Archives par étiquette : Paris

Urgence : La Marche de la Dignité

Marche de la dignitéQu’il est loin le temps où les luttes étaient téléguidées par un état qui se voulait bienveillant et où la récupération ne se faisait pas attendre. Qu’il est loin le temps où les racisé-e-s, probablement parce que méprisés dans leur identité multiple (jeunes, banlieusard-e-s, pauvres, “issu-e-s de l’immigration”, etc…) ne pouvaient se révolter qu’à condition de ne pas froisser l’état, de ne pas chambouler l’ordre établi et d’avoir principalement dans leurs rangs des cautions blanches et au profil d’intellectuel. Aujourd’hui, on a marché pour affirmer plus que jamais notre dignité.

Au départ, la marche a été diabolisée avant d’avoir lieu. Entre Yael Mellul, avocate connue pour son soutien inconditionnel à Israël et à sa politique catastrophique, qui a inventé une marche de la dignité avant même qu’elle ait lieu (!) en la faisant passer pour, grande surprise, un évènement antisémite et Caroline Fourest qui relaie un énième mensonge, via la Revue Prochoix, amalgamant Tariq Ramadan, le Hamas, la Manif pour tous, avec l’organisation de la marche, on aura tout fait pour jeter le discrédit sur la Marche. En plus, ce ne sont pas des racistes du FN, mais des “gens bien” qui sonnent l’alerte, vous avez vu! Bref, cet évènement, dont l’appel a été lancé par la Mafed (Marche des Femmes Pour La Dignité) n’a pas bénéficié de la promo dithyrambique et de la large couverture médiatique dont bénéficient les manifestations qui émanent de responsables politiques. Comme d’habitude, les mensonges pleuvent car, pour les dominants, quand on se sent au bout de ses arguments, il ne reste plus qu’une seule arme pour convaincre : diaboliser l’opposant quitte à tomber dans la bassesse, la lâcheté et la calomnie. Mais tant qu’on fait ça “pour la République”

Ici, pas de protestations débiles avec inscriptions au feutres sur corps sveltes et slaves avec slogans sans saveurs, ni réflexion. Cette marche s’inscrit dans la lignée des luttes historiques; ce sont des luttes qui n’ont jamais cessé d’exister car en 30 ans de débats interminables, rarement entre concerné-e-s, mais qui, malheureusement, ne pouvait que continuer à être pertinentes tant la situation des quartiers populaires s’est aggravée. Entre temps, il y a eu des révoltes urbaines, l’aggravation des crimes policiers, une banalisation d’un racisme décomplexé et exacerbé par le mythe d’un racisme anti-blanc, l’augmentation et la féminisation de l’islamophobie, sans oublier la pauvreté dont les quartiers populaires et leurs habitants sont les premières victimes. 2005 a été l’année du coup de projecteur pour les banlieues mais surtout le déclencheur d’une nouvelle génération d’activistes et de militants qui ont marché pour leur dignité, dans une société française ou leur parole est régulièrement confisquée, lorsqu’elle n’est pas déformée ou caricaturée. La Marche de la dignité, c’est l’expression la plus légitime qui puisse exister car elle émane cette fois directement des premier-e-s concerné-e-s qui sont et restent les premier-e-s sur le terrain. Elle échappe non seulement à la tutelle bienveillante et paternaliste du parti socialiste mais est également un message fort envoyé au gouvernement.

