Archives par étiquette : Dieudonné

L’As de trèfle qui pique le coeur de Caroline Fourest

Quand la bande de “Sauvés Par Le Gong” profitait de sa célébrité avant de se faire piquer la vedette par Caroline Fourest AKA The Queen Of The World!

C’est elle. The Queen of the world. Si la presse people des années 90 regorgeait de posters de Will Smith, Jason Priestley, Janet Jackson et de  Mark Paul Gosselaar, celle d’aujourd’hui devrait regorger de posters de Caroline Fourest parce qu’elle est tout simplement partout. A la radio, à la télé, sur internet, dans la presse : impossible d’échapper au phénomène Caroline Fourest à tel point que je me demande si nous aurons le droit, un jour, à la barbie Fourest, au parfum, aux casquettes, ou même à la collection de maillots de bains! C’est une journaliste qui aime se présenter comme féministe, laïque, universaliste, antiraciste et qui a des champs d’étude très restreints mais peu importe : l’establishment a fait d’elle une icône qui a presque tous les droits et qui ne se refuse jamais rien. Et, quand on voit que ses idées, voir ses mensonges, sont repris jusque dans la bouche de notre actuel premier ministre, ce n’est pas rien de la présenter comme une célébrité omniprésente et dont l’influence ne cesse de grandir. Et c’est là que les emmerdes commencent… Connaissant les méthodes habituelles de discrédit de Fourest, je tiens à préciser que je ne suis pas et n’ai jamais été fan de Dieudonné, Alain Soral ou Tariq Ramadan. Michel Collon ne m’a pas payé pour écrire cet article et ignore tout de mon existence. Je ne connais pas Poutine et ne travaille pas pour le gouvernement Russe, de même que je n’ai jamais milité auprès d’une quelconque organisation. Je ne suis pas non plus impliqué dans des réseaux louches, bref, je suis loin de l’archétype du grand méchant nazi “islamist friendly”. En revanche, je suis porteur de ma propre voix, de ma propre réflexion dans laquelle des gens peuvent se reconnaitre que cela lui plaise ou non.

Dans le monde médiatique sexiste français, quand on est une jeune journaliste blanche éloquente affiliée à la gauche qui traite de sujets qui ne sont pas encore “mainstream”, on plait. Alors, quand on commence à s’intéresser à l’Islam sous l’angle négatif, c’est à dire comme étant la grande menace qui pèse sur les minorités sexuelles, les femmes et la sainte “République”, vous ne plaisez plus : vous êtes sacralisée par l’establishment. Ajoutez à cela une défense de la laïcité au nom d’une protection des libertés individuelles et un combat caricatural contre le racisme et votre étoile ne cessera jamais de briller. Le Huffington Post, Le Monde, Charlie Hebdo, France Culture, France 2, la revue Prochoix, LCP : voici les maisons de Caroline Fourest.

Premiers problèmes avec l’Islam et premières connivences avec l’Islamophobie

Capture d’écran 2015-05-30 à 20.59.15

Caroline Fourest : A Star Is Born

C’est dans un contexte de guerre contre le terrorisme et d’attentats terroristes que Caroline Fourest fait son entrée sur scène. Ses travaux sur le Pacs et l’intégrisme catholique n’intéressant pas ou alors très peu, il fallait bien s’intéresser à l’islam qui semble être le business de demain. C’est avec le concept d’islamophobie qu’elle a réussi à se garantir sa place au soleil. C’est un terme/concept qu’elle a en horreur. Il faudra donc le ridiculiser car elle cherche à s’éviter toute accusation de racisme. Ainsi, c’est là que lui est venue la folle idée, dans un article de Prochoix de définir l’islamophobie non pas comme étant un racisme dirigé contre les musulmans mais comme étant… une technique visant à empêcher toute critique de l’islam, inventée par les mollahs iraniens en 1979! Aucun document, aucune source, ni citation, ni témoignage ne viendra confirmer cette thèse tirée par les cheveux mais le grotesque mensonge passe à merveille. Il est repris par plusieurs personnes qui, outre le fait d’avoir un peu de crédibilité intellectuelle sont connues pour leur rapport extrêmement critique vis à vis de l’Islam et leur tendance à refuser de le dissocier de l’islamisme: Michel Onfray, Pascal Bruckner et même Anne Marie Delcambre, figure emblématique de cette France qui croit à l’islamisation de l’Europe. En travestissant l’islamophobie, Fourest opère un brillant tour de magie qui permet, avant l’adoption de différentes lois discriminantes envers les musulmans de déligitimer l’islamophobie comme lutte : si vous parlez d’islamophobie, c’est que vous cherchez à piéger le débat, à censurer et pas à parler de racisme. Sauf qu’un paquet d’historiens et, pour le coup, spécialistes de la question réfutent totalement cette définition fantaisiste. Lorsque Fourest est grillée sur cette question, va-t-elle publier un communiqué ? Va-t-elle s’excuser publiquement ? Non. Du haut de sa prétention, elle se contente de tronquer l’article publié dans prochoix pour faire croire qu’elle n’a pas menti : on passera donc d’un article qui dit “Le mot “islamophobie” a une histoire, qu’il vaut mieux connaître avant de l’utiliser à la légère. Il a été utilisé pour la première fois en 1979, par les mollahs iraniens” à une seconde version qui dit que “Le mot “islamophobie” a une histoire, qu’il vaut mieux connaître avant de l’utiliser à la légère. Il a été utilisé en 1979, par les mollahs iraniens …”. C’est un mensonge qui a été relevé à plusieurs reprises mais dont l’auteure n’a jamais eu à répondre. Trop tard : le mal est fait car cette définition bidon qui a été retenu par certains de politiques, notamment à gauche. J’imagine que, prétentieux comme ils sont, ils n’accepteront jamais que l’on vienne leur dire que ce terme est bien plus ancien et qu’il doit plus son existence au racisme exprimé envers les musulmans du temps de la colonisation qu’aux mollahs iraniens! Depuis, Fourest n’a cessé cette guéguerre sémantique ridicule, prétendant à chaque fois que le terme “musulmanophobie” serait plus adéquat pour mettre un terme sur la spécificité du racisme exprimé envers les musulmans. C’est vrai que Mme Fourest, qui n’est ni une spécialiste de l’islam ni musulmane, elle, elle sait ce qui est bon pour les “autres” et mieux que les premier-e-s concerné-e-s. Nostalgie de l’empire colonial ou réflexe de dominante? On dirait…

