin de moi l’idée d’approuver une telle Une que je trouve particulièrement offensante, mais j’avoue être reconnaissant à cette actualité quand je vois ce que révèlent les vagues d’indignation soulevées par cet évènement. Car on en découvre, des comportements jusque là cachés. Les militants français les plus émotifs se lâchent et vous appellent à boycotter le Maroc. Du haut de leur grandeur, ils pensent que se priver de séjours à Marrakech ou à Casablanca y changera quelque chose. Ils pensent peser un poids économique suffisamment lourd pour le Maroc pour que leur boycott s’avère significatif alors que je doute qu’elle profite aux faibles, à savoir aux LGBT. Vous voulez un réel boycott qui ait du poids économiquement (sans preuve de son efficacité) ? Commencez par demander à nos gouvernements d’arrêter le pompage massif des ressources marocaines et passez vous des nombreux produits originaires du tiers monde homophobe. Sans ça, votre boycott, c’est “que d’la gueule”, aussi caricatural qu’un gamin qui boude dans son coin en pensant que cela bénéficierait aux LGBT de “la bas”. C’est d’ailleurs amusant de voir que ce sont ces mêmes esprits qui s’indignaient, au nom de la liberté d’expression, que des musulmans se sentent particulièrement blessés par les caricatures publiées dans Charlie Hebdo. Ces même esprits étaient les mêmes qui, au début de l’invasion de l’Irak par Bush, me disaient trouver inefficace le boycott des produits français exportés aux USA. Alors, ça fait quoi d’être insulté, rabaissé et utilisé pour faire soit-disant avancer le débat comme le prétend le communiqué publié par Maroc Hebdo ?

Il y a le penchant homonationaliste qui se frotte les mains d’une telle Une. C’est une occasion en or pour tout raciste qui saisit toute opportunité de montrer sa supériorité sur les peuples du sud en se vantant de la progression des droits des LGBT occidentaux en comparaison avec ceux des LGBT du tiers monde. Vous pensiez qu’instrumentaliser la Une racoleuse d’un magasine pour basculer dans la haine était réservé aux fanatiques religieux ? Détrompez-vous : certains vont jusqu’à envisager de “pourrir la vie aux Marocains sur le sol français. Notamment en leur coupant les allocs”*. Ce n’est pas de l’intolérance ou du racisme, voyons : c’est bien connu, les marocains qui vivent sur le sol français sont des pompeurs d’allocations, venus uniquement pour les aides sociales, hein. C’est fou combien le fait de constater une injustice peut pousser à soutenir d’autres injustices! J’attends qu’on me démontre quand même, moi le petit ignare, ce que pourrir la vie à des innocents qui se trouvent en France, pourra apporter comme progrès à d’autres innocents aux Maroc. J’aimerais également savoir, si en suivant cette logique, on pourrait envisager de pourrir la vie aux retraités Français vivant au Maroc en leur coupant la longue liste d’avantages dont ils jouissent afin d’améliorer la vie… des chômeurs français, par exemple? Au fait, ça veut dire quoi, “pourrir la vie” ? Parce que, si on s’indigne de l’intolérance de l’homophobie, si c’est pour devenir à notre tour tout aussi “pourris”, cela ne sert strictement à rien… Qu’est-ce qu’on est fiers, quand même, d’être des occidentaux qui vivent dans le luxe d’une homosexualité dépénalisée et d’un mariage pour tous adopté à la majorité ? Même si on a ni PMA, ni GPA ni même réellement fait progresser nos mentalités sur l’homosexualité, que l’homophobie est un vrai problème (la transphobie, n’en parlons pas), on est prêts à se lâcher sur le moindre fait divers homophobe tant qu’il nous permet de montrer au monde entier combien on est ouverts, progressistes et tolérants!

Au delà de cette polémique, ce qui est le plus savoureux, c’est de voir à quel point les masses sont ignorantes. Tout comme pour les droits des femmes, il suffit d’un sordide fait d’actualité pour que les plus idiots d’entre nous prouvent leur ignorance en matière de droits et de libertés. Aujourd’hui, en 2015 et en France, “on” découvre le statut de l’homosexualité au Maroc au regard de la loi. On découvre une seule couverture de magazine homophobe et c’est tout un pays, avec sa communauté LGBT, qui est jeté à la poubelle. Dites, LGBT blancs ignorants, si vous fondez aujourd’hui votre vision de la question homosexuelle au Maroc sur la couverture de Maroc Hebdo pour en conclure que le Maroc c’est l’enfer homophobe, acceptez-vous que l’on considère et résume votre France championne des droits des LGBT comme un pays super raciste si on se base sur la quantité phénoménale de couvertures racistes de magazines ? Comprendriez-vous un boycott massif de pays dont on dépend économiquement – les fameuses pétromonarchies – au seul motif qu’on a vraiment un gros problème avec tout ce qui n’est pas blanc, de culture athée ou judéo-chrétienne ?

En France, on s’émeut de la condition homosexuelle au Maroc. Sans jamais se poser les bonnes questions. Inévitablement, on en vient à parler d’Islam sans aller plus loin. Si l’on souhaite être honnête, au lieu de rabaisser les pays qui n’ont pas la même “ouverture” que nous, on devrait se rappeler que la dépénalisation de l’homosexualité est encore très récente en France quoiqu’on en pense. On devrait également se rappeler que malgré tout, l’homophobie est encore encrée dans la société française. Ironiquement, on s’émeut de la condition des LGBT du Maroc au regard de la loi sans jamais rappeler que le fameux article 489 n’est qu’un copié collé de l’article 331 du code pénal… français.

L’Avenir, la tolérance et nous

Entre temps, Maroc Hebdo a retiré ce numéro. Les champions de la liberté d’expression s’en félicitent. L’intolérance a été battue. Le débat sur la censure et la divergence d’opinion n’a plus lieu d’être, pour une fois. Quant aux Marocains et aux Marocaines, s’est-on donné la peine de leur demander leur avis ? Pourquoi est-ce que notre journalisme contemporain qui n’hésite pas à donner dans les micro-trottoirs les plus loufoques n’est pas allé “sonder” l’opinion marocaine ? Il devrait car cette triste affaire aura au moins ça de bon : la UNE est majoritairement critiquée sur les réseaux sociaux par les marocain-e-s qui en honte, comme c’était déjà le cas en 2012 lors d’une UNE qui visait les subsahariens (présentés comme un danger…). Sauf que ça, personne n’en parle. Peut être pour entretenir le mythe de ce silence qui approuve?
Je n’ai jamais apprécié cette presse pyromane, qui, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons, a recours à des formules choc pour se vendre. Je n’ai aucun respect pour cette presse qui adore le feu, qui méprise la réalité et se jette dans la tendance de l’instant en dépassant la ligne jaune juste pour se croire pertinente. A une époque où la question LGBT est instrumentalisée partout pour servir d’autres intérêts que ceux des premier-e-s concerné-e-s, à une époque où l’homophobie est presque générale et toujours visible, quel genre de débat peut-on espérer attendre avec une telle couverture ? Au final, plus qu’aux homonationalistes de pacotille, aux militants français LGBT qui se lancent avec prétention dans des campagnes de Boycott (sans pour autant boycotter des pays qui piétinent des droits tout aussi basiques mais qui échappent à toute critique parce qu’ils sont gay friendly), mes pensées vont vers ces LGBT du monde entier qui tentent, par tous les moyens, que cela nous plaise ou non, de survivre. Mes pensées sont pour les LGBT, les minorités, les “moins que rien”, les dépravé-e-s qu’on marginalise quand on ne les brutalise pas, les “déviant-e-s” et tous les damné-e-s de la planète qui luttent à leur façon sans l’intrusion de forces extérieures qui ne sont intéressées que par leur statut de LGBT et rien d’autre.