Mais les trolls racistes n’ont rien vu de tout ça. Ils ont vu de la racaille (probablement car la marche émanaient de gens “basané-e-s”). D’autres y ont vu de l’anti-France. J’y ai vu de la force. J’y ai vu à la fois la dénonciation du racisme d’état, du capitalisme, du sexisme, des violences policières, de l’impérialisme, la transphobie, l’islamophobie, la négrophobie. Mais ça, les “imbéciles d’en face” comme on les appelle, ils n’y comprennent rien. Aurore Bergé, qui récemment s’affichait en maillot de bain sur twitter lors de la foireuse affaire du Bikini, déclarait: “La est celle de l’indignité. Celle qui appelle au boycott d’Israël et crache sur la République.” Sauf que le chantage au patriotisme bidon (patriotisme flatté par des gens qui se tapent royalement de la France et dont la cause première est de chanteur leur amour pour Israël), pour des gens qui ne se reconnaissent pas dans la République, qui attendent encore l’égalité, la liberté et la fraternité, ça ne marche pas. De même que de se refuser de voir le rapport flagrant entre les oppressions systémiques des habitants des quartiers populaires et de leurs semblables avec l’oppression subie par le peuple palestinien depuis des décennies relève d’une mauvaise foi exemplaire. En réalité, on se solidarise dans la Palestine car c’est devenu un miroir de la situation bien française : une population de quasi enfermement, un apartheid, des lois d’exception (la laïcité a été dévoyée pour contrer les musulmans, n’en déplaise aux trolls religiophobes qui pensent se dédouaner de leur racisme quand ils affirment haïr “toutes les religions”), un taux de chômage monstrueux, une mixité sociale nulle, des moyens réduits et surtout la confiscation de son propre destin qu’on refuse encore aux premier-e-s concerné-e-s d’accomplir.

François Hollande promettait de lutter contre le délit de faciès. On attend toujours. Depuis, son ministre des transports, Alain Vidalies, a déclaré préférer la discrimination au risque d’attentats. En même temps, quand on est un homme blanc “mainstream”, la discrimination, on ne connait pas. On vous souhaite de vivre au quotidien le mépris, l’humiliation et la haine des contrôles systématiques, fondés uniquement sur votre couleur de peau, des jeunes abattus par la Police et nous en reparleront. On reparlera également du récépissé, abandonné par Valls car ce serait une mesure “trop lourde”…. On préfèrera bombarder la Syrie ou valser avec les Saoudiens, c’est certainement moins lourd sur la conscience que de lutter contre les abus dans la police. Les associations qui se solidarisent des victimes de violences policières vous le diront : le but, ce n’est pas d’incriminer l’ensemble du corps policier mais de garantir la liberté à tous de circuler sans contrôle au faciès mais surtout de garantir une vraie paix sociale.

Cette marche a quand même fait des déçu-e-s : pour ceux qui s’attendaient à des hymnes au fondamentalisme, à des “Allahu Akbar” scandés en même temps que des slogans antisémites avec des prières de rue dans le fond, il faudra vous trouver d’autres fantasmes. Par conséquent, on mettra la focale sur la présence du Parti Des Indigènes de La République. Pour l’establishment, il n’est pas concevable de marcher à leurs côtés, tant le PIR est désigné comme sémant la confusion et catégorisant la société; en effet, pour Pierre Kanuty, il est impossible de parler de racisme d’état “quand la ministre de la justice est noire”. Super convaincant… Et pourtant, ce ne sont pas les membres du NPA, d’Europe Ecologie, de l’Union Juive Française pour la Paix, des Juifs et Juives Révolutionnaires ou d’autres organisations anti-racistes qui se sont retenus de marcher pour réaffirmer leur dignité aux côtés du PIR. Une fois de plus, le chantage ne fonctionne pas. Surtout qu’en face, quand il est question, dans le camp dit “progressiste”, de lutter en faveur de la prostitution, cela ne gêne personne de faire ami-ami avec Guy Geoffroy dont les positions anti “mariage pour tous” ne semblent pas tout à fait rimer avec celles des abolitionnistes. Qu’on taxe le PIR d’antisémitisme est un sujet qui mérite, au moins, qu’on mette à plat tout ça une bonne fois pour toutes mais qu’on en fasse la raison principale du dénigrement de cette marche prouve, une fois de plus, combien l’establishment déteste qu’une lutte lui échappe des mains. Qu’est-ce qu’on déteste voir des dominés s’organiser, s’émanciper, se libérer, entreprendre ses luttes pour sa propre destinée! En réalité, qu’on le veuille ou non, la Marche est la synthèse de réflexions issues de décennies de luttes. On se lève pas un beau matin avec un sentiment de révolte; cette Marche est un événement majeur qui rappelle des affaires d’injustices flagrantes (Zyed et Bouna, Amine Bentounsi, Ali Ziri, Lamine Dieng, Mahmadou Marenga, Abou Bakari Tandia, Samir Abbache, Taoufik El-Amri, Albertine Sow, Louis Mendy, Chulan Liu, Lamba Soukouna, Remy Fraisse, etc…). On a hérité des fondements des luttes historiques qui permettent de repenser la dignité dans une société ou le racisme est d’Etat. Pour la personne non concernée, comprenez que le racisme d’état vous consume de l’intérieur, vous fait haïr et mépriser votre propre être (ce qui a pour conséquence d’engendre des individu-e-s comme Lydia Guirous et autres personnes qui détestent ce qu’elles sont) et aujourd’hui, la dignité de cette marche, c’est de clamer haut une résistance.