La fin justifie les moyens

La saison 2004-2005 est la saison qui rend Caroline Fourest presque incontournable. Début de phénomène. Son livre, Frère Tariq, la fait rentrer dans la cour des grands : en s’attaquant au “double discours” de Tariq Ramadan, elle s’attire la sympathie des autres Kings of The World de l’establishment que sont Bernard Henri Lévy ou Alain Finkielkraut. En réalité, son ouvrage est à peu près aussi solide sur le plan intellectuel qu’un exposé d’élève de première. Elle tronque des citations pour en changer le sens, développe des thèses encore plus farfelues que sa thèse sur les origines de l’islamophobie (elle laisse croire que Tariq Ramadan doit son prénom à Tariq Ibn Zyad, le conquérant musulman, c’est vous dire le sens de l’imagination qu’elle a) et surtout ment comme une arracheuse de dents et je vous livre un petit florilège :

  • elle dit d’Alain Gresh, directeur du monde diplomatique, qu’il est un compagnon de route de Ramadan au point de faire de sa publication “le journal du prédicateur” (mensonge : il n’y a qu’à se rendre ici pour voir que Tariq Ramadan n’a écrit que 3 articles pour Le Monde Diplomatique sur une période de plus de 10 ans… un peu léger, non, pour un compagnon de route ? Elle qui est passée 4 fois dans “On est pas couché”, accepterait-elle d’être taxée de compagne de route de Ruquier ? ).
  • elle se trompe volontairement dans des citations; quand elle ne fait pas dire l’inverse de ce qui est dit (notamment sur une décision de justice), Caroline Fourest dit de Tariq Ramadan qu’il a préfacé un livre qu’il n’a jamais préfacé. Elle lui invente aussi un pouvoir, notamment celui de faire annuler les représentations de la pièce Mahomet de Voltaire en Suisse. Sur la base de quelle preuve ? Aucune.
  • elle abuse d’un champ lexical de la terreur tout en faisant de tous ses opposants qui ont, de loin ou de près, côtoyé Ramadan, des complices de l’Islamisme (sur ce point, on pourra dire que le journal Marianne n’a pas innové!).

41VKc5C4AgL._SX258_BO1,204,203,200_Il aura fallu attendre l’année 2009 pour que Tariq Ramadan et Caroline Fourest s’affrontent en tête à tête sur le plateau de “Ce Soir Ou Jamais”. La séquence est, depuis, devenue culte. Caroline Fourest, pour reprendre les propos d’Eric Naulleau, s’est faite “éparpiller façon puzzle”, confuse entre ses mensonges et apparaissant, bien qu’elle se définisse comme féministe, comme étant la moins ouverte des deux. Petit bonus : lors de l’échange, Caroline Fourest s’offusque lorsque Ramadan lui dit qu’elle partage les thèses des néo-conservateurs américains. Elle qui, a, dit-elle, travaillé sur la droite américaine pro-life, elle qui se prétend de gauche devrait être cohérente : Frère Tariq, a été traduit en anglais et publié aux USA chez… Encounter Books. Le nom de cette maison d’édition ne dit rien au grand public mais il s’agit d’une maison d’édition néo-conservatrice, spécialisée dans la publication d’ouvrages particulièrement virulents envers l’islam et dont le patron n’est que David Horowitzun islamophobe militant, proche d’autres islamophobes tels que Pamela Geller (miss concours de caricatures), Robert Spencer et… Geert Wilders! Outre manche, son livre a également été publié dans une maison d’édition bien à droite, à savoir la Social Affair Unit qui s’était fait repérer en 2006 à cause d’une controverse liée à un article particulièrement islamophobe que Riposte Laïque ne renierait pas… Dans le même genre, Fourest est signataire d’un article, The War for Eurabia”, publié dans le wall street journal où elle dit que les intégristes musulmans profitent en Europe de “la liberté d’expression et de la démocratie, ainsi que de l’incapacité des immigrés arabes à s’intégrer… Alors Caroline Fourest, la fin justifie les moyens ? On se dit “antiraciste” en France sans se soucier d’avoir des idées reprises par des racistes de l’étranger ? On critique les “doubles discours” des uns sans regarder ses propres doubles discours et incohérences? Et, malheureusement, ce double discours, PERSONNE n’a su l’exposer ou en parler à la principale concernée. Pas un seul article de presse français, de droite comme de gauche, n’a jamais abordé cette bizarrerie. L’idée d’un Tariq Ramadan qui a un double discours est, grâce au “travail” de Fourest, une idée largement répandue et acceptée dans la presse française tandis que les doubles positions politiques de Fourest ne sont jamais évoquées. S’est-on déjà donné la peine d’étudier cette “zone d’ombre” ou a-t-on préféré ne pas froisser la journaliste star, de peur qu’elle dise que ça la “fait chier de parler à des gens aussi cons” quand on a le malheur de lui présenter la vérité et la mettre face à ses contradictions ?

The Queen Of The World

Plus rien n’arrête la machine Fourest. Elle est employée par Charlie Hebdo où elle sera le bras droit de Philippe Val et sera l’une des protagonistes du fameux “procès des caricatures”. Elle publie La tentation obscurantiste. Un carton. Et là, c’est le drame : dans l’ouvrage, elle s’en prend à cette gauche qui serait, selon ses mots, très complaisante vis à vis de l’intégrisme musulman. Tout en opérant un brillant tour de passe passe qui mélange antisémitisme et antisionisme mais invalide également les luttes contre l’impérialisme qu’elle taxe de communautariste et d’intégriste, elle règle ses comptes. C’est avec ce livre que le style très “doctrine Bush” de Fourest s’installe : elle, elle est bien, elle est universaliste, démocrate et laïque et ce sont ceux qui ne sont pas d’accord avec elle, ceux qui “pensent mal”, qui sont en tort. Vous êtes avec elle, la démocrate, ou contre elle. Mais que ferions-nous sans Caroline Fourest ?! Conséquence : elle reçoit le prix du livre politique en 2006. Jean Baubérot, Bruno Étienne, Franck Fregosi, Vincent Geisser et Raphaël Liogier publient une tribune baptisée Les lauriers de l’obscurantisme pour exprimer leur surprise quant à cette victoire. Ils expriment des idées particulièrement pertinentes, à savoir que ce livre s’inscrit dans cette triste tradition qui consiste à “condamner ceux qui refusent de se plier au moule de leurs catégories sectaires”. Pour eux, la tentation obscurantiste ne fait que ceux que certains essayistes ont déjà fait par le passé, à savoir jeter “en pâture des listes de personnes accusées de “trahir les idéaux de la République” et d’être les “faire-valoir du radicalisme islamique”.