* : Voir ici les réactions ô combien racistes et effarantes. Vous pourrez lire la prose de Michel Khechab qui veut pourrir la vie des marocains. L’intolérance appelle l’intolérance…

L’As de trèfle qui pique le coeur de Caroline Fourest

Quand la bande de “Sauvés Par Le Gong” profitait de sa célébrité avant de se faire piquer la vedette par Caroline Fourest AKA The Queen Of The World!

C’est elle. The Queen of the world. Si la presse people des années 90 regorgeait de posters de Will Smith, Jason Priestley, Janet Jackson et de  Mark Paul Gosselaar, celle d’aujourd’hui devrait regorger de posters de Caroline Fourest parce qu’elle est tout simplement partout. A la radio, à la télé, sur internet, dans la presse : impossible d’échapper au phénomène Caroline Fourest à tel point que je me demande si nous aurons le droit, un jour, à la barbie Fourest, au parfum, aux casquettes, ou même à la collection de maillots de bains! C’est une journaliste qui aime se présenter comme féministe, laïque, universaliste, antiraciste et qui a des champs d’étude très restreints mais peu importe : l’establishment a fait d’elle une icône qui a presque tous les droits et qui ne se refuse jamais rien. Et, quand on voit que ses idées, voir ses mensonges, sont repris jusque dans la bouche de notre actuel premier ministre, ce n’est pas rien de la présenter comme une célébrité omniprésente et dont l’influence ne cesse de grandir. Et c’est là que les emmerdes commencent… Connaissant les méthodes habituelles de discrédit de Fourest, je tiens à préciser que je ne suis pas et n’ai jamais été fan de Dieudonné, Alain Soral ou Tariq Ramadan. Michel Collon ne m’a pas payé pour écrire cet article et ignore tout de mon existence. Je ne connais pas Poutine et ne travaille pas pour le gouvernement Russe, de même que je n’ai jamais milité auprès d’une quelconque organisation. Je ne suis pas non plus impliqué dans des réseaux louches, bref, je suis loin de l’archétype du grand méchant nazi “islamist friendly”. En revanche, je suis porteur de ma propre voix, de ma propre réflexion dans laquelle des gens peuvent se reconnaitre que cela lui plaise ou non.

Dans le monde médiatique sexiste français, quand on est une jeune journaliste blanche éloquente affiliée à la gauche qui traite de sujets qui ne sont pas encore “mainstream”, on plait. Alors, quand on commence à s’intéresser à l’Islam sous l’angle négatif, c’est à dire comme étant la grande menace qui pèse sur les minorités sexuelles, les femmes et la sainte “République”, vous ne plaisez plus : vous êtes sacralisée par l’establishment. Ajoutez à cela une défense de la laïcité au nom d’une protection des libertés individuelles et un combat caricatural contre le racisme et votre étoile ne cessera jamais de briller. Le Huffington Post, Le Monde, Charlie Hebdo, France Culture, France 2, la revue Prochoix, LCP : voici les maisons de Caroline Fourest.

Premiers problèmes avec l’Islam et premières connivences avec l’Islamophobie

Capture d’écran 2015-05-30 à 20.59.15

Caroline Fourest : A Star Is Born

C’est dans un contexte de guerre contre le terrorisme et d’attentats terroristes que Caroline Fourest fait son entrée sur scène. Ses travaux sur le Pacs et l’intégrisme catholique n’intéressant pas ou alors très peu, il fallait bien s’intéresser à l’islam qui semble être le business de demain. C’est avec le concept d’islamophobie qu’elle a réussi à se garantir sa place au soleil. C’est un terme/concept qu’elle a en horreur. Il faudra donc le ridiculiser car elle cherche à s’éviter toute accusation de racisme. Ainsi, c’est là que lui est venue la folle idée, dans un article de Prochoix de définir l’islamophobie non pas comme étant un racisme dirigé contre les musulmans mais comme étant… une technique visant à empêcher toute critique de l’islam, inventée par les mollahs iraniens en 1979! Aucun document, aucune source, ni citation, ni témoignage ne viendra confirmer cette thèse tirée par les cheveux mais le grotesque mensonge passe à merveille. Il est repris par plusieurs personnes qui, outre le fait d’avoir un peu de crédibilité intellectuelle sont connues pour leur rapport extrêmement critique vis à vis de l’Islam et leur tendance à refuser de le dissocier de l’islamisme: Michel Onfray, Pascal Bruckner et même Anne Marie Delcambre, figure emblématique de cette France qui croit à l’islamisation de l’Europe. En travestissant l’islamophobie, Fourest opère un brillant tour de magie qui permet, avant l’adoption de différentes lois discriminantes envers les musulmans de déligitimer l’islamophobie comme lutte : si vous parlez d’islamophobie, c’est que vous cherchez à piéger le débat, à censurer et pas à parler de racisme. Sauf qu’un paquet d’historiens et, pour le coup, spécialistes de la question réfutent totalement cette définition fantaisiste. Lorsque Fourest est grillée sur cette question, va-t-elle publier un communiqué ? Va-t-elle s’excuser publiquement ? Non. Du haut de sa prétention, elle se contente de tronquer l’article publié dans prochoix pour faire croire qu’elle n’a pas menti : on passera donc d’un article qui dit “Le mot “islamophobie” a une histoire, qu’il vaut mieux connaître avant de l’utiliser à la légère. Il a été utilisé pour la première fois en 1979, par les mollahs iraniens” à une seconde version qui dit que “Le mot “islamophobie” a une histoire, qu’il vaut mieux connaître avant de l’utiliser à la légère. Il a été utilisé en 1979, par les mollahs iraniens …”. C’est un mensonge qui a été relevé à plusieurs reprises mais dont l’auteure n’a jamais eu à répondre. Trop tard : le mal est fait car cette définition bidon qui a été retenu par certains de politiques, notamment à gauche. J’imagine que, prétentieux comme ils sont, ils n’accepteront jamais que l’on vienne leur dire que ce terme est bien plus ancien et qu’il doit plus son existence au racisme exprimé envers les musulmans du temps de la colonisation qu’aux mollahs iraniens! Depuis, Fourest n’a cessé cette guéguerre sémantique ridicule, prétendant à chaque fois que le terme “musulmanophobie” serait plus adéquat pour mettre un terme sur la spécificité du racisme exprimé envers les musulmans. C’est vrai que Mme Fourest, qui n’est ni une spécialiste de l’islam ni musulmane, elle, elle sait ce qui est bon pour les “autres” et mieux que les premier-e-s concerné-e-s. Nostalgie de l’empire colonial ou réflexe de dominante? On dirait…