FemmesLes femmes ont porté la Marche. Elles étaient, dans leur immense diversité, présentes sur tous les fronts. On a rendu hommage à ces combattantes qui compilent des tas d’oppressions et qu’on a utilisées contre les hommes des banlieues qui, comme on le sait tous grâce à des associations comme NPNS (merci le PS!), seraient plus machistes et violents que les hommes blancs qui ne vivent pas dans les quartiers populaires. J’ai vu des femmes au discours sans appel mais néanmoins drôle (“Ta main dans mon afro, mon poing dans ta gueule!”), des femmes qui luttaient à la fois contre le capitalisme et le sexisme, des femmes qui rendaient hommages à leurs soeurs des pays du sud sans l’universalisme blanc narcissique. J’ai entendu les paroles de Stella Magliani Belkacem qui a rappelé que le changement ne pouvait venir que de luttes, admiré les femmes en luttes du 93, écouté Amal Bentounssi. J’ai entendu des discours trop souvent décriés comme étant “anti france” là où la France se prive de ce qui pourrait la sauver : la dignité des plus dominés. Ces femmes et ces hommes, qu’ils soient issus des organisations féministes, de la brigade anti-négrophobie, des Indivisibles ou d’associations anti impéralistes, nous ont montré par leur seule présence et parfois dans leurs mots durs que la dignité est notre plus grande arme. Quoi de plus normal que la Marraine de cette marche soit Angela Davis, icône incontestable des luttes féministes et anti racistes!

En conclusion, aux sceptiques des luttes non encadrées par le blantriarcat, aux frileux de la révolte populaire, aux mythomanes pyromanes, aux analphabètes de la dignité, sachez que vous avez perdu. Pas une guerre ou une bataille mais vous avez perdu la main sur nous. Nous ne serons plus jamais instrumentalisés par un quelconque pouvoir, qu’il soit de gauche ou de droite. Nous nous refusons à nous haïr entre nous pour que vous vous sentiez bien au dessus de nous. Nous nous refusons à vous laisser définir NOS luttes, NOS oppressions et NOTRE dignité. Vous qui nous avez tant sermonné sur tant de sujets sans jamais vous exprimer sur ce qui nous a profondément meurtri (la précarité, la marginalisation, la discrimination, les farces artistiquement racistes comme Exhibit B, etc…) tout en perdant du temps à disqualifier des concepts comme l’islamophobie, la “race” ou la gentifrication par manque de reconnaissance de votre propre racisme mais aussi par ignorance, vous n’avez plus de pouvoir sur nos propres luttes. Nous avons notre agenda et il sera contre l’oppression. Nous sommes tous et toutes solidaires de toute notre âme envers les victimes de la violence, qu’elle soit nationale ou internationale et qu’elles se trouvent en occident ou ailleurs. Le charlisme d’état, l’antiracisme niais et raciste, le refus de certaines réalités sémantiques ou sociétales, la hiérarchisation des oppressions, la concurrence des luttes, la surveillance de masse, l’instrumentalisation des blessures, la violence d’état et notre invisibilisation… On en veut pas. Et on luttera. Et on n’attend pas que la licra, Sos Racisme ou Gilles Clavreul et autres “antiracistes de canapés” se manifestent pour affirmer NOTRE dignité à nous.