Depuis, plus rien ne l’arrête. Elle est sur tous les plateaux. Son féminisme est un féminisme qui ne réagit que sur les questions liées de loin ou de près aux musulmans, à leur pratiques barbares. Si les croyants, en particulier musulmans,  ne se plient pas mot à mot à sa vision de la laïcité dont elle s’est érigée abusivement comme spécialiste, c’est parce que ce sont des islamistes et donc un danger qu’il faut combattre. Caroline Fourest flatte cette France lâche, mais de gauche, qui ne se voit pas à Droite. Elle est “le courage” qu’il manquait. La résistance face à l’intégrisme, majoritairement musulman, qui menacerait la laïcité. Quand sa sacro sainte tentation obscurantiste est critiquée par Pascal Boniface qui lui consacrera également un chapitre dans un livre, la reine de la liberté d’expression, du blasphème et de la critique, ne l‘entend pas de cette oreille. Elle le disqualifie en l’accusant d’à peu près tous les maux de la planète : elle parle d’un homme qui “passe son temps en réalité à soutenir des régimes peu recommandables et à attaquer toute personne qui défend la laïcité, l’égalité ou le droit des femmes”, qui laisserait “planer le soupçon que toute personne qui a travaillé sur l’intégrisme, et notamment sur l’intégrisme musulman, est vendue au lobby sioniste” et finit sa tirade en s’interrogeant sur “le financement du laboratoire de recherches” de Boniface. Accabler pour mieux dénigrer. Les accusations sont graves et mensongères. Inutile de préciser que personne n’a osé apporter la moindre contre preuve… Très franchement, toute personne qui connait le travail de Pascal Boniface, que ce soit à travers ses livres ou ses apparitions médiatiques, ne peut que rire de telles accusations. Caroline Fourest prouve là, une fois de plus, que lorsqu’elle est en mauvaise situation, elle n’a aucun complexe à avoir recours à des condamnations sans preuves mais qui, parce qu’elle se croit rigoureuse et pertinente, seraient des vérités inquestionnables. Pour la petite information, le laboratoire de Boniface, l’IRIS, est une association loi 1901, de même qu’il n’a jamais parlée d’elle en tant que “vendue aux sionistes”, qu’il s’est montré critique vis à vis de la laïcité sans pour autant tomber dans une caricature mais ça, Fourest, en tant que journaliste sacrée Reine de l’establishment, elle s’en fiche. La rigueur journalistique, les précisions, elle n’en a que faire. Elle préfère faire dire à ses adversaires (qui ne deviennent ses adversaires que dès qu’ils ne se prosternent pas devant ses “travaux”) ce qu’ils n’ont pas dit, histoire de jeter un discrédit sur eux et s’ériger en intellectuelle face à ceux qui osent la contredire.

Quand on a réussi à symboliser LE journalisme d’investigation, LE journalisme féministe, LE journalisme laïque, Le journalisme anti-intégriste et qu’on est tout le temps présentée comme étant celle qui épouse la cause des justes parce que vous êtes de gauche et que vous ne cessez de parler d’égalité et de présenter ceux qui n’adhèrent pas à vos méthodes et à vos arguments comme étant des ennemis, vous êtes une gagnante. L’establishment adore ces gagnantes et sait les récompenser en leur offrant une visibilité presque aveuglante.

Vers un réveil des consciences ?

Il y a un parfum contestataire qui flotte dans l’air. Tout le monde n’est pas fan de The Queen of the World. Au lieu de couper la tête de ses opposants, elle continue sa route. Et rien ne l’arrête :