La fin justifie les moyens

La saison 2004-2005 est la saison qui rend Caroline Fourest presque incontournable. Début de phénomène. Son livre, Frère Tariq, la fait rentrer dans la cour des grands : en s’attaquant au “double discours” de Tariq Ramadan, elle s’attire la sympathie des autres Kings of The World de l’establishment que sont Bernard Henri Lévy ou Alain Finkielkraut. En réalité, son ouvrage est à peu près aussi solide sur le plan intellectuel qu’un exposé d’élève de première. Elle tronque des citations pour en changer le sens, développe des thèses encore plus farfelues que sa thèse sur les origines de l’islamophobie (elle laisse croire que Tariq Ramadan doit son prénom à Tariq Ibn Zyad, le conquérant musulman, c’est vous dire le sens de l’imagination qu’elle a) et surtout ment comme une arracheuse de dents et je vous livre un petit florilège :

  • elle dit d’Alain Gresh, directeur du monde diplomatique, qu’il est un compagnon de route de Ramadan au point de faire de sa publication “le journal du prédicateur” (mensonge : il n’y a qu’à se rendre ici pour voir que Tariq Ramadan n’a écrit que 3 articles pour Le Monde Diplomatique sur une période de plus de 10 ans… un peu léger, non, pour un compagnon de route ? Elle qui est passée 4 fois dans “On est pas couché”, accepterait-elle d’être taxée de compagne de route de Ruquier ? ).
  • elle se trompe volontairement dans des citations; quand elle ne fait pas dire l’inverse de ce qui est dit (notamment sur une décision de justice), Caroline Fourest dit de Tariq Ramadan qu’il a préfacé un livre qu’il n’a jamais préfacé. Elle lui invente aussi un pouvoir, notamment celui de faire annuler les représentations de la pièce Mahomet de Voltaire en Suisse. Sur la base de quelle preuve ? Aucune.
  • elle abuse d’un champ lexical de la terreur tout en faisant de tous ses opposants qui ont, de loin ou de près, côtoyé Ramadan, des complices de l’Islamisme (sur ce point, on pourra dire que le journal Marianne n’a pas innové!).

41VKc5C4AgL._SX258_BO1,204,203,200_Il aura fallu attendre l’année 2009 pour que Tariq Ramadan et Caroline Fourest s’affrontent en tête à tête sur le plateau de “Ce Soir Ou Jamais”. La séquence est, depuis, devenue culte. Caroline Fourest, pour reprendre les propos d’Eric Naulleau, s’est faite “éparpiller façon puzzle”, confuse entre ses mensonges et apparaissant, bien qu’elle se définisse comme féministe, comme étant la moins ouverte des deux. Petit bonus : lors de l’échange, Caroline Fourest s’offusque lorsque Ramadan lui dit qu’elle partage les thèses des néo-conservateurs américains. Elle qui, a, dit-elle, travaillé sur la droite américaine pro-life, elle qui se prétend de gauche devrait être cohérente : Frère Tariq, a été traduit en anglais et publié aux USA chez… Encounter Books. Le nom de cette maison d’édition ne dit rien au grand public mais il s’agit d’une maison d’édition néo-conservatrice, spécialisée dans la publication d’ouvrages particulièrement virulents envers l’islam et dont le patron n’est que David Horowitzun islamophobe militant, proche d’autres islamophobes tels que Pamela Geller (miss concours de caricatures), Robert Spencer et… Geert Wilders! Outre manche, son livre a également été publié dans une maison d’édition bien à droite, à savoir la Social Affair Unit qui s’était fait repérer en 2006 à cause d’une controverse liée à un article particulièrement islamophobe que Riposte Laïque ne renierait pas… Dans le même genre, Fourest est signataire d’un article, The War for Eurabia”, publié dans le wall street journal où elle dit que les intégristes musulmans profitent en Europe de “la liberté d’expression et de la démocratie, ainsi que de l’incapacité des immigrés arabes à s’intégrer… Alors Caroline Fourest, la fin justifie les moyens ? On se dit “antiraciste” en France sans se soucier d’avoir des idées reprises par des racistes de l’étranger ? On critique les “doubles discours” des uns sans regarder ses propres doubles discours et incohérences? Et, malheureusement, ce double discours, PERSONNE n’a su l’exposer ou en parler à la principale concernée. Pas un seul article de presse français, de droite comme de gauche, n’a jamais abordé cette bizarrerie. L’idée d’un Tariq Ramadan qui a un double discours est, grâce au “travail” de Fourest, une idée largement répandue et acceptée dans la presse française tandis que les doubles positions politiques de Fourest ne sont jamais évoquées. S’est-on déjà donné la peine d’étudier cette “zone d’ombre” ou a-t-on préféré ne pas froisser la journaliste star, de peur qu’elle dise que ça la “fait chier de parler à des gens aussi cons” quand on a le malheur de lui présenter la vérité et la mettre face à ses contradictions ?

The Queen Of The World

Plus rien n’arrête la machine Fourest. Elle est employée par Charlie Hebdo où elle sera le bras droit de Philippe Val et sera l’une des protagonistes du fameux “procès des caricatures”. Elle publie La tentation obscurantiste. Un carton. Et là, c’est le drame : dans l’ouvrage, elle s’en prend à cette gauche qui serait, selon ses mots, très complaisante vis à vis de l’intégrisme musulman. Tout en opérant un brillant tour de passe passe qui mélange antisémitisme et antisionisme mais invalide également les luttes contre l’impérialisme qu’elle taxe de communautariste et d’intégriste, elle règle ses comptes. C’est avec ce livre que le style très “doctrine Bush” de Fourest s’installe : elle, elle est bien, elle est universaliste, démocrate et laïque et ce sont ceux qui ne sont pas d’accord avec elle, ceux qui “pensent mal”, qui sont en tort. Vous êtes avec elle, la démocrate, ou contre elle. Mais que ferions-nous sans Caroline Fourest ?! Conséquence : elle reçoit le prix du livre politique en 2006. Jean Baubérot, Bruno Étienne, Franck Fregosi, Vincent Geisser et Raphaël Liogier publient une tribune baptisée Les lauriers de l’obscurantisme pour exprimer leur surprise quant à cette victoire. Ils expriment des idées particulièrement pertinentes, à savoir que ce livre s’inscrit dans cette triste tradition qui consiste à “condamner ceux qui refusent de se plier au moule de leurs catégories sectaires”. Pour eux, la tentation obscurantiste ne fait que ceux que certains essayistes ont déjà fait par le passé, à savoir jeter “en pâture des listes de personnes accusées de “trahir les idéaux de la République” et d’être les “faire-valoir du radicalisme islamique”.