PS : Bien essayé le chantage. Mais… venant de la part de personnes qui, pour le coup, font VRAIMENT monter le #FN dans ce pays, gardez vos conseils pour vous. Le #FN, c’est juste la pointe de l’iceberg, la caricature. Mais avant la caricatures, il y a beaucoup de monde et qui ne s’en rend même pas compte… tant les esprits ne sont pas décolonisés.

Un voile de haine, de bêtise et d’ignorance au nom du féminisme

Aujourd’hui, à Paris, s’est tenue la deuxième manifestation contre le foulard sobrement intitulée “journée sans voile”. Un tel non évènement devrait faire sourire. En effet, on ne peut que rire en imaginant des femmes, musulmanes ou non, mais surtout non voilées venues manifester contre le port du voile. Personnellement, cela me fait le même effet que d’imaginer des végétariens se réunissant pour clamer haut et fort leur refus de la viande ou des personnes non tatouées rassemblées autour du dicton “Tatouage = aliénation”. Absolument ridicule. Oui, en 2015, la folie du militantisme anti-foulard, quand elle ne touche pas des journalistes qui disent absolument n’importe quoi, est arrivée au stade du triste spectacle où se mêlent des personnalités très controversés, des slogans simplistes et… non, c’est à peu près tout.

On a compris. On le sait maintenant : l’ennemi est intérieur, il y a une cinquième colonne islamiste en France, les hommes musulmans sont tous des barbares qui s’ignorent, l’obscurantisme a gagné, les femmes voilées sont le cheval de troie du fondamentalisme islamiste, ect… On connait par coeur ce slogan féministe du début des années 2000, cette chanson devenue un tube, reprise comme dans un restaurant karaoké, par toutes les bouches, qu’elles soient sincèrement féministes ou féministes “de circonstance”. Après tout, pourquoi s’interdire de  s’approprier un langage féministe tant qu’il exclue des musulmanes, méprise des musulmans et permet surtout de lyncher l’Islam ? On a compris! Mais les initiatrices de ce pathétique projet, elles, ne comprennent toujours pas ce qui se joue dans cette affaire et leurs maladresses en sont la preuve.

Le féminisme sans voile… Ehmmmmm!