  • elle récupère l’histoire de la militante voilée au NPA qu’elle compare aux arabes et aux noirs du FN (en ridiculisant à la foi le voile et le féminisme islamique),
  • lors de son discours au congrès du PS en Décembre 2010, elle réussit à rendre responsable le multiculturalisme d’un ” retour de flamme nationaliste qui peut ravager l’Europe”. Rendre responsables de leur oppression les opprimés, c’ était jusque là du jamais vu ! C’est d’ailleurs lors de ce discours qu’elle évoquera les tournois de baskets réservés aux femmes “pour lever des fonds pour le Hamas” (qui lui vaudra un Y’A Bon Awards). Pour les preuves, vous pouvez repasser mais ça, le public s’en fiche : on applaudit le commissaire Fourest.
  • elle co-signe un ouvrage consacré à Marine Le Pen, sans doute pour rappeler son ancien combat contre le racisme du FN. On pourrait s’en féliciter, étant donné l’aura médiatique dont Caroline Fourest jouit si elle ne se faisait pas magistralement épingler en direct à la télé par Marine Le Pen sur un de ses mensonges dont elle n’a même pas réussi à se défendreA noter : au final, dans l’émission “Mots Croisés”, c’est la popularité de Marine Le Pen qui grandit, à se demander si Joffrin et Fourest n’ont pas fait exprès de d’être aussi nuls et aussi agressifs face à elle.
  • Caroline Fourest produit une série de documentaires hallucinants de mauvaise foi sur les théories du complot mais avec le soutien de la gauche qui ne se désolidarise jamais d’elle, y compris lorsqu’elle manipule les informations et produit des amalgames en toute impunité. Sa cible favorite : ce qu’elle désigne comme étant des théories du complot en ce qui concerne le 11 Septembre. Seule l’association Reopen911 lui a répondu sans qu’elle n’ait jamais à s’expliquer sur ses fraudes.
  • elle s’amourache de la leader des Femen, Inna, à qui elle consacre un livre aux allures de roman à l’eau de rose après lui avoir consacré un documentaire qui est truffé d’erreurs et de mensonges; dans le même temps, des documents mettant en évidence les connivences du mouvement ukrainien avec des mouvements nazis ressurgissent. Réponse hallucinante de l’intéressée : oui, certaines militantes du groupe Femen ont déjà manifesté aux côtés de militants d’extrême droite mais c’était pour demander la libération de prisonniers politiques et au nom de la liberté d’expression. Dans ce cas, pourquoi critiquer la présence d’élus de gauche aux côtés des “islamistes” dans un meeting contre l’islamophobie ? Si elle n’a pas de mal à voir ses Femen fricoter avec des nazis du moment qu’ils ont une lutte noble en commun, peut-être qu’elle pourrait accepter de voir les Verts s’associer avec des membres des Indigènes de la République contre Pegida par exemple ? Où est la différence ? Seul Caroline Fourest le sait!
  • elle prétend, dans une chronique sur France Culture au sujet de la crise Ukrainienne, que des officiers pro-russes sont venus “arracher les globes oculaires avec un couteau”. Ses sources ? Un journal Ukrainien qu’une universitaire et une journaliste lui auraient conseillé. Vive le journalisme amateur. Devant un tel manque de rigueur et de vigilance, le CSA l’a épinglée. Seul Olivier Berruyer a eu l’audace de lui répondre d’une façon extrêmement détaillée et sérieuse, deux qualités qui manquent à son travail de journaliste…
  • Toujours dans une chronique de France Culture, Caroline Fourest se laisse aller à des hypothèses ignobles sur l’agression d’une jeune femme voilée, Rabia Bentot. Outre le fait de vouloir donner dans la caricature à fond les ballons en faisant passer la victime pour le stéréotype de la musulmane voilée soumise à l’autorité de son père qui, lui, est bien décidé à médiatiser l’agression de sa fille, Fourest va jusqu’à parler à la place de la police (c’est une version qui n’a pas arrêté de changer, dont la police d’ailleurs doute. Elle n’exclut pas un règlement de comptes familial, une opération punitive destinée à faire payer à la jeune femme son style de vie, jugé trop libre, ce qui changerait évidemment tout). Exploiter un fait divers pour mieux cracher son venin, exploiter la violence d’une agression pour, au final, remettre en doute l’agression subie par Rabia Bentot. Elle finira par perdre un procès en diffamation, après avoir prétendu l’avoir gagné sur le plateau de l’émission “On est pas couché”, puis avoir prétendu avoir été juste “imprécise”… Par contre, quand Amina, l’ex Femen tunisienne invente une agression, Caroline Fourest vole à son secours sans questionner la véracité des faits qui relèvent en réalité d’un mensonge puisqu’elle a inventé son agression. Certaines victimes sont plus crédibles que d’autres pour Caroline Fourest? On dirait…
  •  Lorsque Lillian Thuram et Caroline Fourest discutent lors du salon du livre politique, elle a le culot de défendre les UNES absolument choquantes de certains magazines. Quand Thuram évoque ces couvertures de revues qui participent à la construction du sentiment de peur contre l’Islam, elle lui répond : “Pourquoi il y avait-il tant de couvertures sur l’Islam ? Est-ce qu’il n’y avait pas une actualité provoquée par des intégristes, des radicaux qui voulaient semer la peur au nom de l’Islam ? Ils ont récolté ce qu’ils voulaient : la peur de l’islam, la stigmatisation des musulmans qui a entraîné la radicalisation de certains.” Argument imparable ! En gros, si j’applique cette logique, les couvertures de magasines antisémites, ce sont les sionistes qui ont récolté ce qu’ils voulaient à cause de la colonisation de la Palestine ?! Petit détail : l’échange est perturbé par un collectif de lesbiennes venues faire un happening en réclamant la PMA dans un brouhaha général. Fourest déclare qu’elles sont “sympathiques”. Quand, plus tard, un homme noir prend la parole “démocratiquement” et parle quelques secondes de la menace qui pèse sur le livre politique en France de façon absolument posée et polie, Fourest le recale sans le ménager : “Est-ce que ça pouvait pas attendre le temps du débat ?! Je vais juste faire une intervention parce que monsieur, vous nous donnez vraiment une occasion d’expliquer ce qu’est, je pense, l’objet de cette table ronde”. Bam, dans les dents! Au pied. Et cela, sans choquer qui que ce soit… Ce n’est pas SON débat à elle mais ELLE a décidé qui pouvait intervenir, entre un groupe de femmes qui agissent comme des furies dans un happening hors sujet (la PMA n’a rien à voir avec le livre politique) et un homme qui parle calmement et en respectant le thème de la table ronde.
  • Les musulmans démocrates dont Caroline Fourest parle ? Bof. Ce sont plutôt des ex-musulmans. Loin de moi tout jugement sur ce que les gens font de leur foi ou sans foi. Parmi ces musulmans, on retrouve Safia Lebdi, qui après avoir été ex pote de Pierre Cassens de Riposte Laïque, ex-membre de NPNS, ex-membre des insoumises et Ex-femen est aujourd’hui membre des ex-musulmans. Ca bouffe à tous les râteliers. Mais aussi  et surtout un certain Waleed Al Husseini dont le livre, Blasphémateur, est, ô surprise, publié chez Grasset comme les livres de Caroline Fourest. Rapidement, on s’arrache l’ex-musulman devenu athée qui remplit les pages de Libération ou des Inrocks. Matine Gozlan, dont les articles trahissent un parti prit sioniste assez inquiétant et une islamophobie presque caricaturale, est également de la partie lorsque se forme le conseil des ex-musulmans à Paris. Voici ce que sont en réalité les musulmans dont parle Caroline Fourest : des athées, voir même des musulmans qui  tiennent des propos sur leur blog qui ont plus leur place dans la rubrique “islamisation de l’Europe” de Valeurs Actuelles mais qui,  parce qu’ils sont sous le parrainage de Caroline Fourest, la laïque progressiste démocrate universaliste, sont des “héros”. D’ailleurs, comment est-ce que Caroline Fourest veut qu’on la prenne au sérieux quand elle se dit anti-raciste et non islamophobe lorsque elle a des islamophobes généralement sionistes dans ses cercles et que son protégé a accordé une interview à Riposte Laïque dans laquelle il déclare que “tous les terroristes sont musulmans. Le problème est dans l’islam, dans les fondements-mêmes de l’islam. Le problème est dans le contenu du Coran et c’est absolument limpide. Celui qui soutient le contraire est aveugle” ? Ne dit-on pas que l’ami de mon ennemi est mon ennemi ?

caroline-fourest-front-de-gaucheJe ne vais pas m’étaler sur les autres mensonges de Caroline Fourest qui devraient, si on avait le temps, occuper à peu près une demie bibliothèque. Quand il est question de la circulaire Châtel, Caroline Fourest exprime sans remords un paternalisme décomplexé envers les mamans voilées à qui elle fait savoir que c’est elle qui mène leur lutte auprès des instances les plus proches du pouvoir. Je ne vais pas non plus m’étaler sur cette volonté de vouloir faire passer tous ceux qui ne sont pas d’accord avec elle comme étant soit des proches de la triade Soral – Dieudonné – Ramadan, soit des “islamogauchistes” tendance Edwy Plenel, Mediaparts, Aymeric Caron et compagnie, soit des militants du front national.  Je ne vais pas non plus m’étendre sur l’idée que Caroline Fourest qui aime se présenter comme démocrate pleure la présence de Tariq Ramadan sur les plateaux de TV alors qu’elle occupe constamment notre champ visuel. Ces méthodes, ainsi que les mensonges et le sensationnalisme à deux balles sont les siennes et malheureusement, personne n’en parle car elle est aujourd’hui présentée à tort comme une héroïne.