Depuis, plus rien ne l’arrête. Elle est sur tous les plateaux. Son féminisme est un féminisme qui ne réagit que sur les questions liées de loin ou de près aux musulmans, à leur pratiques barbares. Si les croyants, en particulier musulmans,  ne se plient pas mot à mot à sa vision de la laïcité dont elle s’est érigée abusivement comme spécialiste, c’est parce que ce sont des islamistes et donc un danger qu’il faut combattre. Caroline Fourest flatte cette France lâche, mais de gauche, qui ne se voit pas à Droite. Elle est “le courage” qu’il manquait. La résistance face à l’intégrisme, majoritairement musulman, qui menacerait la laïcité. Quand sa sacro sainte tentation obscurantiste est critiquée par Pascal Boniface qui lui consacrera également un chapitre dans un livre, la reine de la liberté d’expression, du blasphème et de la critique, ne l‘entend pas de cette oreille. Elle le disqualifie en l’accusant d’à peu près tous les maux de la planète : elle parle d’un homme qui “passe son temps en réalité à soutenir des régimes peu recommandables et à attaquer toute personne qui défend la laïcité, l’égalité ou le droit des femmes”, qui laisserait “planer le soupçon que toute personne qui a travaillé sur l’intégrisme, et notamment sur l’intégrisme musulman, est vendue au lobby sioniste” et finit sa tirade en s’interrogeant sur “le financement du laboratoire de recherches” de Boniface. Accabler pour mieux dénigrer. Les accusations sont graves et mensongères. Inutile de préciser que personne n’a osé apporter la moindre contre preuve… Très franchement, toute personne qui connait le travail de Pascal Boniface, que ce soit à travers ses livres ou ses apparitions médiatiques, ne peut que rire de telles accusations. Caroline Fourest prouve là, une fois de plus, que lorsqu’elle est en mauvaise situation, elle n’a aucun complexe à avoir recours à des condamnations sans preuves mais qui, parce qu’elle se croit rigoureuse et pertinente, seraient des vérités inquestionnables. Pour la petite information, le laboratoire de Boniface, l’IRIS, est une association loi 1901, de même qu’il n’a jamais parlée d’elle en tant que “vendue aux sionistes”, qu’il s’est montré critique vis à vis de la laïcité sans pour autant tomber dans une caricature mais ça, Fourest, en tant que journaliste sacrée Reine de l’establishment, elle s’en fiche. La rigueur journalistique, les précisions, elle n’en a que faire. Elle préfère faire dire à ses adversaires (qui ne deviennent ses adversaires que dès qu’ils ne se prosternent pas devant ses “travaux”) ce qu’ils n’ont pas dit, histoire de jeter un discrédit sur eux et s’ériger en intellectuelle face à ceux qui osent la contredire.

Quand on a réussi à symboliser LE journalisme d’investigation, LE journalisme féministe, LE journalisme laïque, Le journalisme anti-intégriste et qu’on est tout le temps présentée comme étant celle qui épouse la cause des justes parce que vous êtes de gauche et que vous ne cessez de parler d’égalité et de présenter ceux qui n’adhèrent pas à vos méthodes et à vos arguments comme étant des ennemis, vous êtes une gagnante. L’establishment adore ces gagnantes et sait les récompenser en leur offrant une visibilité presque aveuglante.

Vers un réveil des consciences ?

Il y a un parfum contestataire qui flotte dans l’air. Tout le monde n’est pas fan de The Queen of the World. Au lieu de couper la tête de ses opposants, elle continue sa route. Et rien ne l’arrête :