J’aimerais que Caroline Fourest comprenne que ses méthodes, plus que ses idées, sont ce que l’on retient malheureusement le plus d’elle. Que la modestie et la vérité manquent à son travail. Que de vouloir décider à la place des musulmans quel mot est à utiliser pour parler de leurs oppressions, c’est, au mieux, condescendant et prétentieux, au pire, paternaliste et colonialiste. J’aimerais également que Caroline Fourest comprenne que lorsqu’on parle de “deux poids, deux mesures” dans ses raisonnements, ce n’est pas pour qu’elle change de sujet et range systématiquement ceux qui ne sont pas d’accord avec elle dans “le camp du mal”. Pour ma part, j’ai la rage la plus profonde envers les groupes violents, qu’ils soient de tendance intégriste ou non, qui passent à l’action ou non mais aussi leurs grands soutiens. J’ai, également, beaucoup de mal à être complaisant vis à vis des invasions, des guerres menées pour des motifs obscurs qui, dans tous les cas, profitent aux puissants et affaiblissent encore plus les dominés. J’ai également beaucoup de mal à prendre la défense ou à accorder un quelconque crédit à celle qui se targue d’être une humaniste mais qui n’a aucun mal à s’entourer de personnes qui ne le sont pas et qui affichent une islamophobie qui n’a rien à envier à Pegida. Jamais je ne pourrais soutenir un quelconque acte qui la viserait car je refuse de tomber dans son piège qui tant à faire passer ceux qui ne s’inclinent pas face à son travail pour des barbares. C’est pour ça que lorsque Civitas ou d’autres groupuscules l’agressent, contrairement à elle, je n’irai pas écrire de chronique pour mettre en doute sa version des faits car je me solidarise toujours des victimes. Je peux largement comprendre qu’elle fasse l’objet d’une protection policière et je suis, sans la moindre ambiguité, contre toutes les menaces dont elle fait l’objet. Je comprends également, qu’en tant que féministe et qu’en tant que lesbienne, elle ait du mal avec la Religion en général mais quand même… flatter la laïcité en la transformant comme outil de combat, pour la diriger vers les musulmans qui sont très très loin des sphères de pouvoir… c’est loin  d’être héroïque. Dans une France où toutes ces questions sont cruciales, où le progressisme semble être la prochaine arme de divisions (comme l’homonationalisme et le fémonationalisme), serait-ce possible d’avoir de réels débats ? Si on se présente comme démocrate et universaliste, serait-ce possible d’être, un jour, confronté-e à ses contradiction et avoir à s’en expliquer ?

Bonus de fin : Devant le succès d’un tel article, je me devais de rajouter un petit bonus. Caroline Fourest & Fiammetta Venner se présentent comme des laïques, des intellectuelles et défendent la liberté d’expression. Ainsi, quand des intellectuels américains (donc le camp du bien) s’opposent à la remise d’un prix à Charlie Hebdo, voici ce qu’en déduit Fiammetta Venner :

Capture d’écran 2015-06-06 à 13.12.53

Ce qui peut se résumer par “vous n’êtes pas Charlie” = vous êtes complices des Jihadistes. Carrément. Donc qu’on ne vienne pas nous dire que ces femmes sont des démocrates qui se battent pour la liberté d’expression quand elles portent des accusations extrêmement graves lorsqu’on a le malheur de ne pas être d’accord avec elles. Mais bon, ça, personne ne leur dira ou alors on s’en tirera par une pirouette mensongère comme face à Aymeric Caron pour aller dire après qu’on a été imprécise parce que… They’re the Queens Of The World !

Source : https://twitter.com/FiammettaVenner/status/592565456130723840

Quand Rokhaya Dit allo…

J’ai longtemps pensé à écrire cet article sans jamais le publier tant « le cas Rokhaya Diallo » est compliqué et révélateur de ce climat froid français. Je me suis rapidement rendu compte qu’il est impossible d’aborder une figure aussi « controversée » auprès de l’establishment sans avoir à se présenter. Disclaimer : je ne suis pas mandaté par Mme Diallo pour parler d’elle, de même que je ne suis pas financé par Dieudonné ou Soral, pathétiques personnages qui feront eux aussi l’objet d’un article, ni même que je n’ai aucun lien avec un quelconque lobby. Je tiens également à préciser, que je ne donne pas tout à fait dans le complot « islamico-socialo-prostitueur-lgbt-féministo-conquérant » et autres inépties dignes de journalistes en manque d’arguments qui refusent aux autres ce dont ils se réclament, à savoir l’indépendance d’esprit. Je ne connais Rokhaya Diallo qu’à travers ses livres, ses articles et ses apparitions médiatiques et je n’ai décidé d’écrire cet article que lorsque je me suis aperçu que son « cas » prouvait la pertinence de ses luttes mieux que n’importe quel ouvrage.

rokhaya dialloSoumise au lobby des proxénètes, Anti Charlie Hebdo, féministe pro-voile, faux nez de Tariq Ramadan, agent des USA, ect…  Une chose est sûre : quand on n’aime pas, on sait très bien dans quel camp ranger une personnalité, quitte à la calomnier et à lui inventer des connexions qui n’existent pas. Quand on ne rentre pas dans le moule, quand on a le malheur d’émettre des critiques saines et constructives mais qui ont le défaut de chambouler les dominants dans leurs idées et leurs idéaux, on devient une Rokhaya Diallo (admirez la rime !).