  • elle récupère l’histoire de la militante voilée au NPA qu’elle compare aux arabes et aux noirs du FN (en ridiculisant à la foi le voile et le féminisme islamique),
  • lors de son discours au congrès du PS en Décembre 2010, elle réussit à rendre responsable le multiculturalisme d’un ” retour de flamme nationaliste qui peut ravager l’Europe”. Rendre responsables de leur oppression les opprimés, c’ était jusque là du jamais vu ! C’est d’ailleurs lors de ce discours qu’elle évoquera les tournois de baskets réservés aux femmes “pour lever des fonds pour le Hamas” (qui lui vaudra un Y’A Bon Awards). Pour les preuves, vous pouvez repasser mais ça, le public s’en fiche : on applaudit le commissaire Fourest.
  • elle co-signe un ouvrage consacré à Marine Le Pen, sans doute pour rappeler son ancien combat contre le racisme du FN. On pourrait s’en féliciter, étant donné l’aura médiatique dont Caroline Fourest jouit si elle ne se faisait pas magistralement épingler en direct à la télé par Marine Le Pen sur un de ses mensonges dont elle n’a même pas réussi à se défendreA noter : au final, dans l’émission “Mots Croisés”, c’est la popularité de Marine Le Pen qui grandit, à se demander si Joffrin et Fourest n’ont pas fait exprès de d’être aussi nuls et aussi agressifs face à elle.
  • Caroline Fourest produit une série de documentaires hallucinants de mauvaise foi sur les théories du complot mais avec le soutien de la gauche qui ne se désolidarise jamais d’elle, y compris lorsqu’elle manipule les informations et produit des amalgames en toute impunité. Sa cible favorite : ce qu’elle désigne comme étant des théories du complot en ce qui concerne le 11 Septembre. Seule l’association Reopen911 lui a répondu sans qu’elle n’ait jamais à s’expliquer sur ses fraudes.
  • elle s’amourache de la leader des Femen, Inna, à qui elle consacre un livre aux allures de roman à l’eau de rose après lui avoir consacré un documentaire qui est truffé d’erreurs et de mensonges; dans le même temps, des documents mettant en évidence les connivences du mouvement ukrainien avec des mouvements nazis ressurgissent. Réponse hallucinante de l’intéressée : oui, certaines militantes du groupe Femen ont déjà manifesté aux côtés de militants d’extrême droite mais c’était pour demander la libération de prisonniers politiques et au nom de la liberté d’expression. Dans ce cas, pourquoi critiquer la présence d’élus de gauche aux côtés des “islamistes” dans un meeting contre l’islamophobie ? Si elle n’a pas de mal à voir ses Femen fricoter avec des nazis du moment qu’ils ont une lutte noble en commun, peut-être qu’elle pourrait accepter de voir les Verts s’associer avec des membres des Indigènes de la République contre Pegida par exemple ? Où est la différence ? Seul Caroline Fourest le sait!
  • elle prétend, dans une chronique sur France Culture au sujet de la crise Ukrainienne, que des officiers pro-russes sont venus “arracher les globes oculaires avec un couteau”. Ses sources ? Un journal Ukrainien qu’une universitaire et une journaliste lui auraient conseillé. Vive le journalisme amateur. Devant un tel manque de rigueur et de vigilance, le CSA l’a épinglée. Seul Olivier Berruyer a eu l’audace de lui répondre d’une façon extrêmement détaillée et sérieuse, deux qualités qui manquent à son travail de journaliste…
  • Toujours dans une chronique de France Culture, Caroline Fourest se laisse aller à des hypothèses ignobles sur l’agression d’une jeune femme voilée, Rabia Bentot. Outre le fait de vouloir donner dans la caricature à fond les ballons en faisant passer la victime pour le stéréotype de la musulmane voilée soumise à l’autorité de son père qui, lui, est bien décidé à médiatiser l’agression de sa fille, Fourest va jusqu’à parler à la place de la police (c’est une version qui n’a pas arrêté de changer, dont la police d’ailleurs doute. Elle n’exclut pas un règlement de comptes familial, une opération punitive destinée à faire payer à la jeune femme son style de vie, jugé trop libre, ce qui changerait évidemment tout). Exploiter un fait divers pour mieux cracher son venin, exploiter la violence d’une agression pour, au final, remettre en doute l’agression subie par Rabia Bentot. Elle finira par perdre un procès en diffamation, après avoir prétendu l’avoir gagné sur le plateau de l’émission “On est pas couché”, puis avoir prétendu avoir été juste “imprécise”… Par contre, quand Amina, l’ex Femen tunisienne invente une agression, Caroline Fourest vole à son secours sans questionner la véracité des faits qui relèvent en réalité d’un mensonge puisqu’elle a inventé son agression. Certaines victimes sont plus crédibles que d’autres pour Caroline Fourest? On dirait…
  •  Lorsque Lillian Thuram et Caroline Fourest discutent lors du salon du livre politique, elle a le culot de défendre les UNES absolument choquantes de certains magazines. Quand Thuram évoque ces couvertures de revues qui participent à la construction du sentiment de peur contre l’Islam, elle lui répond : “Pourquoi il y avait-il tant de couvertures sur l’Islam ? Est-ce qu’il n’y avait pas une actualité provoquée par des intégristes, des radicaux qui voulaient semer la peur au nom de l’Islam ? Ils ont récolté ce qu’ils voulaient : la peur de l’islam, la stigmatisation des musulmans qui a entraîné la radicalisation de certains.” Argument imparable ! En gros, si j’applique cette logique, les couvertures de magasines antisémites, ce sont les sionistes qui ont récolté ce qu’ils voulaient à cause de la colonisation de la Palestine ?! Petit détail : l’échange est perturbé par un collectif de lesbiennes venues faire un happening en réclamant la PMA dans un brouhaha général. Fourest déclare qu’elles sont “sympathiques”. Quand, plus tard, un homme noir prend la parole “démocratiquement” et parle quelques secondes de la menace qui pèse sur le livre politique en France de façon absolument posée et polie, Fourest le recale sans le ménager : “Est-ce que ça pouvait pas attendre le temps du débat ?! Je vais juste faire une intervention parce que monsieur, vous nous donnez vraiment une occasion d’expliquer ce qu’est, je pense, l’objet de cette table ronde”. Bam, dans les dents! Au pied. Et cela, sans choquer qui que ce soit… Ce n’est pas SON débat à elle mais ELLE a décidé qui pouvait intervenir, entre un groupe de femmes qui agissent comme des furies dans un happening hors sujet (la PMA n’a rien à voir avec le livre politique) et un homme qui parle calmement et en respectant le thème de la table ronde.
  • Les musulmans démocrates dont Caroline Fourest parle ? Bof. Ce sont plutôt des ex-musulmans. Loin de moi tout jugement sur ce que les gens font de leur foi ou sans foi. Parmi ces musulmans, on retrouve Safia Lebdi, qui après avoir été ex pote de Pierre Cassens de Riposte Laïque, ex-membre de NPNS, ex-membre des insoumises et Ex-femen est aujourd’hui membre des ex-musulmans. Ca bouffe à tous les râteliers. Mais aussi  et surtout un certain Waleed Al Husseini dont le livre, Blasphémateur, est, ô surprise, publié chez Grasset comme les livres de Caroline Fourest. Rapidement, on s’arrache l’ex-musulman devenu athée qui remplit les pages de Libération ou des Inrocks. Matine Gozlan, dont les articles trahissent un parti prit sioniste assez inquiétant et une islamophobie presque caricaturale, est également de la partie lorsque se forme le conseil des ex-musulmans à Paris. Voici ce que sont en réalité les musulmans dont parle Caroline Fourest : des athées, voir même des musulmans qui  tiennent des propos sur leur blog qui ont plus leur place dans la rubrique “islamisation de l’Europe” de Valeurs Actuelles mais qui,  parce qu’ils sont sous le parrainage de Caroline Fourest, la laïque progressiste démocrate universaliste, sont des “héros”. D’ailleurs, comment est-ce que Caroline Fourest veut qu’on la prenne au sérieux quand elle se dit anti-raciste et non islamophobe lorsque elle a des islamophobes généralement sionistes dans ses cercles et que son protégé a accordé une interview à Riposte Laïque dans laquelle il déclare que “tous les terroristes sont musulmans. Le problème est dans l’islam, dans les fondements-mêmes de l’islam. Le problème est dans le contenu du Coran et c’est absolument limpide. Celui qui soutient le contraire est aveugle” ? Ne dit-on pas que l’ami de mon ennemi est mon ennemi ?

caroline-fourest-front-de-gaucheJe ne vais pas m’étaler sur les autres mensonges de Caroline Fourest qui devraient, si on avait le temps, occuper à peu près une demie bibliothèque. Quand il est question de la circulaire Châtel, Caroline Fourest exprime sans remords un paternalisme décomplexé envers les mamans voilées à qui elle fait savoir que c’est elle qui mène leur lutte auprès des instances les plus proches du pouvoir. Je ne vais pas non plus m’étaler sur cette volonté de vouloir faire passer tous ceux qui ne sont pas d’accord avec elle comme étant soit des proches de la triade Soral – Dieudonné – Ramadan, soit des “islamogauchistes” tendance Edwy Plenel, Mediaparts, Aymeric Caron et compagnie, soit des militants du front national.  Je ne vais pas non plus m’étendre sur l’idée que Caroline Fourest qui aime se présenter comme démocrate pleure la présence de Tariq Ramadan sur les plateaux de TV alors qu’elle occupe constamment notre champ visuel. Ces méthodes, ainsi que les mensonges et le sensationnalisme à deux balles sont les siennes et malheureusement, personne n’en parle car elle est aujourd’hui présentée à tort comme une héroïne.