Tout a réellement commencé avec le « Y’A Bon AwardGate ». Chaque année, des trophées « bananes » sont remis aux hommes politiques, journalistes et artistes qui ont tenu des propos à caractère raciste. En 2012, c’est la méga célèbre Caroline Fourest, star des médias, qui a reçu un prix suite à sa sortie sur les « associations qui demandent des gymnases pour organiser des tournois de basket réservés aux femmes, voilées, pour en plus, lever des fonds pour le Hamas », lors d’une convention du parti socialiste. Le jury, dans sa majorité, vote « Caroline Fourest » mais seule Rokhaya Diallo subit les foudres de l’essayiste qui ne comprend pas sa “victoire”. Dans l’article qu’elle publie sur le Huffington Post, elle ira jusqu’à écrire que « le but de Rokhaya Diallo et de son association (Les Indivisibles) n’est pas de militer contre le racisme » tout en lui inventant des liens suspects avec, je vous le donne en mille, tous les méchants de la terre : les indigènes du Royaume, le département Américain et Michel Collon, le «roi des complotistes»… Tout ça parce que Caroline Fourest, qui se présente comme intellectuelle humaniste féministe antiraciste universaliste démocrate et apôtre du « il faut critiquer » refuse… la critique. Au-delà de la critique, elle refuse juste tout débat en calomniant Rokhaya et sa bande (mais sans nommer les membres du jury), qui, à la lecture de l’article de Fourest, n’est bonne qu’à s’allier avec des extrémistes qui soutiennent l’intégrisme. En réagissant de la sorte, toute discussion est abandonnée puisqu’elle part sur la base d’accusations répugnantes. Marque suprême de Caroline Fourest : elle, la femme blanche si proche des médias et du pouvoir, sait qui est “réellement” raciste et pense être arbitre de cette question. Il y a de quoi rire nerveusement… Petite mention à l’attention de Caroline Fourest et de son fan club : si vos propos sont considérés comme racistes, inutile de pleurnicher. Inutile de parler des “autres” car ce sont vos propos à vous qui intéressent et qui interpellent. Inutile également de faire des amalgames immondes avec des attentats ou de laisser croire que les gens qui ne sont pas d’accord avec vous sont donc prêts à “Payer le ticket de bus à ceux qui rêvent de (vous) emmener en forêt pour (vous) bâillonner ou (vous) lapider”. Inutile de nous “rappeler” combien vous vous battez contre le racisme et donc nous rappeler que vous faîtes partie de la lutte antiraciste alors que nous ne parlons pas de la même chose. Vous pratiquez un antiracisme qui honore le racisme puisque vous ne le voyez qu’à travers sa forme la plus caricaturale et la plus stéréotypée, c’est à dire dans la bouche de l’extrême droite, alors que le but aujourd’hui est de montrer que sa banalisation est telle qu’il peut avoir, des fois, le visage de quelqu’un qui se dit de gauche… et qui se présente comme une intellectuelle humaniste féministe antiraciste universaliste démocrate.
Cet incident, qui aurait pu servir de genèse pour un vrai débat sur le racisme en France à partir de deux perspectives différentes, n’a servi en réalité qu’à isoler Rokhaya Diallo; en effet, quand on est une minorité qui se refuse à suivre la ligne de l’antiracisme “officiel” comme SOS Racisme, l’establishment vous lâche. Ce n’était que le début de la chasse à la Rokhaya.

En 2011, suite à l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, Rokhaya Diallo co-signe une tribune contre le soutien apporté au journal. Même si la démarche peut sembler choquante pour certains pour des raisons de “timing”, la tribune vise plus à donner un éclaircissement de la position des signataires vis à vis du contenu de Charlie Hebdo et son rôle dans un contexte de “débat sur l’identité nationale” qu’une apologie du terrorisme. Une fois de plus, seule Rokhaya Diallo est retenue, présentée souvent comme la seule co-signataire de la tribune. Chacun peut la consulter librement sur internet et, une fois de plus, si elle semble inappropriée parce qu’elle “tombe mal”, il faut quand même lire et tenir compte des raisons qui ont justifié la publication de cette tribune. Cet évènement, lui aussi, vient noircir le parcours de Rokhaya Diallo qui est désormais considérée, dans le grand inconscient, comme étant de connivence avec les intégristes, les fanatiques religieux et les terroristes qui mènent des opérations criminelles de ce genre.

Entre temps, il faut bien se l’avouer, Rokhaya Diallo est devenue une figure presque incontournable des médias. Ses apparitions sont très regardées et, n’en déplaise à ses détracteurs, elle est invitée à débattre face à des personnalités qui ne sont pas “faciles” et qui sont plus dans l’injure et le mépris que dans la discussion et l’argumentation. Elle collabore aussi à différentes publication, sur des thèmes très variés (racisme, négrophobie, islamophobie, prostitution, viol, droits civiques, etc…) ce qui permet à la fois de faire connaitre ses idées mais également de comprendre dans quel courant de pensée elle s’inscrit. Mais trop d’indépendance, tue l’indépendance et “ça finit par se payer”….

rokhaya-diallo-en-larmes-sur-rtl-face-600x315-1Après les problèmes de digestion de Caroline Fourest viennent les problèmes d’égo surdimensionnés d’Isabelle Alonso. En effet, fin 2013, en plein débat sur la pénalisation des clients des prostitué-e-s, Rokhaya Diallo et Morgane Merteuil (membre du Strass, le syndicat du travail sexuel) publient une tribune dans Libération. Leur constat est simple : si les débats féministes semblent se concentrer sur les femmes les moins privilégiées, il serait bon de laisser les premières concernées décider pour elles mêmes ce qui est bon pour elles plutôt que de choisir à leur place et contre elles en leur laissant la parole. Sauf que, Isabelle Alonso, elle, ne supporte pas cette simple idée. A son tour, elle publie un article sur son blog. Je pensais y trouver une réponse à cette tribune et j’ai trouvé… plus qu’une réponse. En fait, Isabelle Alonso prouve combien le fossé est grand entre les féministes de l’establishment et celles des minorités car, pour Isabelle Alonso, lorsque deux féministes demandent à ce que la parole des premières concernées soit écoutée, Isabelle Alonso comprend qu’il lui est demandé de se taire et de rester dans sa case… De même, lorsque deux femmes signent une tribune en tant que journaliste pour l’une et travailleuse du sexe pour l’autre, Isabelle Alonso s’adresse en retour à… une musulmane et une prostituée. Après avoir chouiné sur deux paragraphes insupportables à lire, elle ne peut s’empêcher de ramener le débat autour d’elle en demandant “Où suis-je donc allée chercher le droit de me considérer personnellement impliquée par le port du voile ou l’exercice de la prostitution, au point d’émettre une opinion sur les sujets, alors que je me balade cheveux au vent même quand il pleut et que je baise gratis pour peu qu’on m’invite à dîner (…) Non mais de quoi je me mêle! C’est vrai kouâ, merder!”. Oui, je sais, c’est d’un ridicule égocentrique mais c’est également la marque de fabrique de ce texte qui s’enfonce dans la victimisation lorsque son auteure écrit : ” Que Rokhaya et Morgane veuillent bien me fournir la liste des sujets sur lesquelles ma parole serait légitime car issue d’une pratique personnelle et d’une expérience concluante. Et tant qu’elles y sont, qu’elles participent à l’élaboration des épreuves d’obtention d’un CAP de la pensée, Certificat d’Aptitude Personnelle à ouvrir sa gueule, ramener sa fraise et émettre une opinion. Elles pourraient faire partie du jury, ça a l’air de cadrer avec leur vision de la démocratie.” Après avoir balancé une blague de beaufs sur le CAP et, par dessus le marché, traité Merteuil et Diallo d’anti démocrates, Isabelle Alonso montre que lorsque des avis dits “minoritaires” demandent à être entendus, pour elle, cela signifie qu’il lui a été demandé de se taire… ce qui est faux. Maintenant, qui peut avoir envie de débattre avec quelqu’un qui a décidé d’interpréter la tribune de Rokhaya comme une espèce d’affront et qui y répond par un article condescendant ? Qui peut avoir envie de débattre après avoir lu un article qui rabaisse des auteures sans même les citer (ou alors écorcher le prénom de Rokhaya avant de se reprendre… ah, décidément, ces noirs et leurs prénoms! Pouvaient pas s’appeler Roberta?!) ? Et cet article, sur le fond, que dit-il de la position d’Isabelle Alonso ? Du n’importe quoi car elle écrit qu’elle se sent “solidaire par chaque fibre de (son) être avec toutes les femmes atteintes personnellement”. Vraiment ? Solidaire au point de rebondir immédiatement à la seconde où des femmes font un constat largement partagé au sein du mouvement féministe, à savoir que certaines paroles sont niées, voir ignorées ? C’est ça la solidarité d’Isabelle Alonso : penser à la place de toutes les femmes quitte à enfermer les femmes qui ne pensent pas comme elle dans un statut d’anti démocrates communautaristes. Encore un exemple de paternalisme puant, tellement symptomatique de ce féminisme dominant qui se considère comme un club fermé où celle qui ne respecte pas la pensée dominante est accusée de tous les torts. C’est ce féministe soit disant “universaliste” qui met des fils barbelés entre les différentes écoles de pensées, se créant en réalité son propre univers, parfaitement épuré de toute pensée divergente. Chouette.

Les attentats qui ont coûté la vie à la majorité des membres de la rédaction de Charlie Hebdo ainsi qu’à deux policiers ont remis au goût du jour le texte signé par Rokhaya Diallo en 2011. Outre le fait qu’on a donné l’impression qu’il est apparu après les attentats du mois de Janvier 2015, il faut voir avec quelle force on a cherché à la rendre, bizarrement, de loin ou de près, responsable des attaques. Ainsi, Jeanette Bougrab, qui s’est présentée comme la compagne de Charb contre l’avis de la famille de ce dernier, est la première à désigner, indirectement, Rokhaya Diallo (à travers l’association Les Indivisibles et la cérémonie des Y’a Bon Awards) comme complice des attentats. En gros, si vous n’êtes pas Charlie, que vous ne l’avez jamais été, voir même que vous avez été critique vis à vis du journal, en particulier sur le traitement de l’Islam à travers les caricatures, et ben vous êtes accusée de complicité. J’ose une comparaison : lorsqu’une femme battue meure (et c’est malheureusement loin d’être un fait rarissime), accuse-t-on tous les masculinistes les plus endurcis de complicité de féminicide ? Non. Alors pourquoi établir des rapports de responsabilité alors qu’ils n’ont pas lieu d’exister ? Pourquoi Jeanette Bougrab cherche-t-elle à rendre responsables d’actes barbares des personnes qui n’ont jamais descendu la moindre personne ? N’est-ce pas là une façon de limiter toute critique sous prétexte qu’elle pourrait inspirer des carnages dans une rédaction ?
Toujours dans le contexte Charlie, Rokhaya Diallo est prise à part par Ivan Rioufol lors d’une émission de radio. Son crime ? Ne pas avoir crié haut et fort combien elle se désolidarisait des terroristes. Au nom de quoi ? De son identité de musulmane. En France, en 2015 et à une heure de grande écoute, en plein débat sur le terrorisme, le djihadisme et la liberté sous toutes ses formes, on demande à une journaliste, au simple motif qu’elle a la même religion que les tueurs, de se désolidariser… N’est-ce pas là une façon d’entretenir l’amalgame le plus abject ? N’est-ce pas là une façon des plus ignobles d’entretenir l’idée selon laquelle tous les musulmans sont identiques et donc responsables les uns des autres et donc qu’ils doivent agir collectivement et surtout qu’ils sont d’accord sur tout? N’est-ce pas là une marque évidente d’un amalgame qui laisse croire que tous les musulmans approuvent cette tuerie brutale et sont donc, sauf s’ils l’expriment, en approbation devant le terrorisme ? Immonde. Toutes les personnes qui ont écouté l’émission ont pu sentir la douleur et le chagrin de Rokhaya Diallo qui ont vibré jusqu’à notre coeur. Et cet épisode n’a fait que contribuer à l’isolement de Rokhaya Diallo qui se devait, quand même, de montrer patte blanche comme si, de fait, elle était une espèce de pom pom girl du terrorisme. Cela dit, à l’exception de certaines personnes présentes ce jour là comme Laurence Parisot, rares fût les réactions. Enfin, sauf Caroline Fourest, qui a tenu son mot à dire lors de sa chronique “Charlie & les Charlots” sur cet échange en déclarant : “Il y a ce petit con qui exige de cette petite conne de se désolidariser en tant que « musulmane », alors que c’est bien parce qu’elle est conne et non musulmane qu’elle vous a craché dessus depuis tant d’années.” Pour Fourest, Rokhaya Diallo reste une conne  quoiqu’elle fasse. Elle n’avait qu’à soutenir Charlie au lieu d’être critique, elle aussi, voyons. C’est ça la démocratie ? Tout le monde d’accord sinon celui qui pense différemment n’est qu’un con ?  Caroline Fourest, celle qui a littéralement perdu son sang froid (et à raison) en direct face à l’homophobe en chef Béatrice Bourges qui doutait de son agression, aimerait-elle qu’on se serve de cet échange pour en profiter pour la traiter de conne et donc, implicitement, valider les remarques de Bourges ?
Libre à chacun d’aimer ou de ne pas aimer Charlie Hebdo, mais de là à parler de liberté pour, dans le même temps, ostraciser ceux qui ne sont pas Charlie, c’est vicieux… mais tellement inattendu de la part de l’establishment et de son mode de fonctionnement.

Tous ces éléments ont planté le décor pour Rokhaya Diallo qui ne sera plus considérée comme la gentille journaliste féministe antiraciste qu’elle est. Même s’il semble intéressant de voir qu’elle est, à présent, plus qu’une femme noire dans les médias, il est désolant de voir que parce qu’elle n’est pas LEUR noire à eux – les masses dirigeantes – elle ne peut pas être des leurs et donc bénéficier du respect total qui est accordé à toute personne racisée qui se plie à cet espèce d’assimilationisme de la pensée. Lorsque Rokhaya Diallo a partagé, sur Twitter, une vidéo opposant Nacira Guénif à Claude Askolovitch, ce dernier l’a très mal prit, au point de l’accuser de “faire commerce du malheur des autres”… le comble de l’ironie quand on sait que celui qui fait commerce de l’islamophobie que vivent les musulmans, n’est pas du tout concerné par le problème. Mais peu importe : Rokhaya Diallo se rebelle, le dominant s’énerve alors que tout allait bien auparavant et cela semble faire le bonheur de l’extrême droite. Diviser pour mieux régner…