J’aimerais que Caroline Fourest comprenne que ses méthodes, plus que ses idées, sont ce que l’on retient malheureusement le plus d’elle. Que la modestie et la vérité manquent à son travail. Que de vouloir décider à la place des musulmans quel mot est à utiliser pour parler de leurs oppressions, c’est, au mieux, condescendant et prétentieux, au pire, paternaliste et colonialiste. J’aimerais également que Caroline Fourest comprenne que lorsqu’on parle de “deux poids, deux mesures” dans ses raisonnements, ce n’est pas pour qu’elle change de sujet et range systématiquement ceux qui ne sont pas d’accord avec elle dans “le camp du mal”. Pour ma part, j’ai la rage la plus profonde envers les groupes violents, qu’ils soient de tendance intégriste ou non, qui passent à l’action ou non mais aussi leurs grands soutiens. J’ai, également, beaucoup de mal à être complaisant vis à vis des invasions, des guerres menées pour des motifs obscurs qui, dans tous les cas, profitent aux puissants et affaiblissent encore plus les dominés. J’ai également beaucoup de mal à prendre la défense ou à accorder un quelconque crédit à celle qui se targue d’être une humaniste mais qui n’a aucun mal à s’entourer de personnes qui ne le sont pas et qui affichent une islamophobie qui n’a rien à envier à Pegida. Jamais je ne pourrais soutenir un quelconque acte qui la viserait car je refuse de tomber dans son piège qui tant à faire passer ceux qui ne s’inclinent pas face à son travail pour des barbares. C’est pour ça que lorsque Civitas ou d’autres groupuscules l’agressent, contrairement à elle, je n’irai pas écrire de chronique pour mettre en doute sa version des faits car je me solidarise toujours des victimes. Je peux largement comprendre qu’elle fasse l’objet d’une protection policière et je suis, sans la moindre ambiguité, contre toutes les menaces dont elle fait l’objet. Je comprends également, qu’en tant que féministe et qu’en tant que lesbienne, elle ait du mal avec la Religion en général mais quand même… flatter la laïcité en la transformant comme outil de combat, pour la diriger vers les musulmans qui sont très très loin des sphères de pouvoir… c’est loin  d’être héroïque. Dans une France où toutes ces questions sont cruciales, où le progressisme semble être la prochaine arme de divisions (comme l’homonationalisme et le fémonationalisme), serait-ce possible d’avoir de réels débats ? Si on se présente comme démocrate et universaliste, serait-ce possible d’être, un jour, confronté-e à ses contradiction et avoir à s’en expliquer ?

Bonus de fin : Devant le succès d’un tel article, je me devais de rajouter un petit bonus. Caroline Fourest & Fiammetta Venner se présentent comme des laïques, des intellectuelles et défendent la liberté d’expression. Ainsi, quand des intellectuels américains (donc le camp du bien) s’opposent à la remise d’un prix à Charlie Hebdo, voici ce qu’en déduit Fiammetta Venner :

Capture d’écran 2015-06-06 à 13.12.53

Ce qui peut se résumer par “vous n’êtes pas Charlie” = vous êtes complices des Jihadistes. Carrément. Donc qu’on ne vienne pas nous dire que ces femmes sont des démocrates qui se battent pour la liberté d’expression quand elles portent des accusations extrêmement graves lorsqu’on a le malheur de ne pas être d’accord avec elles. Mais bon, ça, personne ne leur dira ou alors on s’en tirera par une pirouette mensongère comme face à Aymeric Caron pour aller dire après qu’on a été imprécise parce que… They’re the Queens Of The World !

Source : https://twitter.com/FiammettaVenner/status/592565456130723840

Patric, j’en veux pas… Enfin pas comme ça.

Des fois, il arrive que des gens sortis de nulle part viennent en soutien de luttes qui ne les concernent pas. C’est bien sauf que des fois, ces personnes veulent parler encore plus fort que les personnes directement concernées. On a tous connu cet énergumène blanc venu du fin fond “des lumières” pour apprendre au racisé ce qui est raciste et ce qui ne l’est pas comme on a tous connu ces hommes venus montrer aux femmes ce est sexiste et ce qui ne l’est pas. Merci pour la leçon mais je crois qu’il serait souhaitable que les premières personnes concernées soient écoutées et décident à leur place de ce que représentent leurs luttes, sans qu’une personne dresse un portrait de leur situation à coups de figures de styles qui ont plus leur place dans un roman sentimental que dans une discussion d’ordre politique. Malheureusement, des gens qui peuvent nous sembler “clean” comme Patric Jean peuvent incarner cet archétype du mec blanc moralisateur et engagé sur le papier. Je dois avouer que j’ai du passer par Wikipédia pour en savoir plus sur cet homme dont je n’ai entendu parler de lui que lors des “débats” sur la question de la pénalisation des clients de la prostitution. J’ai entendu parler de “Zéro Macho” et là, foutu pour foutu, j’étais intrigué! Bon, je suis néanmoins ravi de ne pas m’être plus penché sur cette association quand on sait qu’elle compte parmis ces rangs un véritable guignol du féminisme masculin (auquel Patric Jean s’identifie pudiquement en se présentant comme “pro-féministe”), à savoir Christian Delarue. Et quand je lis ses tirades absolument délirantes sur les histoires de jupes ostentatoires, je suis rassuré: je me suis arrêté de me torturer inutilement à temps. En réalité, l’objet de mon texte porte sur le dernier  article de Patric Jean, sobrement intitulé “Les Nouveaux Nazis”. Je ne vais pas y passer par 4 chemins : Patric Jean veut “bien faire” mais il est complètement à côté de la plaque. Le pire dans tout ça, c’est qu’il représente à merveille cette caste qui commente tranquillement une situation qu’il vit de loin, voir de “très loin”, en donnant des leçons mais sans jamais renoncer à ses privilèges.