Ainsi, la réputation de Rokhaya Diallo est faite. Parce qu’elle n’est pas “d’en haut” et ne suit pas les ordres et les chemins tout tracés, elle est l’ennemie. C’est ce qui motivera son bannissement de la semaine pour l’égalité homme-femme en Mars 2015 par la maire socialiste du 20ème arrondissement de Paris. Pourquoi ? A cause de sa position sur Charlie Hebdo et du prix satirique attribué à Caroline Fourest. Par ailleurs, la maire, Mme Calandra, ira plus loin en sous-entendant que Rokhaya Diallo serait l’alliée de Ben Laden lorsque , sur le sujet des troupes militaires en Afghanistan, elle aurait soutenu le leader d’Al Qaeda sur RTL… Waw, Rokhaya Diallo en combattante islamiste, on n’y avait jamais pensé. En réalité, voici ce Rokhaya Diallo a dit : “ce que vous dites, c’est que maintenant que Ben Laden nous a menacé en nous demandant de retirer les troupes, il n’est plus question de le faire, et je trouve que c’est absolument anormal de raisonner comme ça. On aurait dû les retirer. On aurait dû les retirer de puis bien longtemps, et le fait que Ben Laden se prononce ou pas dessus ne doit avoir absolument aucune incidence sur notre position “. Difficile d’y voir une quelconque apologie du terrorisme mais quand on n’aime pas Diallo, on chercher à la discréditer alors qu’au final, elle ne fait que dire qu’il aurait fallu retirer les troupes d’Afghanistan, que cela plaise à Ben Laden ou pas. Mais quand on s’est embarqué dans une campagne de diabolisation, on a aucune honte à tronquer des citations, à créer des contresens, à voir dans une position idéologique autre chose tant que ça peut contribuer à salir un opposant, on y va! Et le pire, c’est que cela ne s’arrête pas là puisque Calandra proposera un débat à Diallo en déclarant, après avoir dit qu’elle était “faite pour le féminisme comme moi pour être archevêque” : «Si un jour Mme Diallo veut débattre, pas de problème, je la défoncerai !». Trop la classe. Où sont les féministes ? Elles soutiennent Calandra. Est-ce que quelqu’un veut expliquer à la dame que dire qui est faite pour le féminisme et qui ne l’est pas est une démarche anti-féministe ? Est-ce que quelqu’un peut expliquer à une socialiste qui veut organiser un débat sur les violences faites aux femmes que dire “je la défoncerai”, en plus d’être une menace, ça la fout super mal ? Personne pour demander aux féministes de se désolidariser de cette dame ? Aux femmes blanches du XXème arrondissement ? A touts les Frédérique du monde ? A toute la famille Calandra ? Allo, y’a quelqu’un…??? Peu importe : le mal est fait. Et ce mal est resté impuni parce que c’est celui des privilégié-e-s de l’establishment, de celles qui ont le pouvoir sur les minorités et qui, de ce fait, peuvent bannir en se fondant sur des ragots et en invoquant des motifs hors sujet, la parole de quelqu’un en osant se proclamer “Charlie” et donc pour la liberté d’expression. Dans la même foulée, lors de la promotion de son livre consacré au racisme, on lui reprochera une interview jugée complaisante de Dieudonné, ennemi de l’establishment (et à raison, étant donné ce qu’il est devenu…) tout en ne trouvant rien à redire sur son interview tout aussi “complaisante” de Christine Boutin qui a des idées tout aussi condamnables. Mais bon, quand le coupable est désigné, pourquoi l’écouter ?

Alors, au final, on comprend bien que Rokhaya Diallo fait partie de ces ennemi-e-s de l’intérieur qu’il faut neutraliser mais sans jamais le dire. Par conséquent, on continue la campagne de diabolisation par association : impossible de parler d’elle sans parler de l’appel qui a été signé contre le soutien à Charlie Hebdo, impossible de parler d’elle sans lui faire comprendre qu’elle défend un antiracisme “incongru” (“Dire à quelqu’un tu es espagnole, ça tombe bien, j’adore la Paëlla, c’est raciste ? Ah bon ?!” s’étonne Anne Elizbeth Lemoine sur le plateau de C à Vous, c’est vous dire le fossé…), impossible de parler d’elle sans mentionner le vilain prix remis à Caroline Fourest, ect… Aucune chance de “se faire son opinion” n’est donnée à la personne qui découvre Rokhaya Diallo lorsqu’elle apparait car elle lui a tout de suite été présentée comme étant “dans le mauvais camp”. Et à force de répéter cela 1000 fois, au final, ça s’inscrit dans l’esprit et ça s’estompe que très difficilement. J’en ai pour preuve le portrait qui lui a été consacré dans le Supplément où le mot “voile” a été prononcé 7 fois en 4 minutes comme si l’engagement féministe de Diallo se limitait à cela alors qu’on a jamais parlé de ses positions sur le nappy, le viol, etc… On l’invite pour parler de son livre mais on rappelle quand même au téléspectateur “naïf” qu’elle a beau ne pas être membre des indigènes de la République, elle a quand même à peu près la même position qu’eux sur certains sujets. J’attends toujours qu’on fasse la même chose avec d’autres invités, cette fois bien mieux placés en France sur l’échelle du pouvoir et de la domination mais vu qu’on sait avec qui jouer les chiens de garde, je doute que cela arrive.

Au final, il est quand même extrêmement difficile de ne pas voir dans “le cas Rokhaya Diallo” tout ce qui nuit à la “République”, à savoir cette impossibilité de décoloniser son esprit et son rapport aux minorités émergentes. Il faut, non pas concéder, mais largement accepter et encourager l’idée que les opinions de ceux qu’on nomme “les autres” doivent exister dans la discussion. Sauf si l’on craint qu’elles soient trop subversives et qu’elles menacent les privilèges des décideurs. Je vais me risquer à une analogie en parlant des anti-mariage pour tous : a-t-on eu raison de laisser parler Béatrice Bourges, Ludivine De La Rochelle, Frigide Barjot et Christine Boutin ? Sans hésiter, oui. Pourquoi ? Parce qu’on a pu connaitre leur position, l’étudier, la décortiquer, la critiquer et expliquer ce qui nous opposait. A-t-on connu une guerre civile ou créé deux France ? Non. Parce qu’on a discuté, justement. Et à celles et ceux qui redoutent tant l’affrontement, n’ayez crainte : Nadiaa Geerts et Caroline De Haas sont toujours en vie depuis qu’elles ont débattu avec Rokhaya Diallo! Vous pouvez donc, soit continuer à “défoncer” sur le papier ou sur vos antennes, soit discuter sainement en face à face mais, la lâcheté étant la caractéristique principale de beaucoup de monde, je doute qu’un débat ait lieu de sitôt…