Autant que je le dise sans détour : Patric Jean n’est sans doute pas raciste mais fait dans l’antiracisme niais. C’est, au mieux, digne de la plume de Nadia Khouri Dagher, au pire, de l’ignorance. Il se demande sur son blog, “comment font les jeunes dits “des banlieues” pour se tenir si tranquilles malgré la violence qui leur est faite. Racisme institutionnalisé, ghettoïsation de la pauvreté, violences policières”. C’est vrai ça, comment font-ils ?! Je lui réponds : ils luttent et la ferment. Quand on parle en banlieue de désarroi, on est tout de suite considéré comme étant dans une démarche de “revendication” mais une revendication perturbatrice car on est des sauvages qui ne savent pas se tenir. Quand on commence à saisir les moyens à disposition, on a le droit à de jolies leçons de morale où le mot “République” est répété à tort et à travers comme pour essayer de colmater ce qui se passe. Enfin, ça c’est dans le meilleur des cas. Généralement, on préfère mettre la focale sur des histoires destinées à divertir ou effrayer les masses comme l’arnaque du communautarisme qui serait une menace sur le “vivre ensemble”. Patric Jean s’improvise psychiatre spécialiste des banlieues en disant que nos pauvres jeunes auraient honte de “ne pas coller au modèle, (…) de ne pas pouvoir consommer selon les injonctions à la mode, (…) d’appartenir à une classe sociale ou de porter une couleur de peau qui fait peur. Cette honte a souvent dégénéré en une haine de soi conduisant toujours aux mêmes conséquences: drogue, alcoolisme, violence contre les siens”. Alors là, n’importe quoi. Patric Jean, vous vous égarez. Pour reprendre les termes des banlieusards que vous ne connaissez pas, vous racontez que de la merde. En banlieue, on a pas honte d’être pauvre, on a mal d’être pauvre. On a mal d’être isolés géographiquement, d’être prioritaire dans les contrôles et les brutalités policières, d’avoir peu de ressources, on a mal quand on entend des injonctions à se désolidariser de terroristes comme si on était, du fait d’avoir une religion en commun, automatiquement solidaires d’actes barbares. On a pas honte d’appartenir à la France d’en bas, la France populaire, on a mal de ne pas pouvoir s’arracher à cette couche pour rejoindre une France qui ne reconnait pas tous ses enfants et qui se refuse à garantir l’égalité des chances. Quand à la couleur de peau…. Désolé mais une fois de plus, c’est du grand n’importe quoi. Personne n’a honte d’être basané car noir ou arabe. Par contre, on a mal de savoir que notre couleur de peau est plus qu’une caractéristique physique sur laquelle on plaque des fantasmes et des peurs; on a pas honte de sa couleur, on a mal de voir que pour ceux qui sont blancs, et qui symbolisent le pouvoir car ils sont la majorité, on est tout un ensemble de choses dégradantes : beur ou beurette, bougnoule, délinquants, intégriste, etc… On a pas de complexes ou de honte par rapport à sa couleur de peau même si elle n’est pas la référence, même si on nous le rappelle implicitement à travers cette façon quasi systématique qu’on nous renvoie à des origines supposées (ce “chez vous” qui désigne un “chez soi” qui n’est jamais considéré comme étant la France). On ne se déteste pas avant de sombrer, fatalement, dans la drogue et l’alcool. Il faut arrêter cet enchainement de stéréotypes qui n’existent que dans les fantasmes les plus fous, bon sang !

Si Patric Jean parle quand même avec un peu de justesse du racisme envers les noirs et les arabes, notamment en parlant de sa mutation en islamophobie sous couvert de laïcité, mais loupe un gros détail : le continuum colonial. Et oui, désolé, mais quand il parle de “ces populations”, il oublie de mentionner qu’elles ont un statut de dominés qu’elles ont hérité de l’ex-statut de colonisés de leurs grands parents. Il oublie de préciser que le premier critère commun dans les affaires d’agressions de femmes voilées en banlieues, de contrôles au faciès, d’accusation de communautarisme et autres condamnations, c’est que l’ennemi désigné et humilié, c’est quelqu’un qui descend de l’histoire coloniale. Il oublie de préciser que lorsque nos politiques daignent s’intéresser à nos banlieues présentées comme en déficit de civilisation, c’est uniquement pour faire des danses du ventre qui n’aboutissent qu’à la création d’associations paternalistes et racialistes (NPNS, Sos Racisme, etc…) ou à récupérer quelques “divers” pour les promouvoir dans des postes à haute responsabilité. Et les revendications des quartiers, on les écoute ? Jamais. On fait du cosmétique : on pioche dans la masse, on prend quelques noirs qu’on met en valeur en pensant que le seul fait de voir des gens issus des quartiers populaires va régler tous les problèmes de ces gens. Non merci.

Comme tout féministe se réclamant de Zéro Macho et donc du féminisme blanc mainstream, impossible pour Patric Jean de ne pas parler du voile lorsqu’on aborde la question des banlieues. Ce n’est pas un cliché, voyons. L’égalité salariale, la PMA, la garde alternée, c’est pas pour les bougnoules, hein. Parlons-leur de ce qui les concerne mais avec condescendance. Patric Jean déplore que “la question du voile a transformé en une semaine des milliers d’hommes en combattants pour les droits des femmes alors qu’on ne les a jamais entendus sur cette question ni avant ni après”. Bon, on lui dit? Premièrement, il parle de milliers d’hommes ce qui est abusif. Patric Jean étant un artiste, je lui pardonne cet excès à moins qu’il soit muni d’un registre avec le nombre exact des “combattants” (pourquoi ne pas parler de défenseurs et utiliser le terme de “combattants” ?). J’ai, en revanche, beaucoup moins de facilité à pardonner le mensonge qui consiste à dire que ces hommes se sont transformés en combattants des droits des femmes. Il faudrait savoir qu’à moins de se déclarer ouvertement féministe / combattant des droits des femmes, aucun homme qui a “défendu” le port du voile ne l’a fait sous l’angle du féminisme. On peut défendre le droit à porter le voile ou n’importe quel autre droit sans s’inscrire forcément dans une démarche féministe, non ? Quant à dire qu’on a jamais entendu ces hommes s’exprimer sur le sujet, il faudrait quand même sortir du monde féérique de Disney et regarder la vérité en face : si les musulmanes qui portent un voile ont été privées de parole car considérées comme étant forcées et/ou sous la coupe des hommes, pensez-vous VRAIMENT que ce sont des hommes qui vont être entendus sur la question ? D’ailleurs, ces milliers d’hommes, vous pensez vraiment qu’ils vont s’exprimer prioritairement sur ce sujet, sachant qu’ils risquent de tomber dans la caricature du “je défends mon droit à voiler les femmes” ? Les principales intéressées sont constamment absentes des débats qui les concerne et vous pensez que ce sont leurs frères, pères, fils, cousins, voisins, amants, copains qu’on va écouter ? Ca la fout mal pour un féministe que de demander aux hommes d’avoir un avis sur des problématiques de femmes à leur place. Ca la fout mal également de les considérer comme des combattant des droits des femmes uniquement sur la question du voile en banlieue et de ne pas en faire de même quand ces mêmes combattants parlent de précarité, de chômage et d’exclusion qui sont aussi des thématiques féministes. Mais puisqu’il le dit… Cela dit, je précise qu’être en désaccord avec une situation ne fait de personne un combattant; c’est non seulement nourrir un mépris sur ce qu’est réellement la lutte que de taxer abusivement de combattant quelqu’un qui a juste une idée différente. Par contre, ce qui serait bien, avant de tomber dans les hyperboles qui donnent à croire qu’il y aura une foule d’hommes venus défendre le port du voile, ce serait aussi de dire comment le voile est systématiquement présenté dans les médias… cela pourrait expliquer bien des choses.

Le reste de l’article aborde la question de la laïcité. Même si je peux reconnaitre certains arguments, j’ai quand même manqué de m’étouffer de rire quand j’ai lu le passage sur le dernier clip de Médine. On dirait que Patric Jean fonde son article sur des bases solides! D’après Patric Jean, Médine “crie maladroitement une haine que nous avions prévue”. Adroitement, ça voudrait dire quoi ? Sans mentionner Caroline Fourest, Nadine Morano ou Copé ? Sans dire la réalité ou en bannissant les “gros mots” parce que ça fait tâche ? A moins que le problème soit le rap? Médine aurait-il dû le faire sur un air d’Opéra ? Pour Patric Jean, le clip de Médine et les thèmes de son titre tombent comme ça. Aucun rappel des faits, ni explication ni retour sur les travaux de Caroline Fourest ou les sorties immondes de Morano ou Copé. Peut être que Patric Jean croit en la haine innée des habitants des banlieues qui rappent en dehors de tout contexte social, juste pour cracher une rage qui sort de nulle part… On voudrait bien des explications mais Patric Jean n’a pas le temps, il faut faire vite car nous allons droit vers le choc des civilisations : “Nous allons donc nous retrouver entre, d’une part les “nouveaux nazis” (le terme s’applique ici parfaitement) et les exclus devenus fous (de dieu). Nous n’aurons pas à choisir un des deux camps. Seulement à subir deux folies qui s’affronteront parce que nous aurons été indifférents ou cyniques.”. Vite, agissons pour la survie du “vivre ensemble”! C’est Patric Jean qui vous le dit. Et avant que le péril islamique ne l’ait emporté, il vous fait prendre connaissance de son plan : “il nous reste à nous les blancs, laïcs, refusant tout racisme et révoltés contre les injustices sociales, à faire savoir que nous sommes là et que nous ne cèderons pas à cette folie qui nous emporte”. Bon. Déjà, je ne vois pas l’intérêt de se présenter comme laïc, du moins dans ce contexte mais pourquoi pas. Après, dire aux habitants des quartiers que vous êtes là, désolé, mais on s’en fiche. “Je suis là pour toi”, c’est la phrase passe partout, super usée, un cliché parmi les clichés. C’est une phrase tout prête, toute faite, à congeler et à décongeler selon les circonstances et qui ne veut absolument rien dire. C’était la phrase de ma meilleure amie qui, depuis, vit à Beverly Hills et n’est là qu’à distance, ce qui est une blague. “Je suis là”, quand on a pas défini le “là” et qu’on s’exprime dans un confort qui n’a rien à voir avec le quotidien des gens dont on parle, c’est inutile. Surtout que, jusqu’à présent, “je suis là” pour les banlieues, bon nombre de gens l’ont dit. On a pas lu de chroniques ou vu de vidéos de Patric Jean dans le procès Zyed & Bouna. On a pas entendu Patric Jean sur le projet de loi d’interdiction du foulard à l’université. Non. Patric Jean quand il se pense “là”, c’est à dire avec les banlieues, c’est pour leur rappeler combien leur sort est injuste avec un article bidon qui a plus sa place dans les pages de Nous Deux que dans une discussion sérieuse. Et si être là pour les banlieues, c’est être là comme vous l’êtes pour les prostituées, c’est à dire taxer d’aliéné-e-s, de taré-e-s, de dominé-e-s qui se contraignent sans se rendre compte les pauvres, avec toute la condescendance du monde, je pense qu’on va s’en passer, hein.

J’aurai adoré écrire un autre article mais malheureusement face à un tel ramassis de bêtises, comment ne pas écrire autre chose ? J’aimerais applaudir un discours d’allié authentique sur les banlieues mais ce que j’ai lu, c’est de la candeur condescendante. Ben ouais, quoi, comment qu’ils font les gens des banlieues pour accepter leur condition, quoi ?! Ils ont qu’à devenir riches, tiens! Je sais bien que le m’expose à une accusation de lynchage (comme Patric Jean l’a fait lorsqu’il a parlé du Y’a Bon Award de Caroline Fourest, partant au passage dans un délire d’histoire de la religion vraiment hors sujet) car c’est le propre des habitants de banlieue : quand on ose affronter ceux qui pensent nous tendre la main, on est “violents” parce qu’on est des sauvages. On ne répond pas, on ne critique pas, non, pour “eux”, on lynche. On est devenus paresseux, menaçants et “des gens avec des revendications politico-religieuses” le jour où on a décidé d’ouvrir nos gueules et de tracer notre propre destinée et c’est là que les emmerdes ont commencé. Sur ce, laissons Patric Jean donner des cours de sociologie de banlieue si ça l’aide à soulager sa conscience. Laissons-le s’exprimer sur le voile, lui qui a la connaissance et la science et qui s’estime tant concerné. Laissons le également nous enseigner la vie, nous les ignares, mais rappelons lui que, quand même, un mec blanc cis qui parle des banlieues, du foulard et de la pauvreté sans expliquer le pourquoi du comment et sans mentionner un seul instant ses privilèges, c’est quand même un truc de bobo bienveillants paternalistes.

PS : Quand Patric Jean ne soutient pas les Femen ou méprise les travailleuses du sexe, il déplore la ré-election de  Netanyahu qu’il impute aux islamistes. Oui, je sais, c’est vraiment du n’importe quoi.

PS 2 : Dans le rayon “vraiment à côté de la plaque”, il n’y a qu’à voir la réaction de Patric Jean sur l’interdiction du film Much Loved au Maroc qu’il interprète comme une censure d’état sur le fait de montrer la violence de la prostitution… Il a tout faux : si ce film a été censuré, c’est pour la bonne et simple raison qu’au Maroc, la prostitution est prohibée et que ce qui est censuré en réalité, c’est le fait qu’il existerait une prostitution mais qui aurait été “abolie”. Cette censure est donc faite pour “rassurer” ceux que l’idée de la prostitution irrite (essentiellement pour des raisons religieuses ou morales) mais aussi pour lutter contre le cliché du Maroc, paradis du tourisme sexuel. Mais bon… puisqu’il vous l’dit…