Elles ont lancé leur projet sur Facebook. Elles, ce sont les trois protagonistes qui sont, pour 2 tiers, de culture musulmane. Elles prétendent s’adresser aux neo-communataristes, ce groupe flou dont j’ai parlé, qui n’est souvent défini comme tel que par l’extérieur. Tiens, tiens : trois femmes, majoritairement musulmanes, issues de la banlieue, qui se constituent dans un mouvement avec des  revendications politiques et qui finissent par taxer les autres de communautarisme… Cherchez la logique! Leur appel au rassemblement aurait pu servir de pièce clé à une réflexion sur la question du voile, maintes et maintes fois débattue, généralement en l’absence des principales concernées, si cet appel n’était pas un espèce de tract de propagande mal articulé. Premièrement, je remarque qu’elles ne savent pas à qui s’adresser. Elles ont juste “Marre de votre indifférence, de votre connivence, de votre condescendance !!!”. Le “votre” se rapporte à un “vous” qui n’est jamais clairement identifié. C’est le “vous” des “néocommunautaristes” dont le nom n’est jamais cité.   Degré zéro du courage. Passons. Comme dans tous les textes de propagande, ça affole le lecteur; en effet, ça parle de “nos sœurs en Terres d’Islam qui, elles, n’ont d’autre choix que de s’affubler de burqa ou de niqab” ( l’argument classique de la solidarité féminine musulmane, généralement en deuxième position entre  l’égyptienne excisée et l’Afghane mariée de force) mais également de ” jeunes filles, qui par leur refus de se voiler, l’ont parfois payé de leur vie”. Sortez les mouchoirs mais ne leur demandez surtout pas de quelles terres d’islam elles parlent ou la moindre source : au royaume des anti-voiles énervées, l’anecdote vaut l’argument et plus l’anecdote est larmoyante, mieux elle passe. Aucun commentaire à faire ! Comme dans tous les textes de propagande, on parle pour ne rien dire. C’est le cas, lorsqu’il est écrit : “vous nous livrez au patriarcat le plus implacable de notre temps. Vous faites abstraction de la dangerosité de l’islam radical et refusez de voir la réalité économique et sociale de leur propagande. Vous refusez d’entendre leurs objectifs proclamés pourtant haut et fort.”. Là, une question me traverse l’esprit. De quoi parlez-vous ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire de réalité économique et sociale de leur propagande ? Qu’est-ce que ça signifie ? Quels objectifs ? De la part de qui en particulier ? Pardonnez mes questions naïves mais j’aimerais réellement comprendre car, idéalement, quand on est victime d’une pression fondée sur des stéréotypes, il me semble contre productif de reproduire des stéréotypes… Comme dans tous les textes de propagandes, ça s’emmêle les pinceaux. Jugez-en par vous même : ces femmes s’inscrivent dans la lignée de ce féminisme à 2 euros qui dénonce ce qu’il…. finit par faire, c’est à dire amalgamer,  lorsqu’elles déclarent “Vous assimilez à une minorité islamiste l’ensemble des musulmans qui pratiquent paisiblement leur religion. Par cet amalgame, vous instrumentalisez cette majorité pour accréditer le fanatisme” ! En gros, le “vous” flou (car on ne sait toujours pas à qui elles s’adressent), commet un amalgame dégueulasse qu’elles commettent à leur tour sans voir une seule seconde leur énorme incohérence. Allez comprendre… Pour finir, comme dans tous les textes de propagande, ça ment à fond. Petit florilège du collectif des femmes pinocchio : “Vous offrez complaisamment vos médias aux femmes voilées qui proclament leur choix”, “vous négligez l’embrigadement dont une majorité est victime, comme vous refusez de voir la complicité active d’une minorité d’entre elles”, “vous méprisez le combat des femmes de culture musulmane de nombreux pays qui se sont affranchies du voile au nom de la liberté, de l’égalité et de la dignité”, “vous détournez l’Histoire pour cautionner le voile qui n’est réapparu en nombre croissant qu’avec l’islamisme politique.”. Oui, ces femmes ne connaissent pas la honte. Mais elles finissent quand même leur tirade, bientôt mythique, par une question : “Qui tire profit du retour en force du voile ?”. Et là, j’ai envie de répondre, chères féministes de pacotille, que s’il est difficile de répondre clairement à cette question étant donné sa complexité qui change d’un contexte géopolitique à un autre, qu’il est juste certain qu’il bénéficie plus à des hommes politiques en pleine panne créative et qui ne peuvent plus répondre aux défis économiques du monde actuel qu’à n’importe quelle âme “d’en bas”.

Capture d’écran 2015-07-11 à 00.35.55Je suis, pour ma part, fatigué du débat sur le port du voile. Fatigué de cette obsession n’est pas saine parce qu’elle marginalise celles dont on pense qu’il est notre devoir de sauver alors qu’elles n’ont rien demandé. De même que je suis fatigué de ces féministes de circonstance qui servent à légitimer l’islamophobie la plus flagrante en tant que “racisme qui flotte dans l’air” et racisme d’état. Oui, nous savons que certaines des “plaignantes” sont d’origine arabe et alors ? C’est la même chose que NPNS mais en pire car cette fois le soutien est presque unanime. Maintenant, existe-t-il des femmes forcées de se voiler ? Absolument. Faut-il lutter pour leur liberté ? Oui. Sauf que ce type d’initiative, outre le fait d’être construit sur un ramassis d’incohérences, de contre-vérités et d’anecdotes embarrasse plus qu’autre chose. Catholiques fervents ou non, vous étiez embarrassés par la manif pour tous ? Ne vous en faites pas : d’autres ont repris les mêmes méthodes pour une initiative tout aussi débile. Si le voile est largement considéré par le féminisme français comme l’aliénation par excellence, alors presque tout est aliénation. Formons un collectif des femmes sans string, des femmes sans épilation, des femmes sans jupe, des femmes sans mari, des femmes sans talons, des femmes sans enfants, des femmes sans tatouage, des femmes sans opération de chirurgie esthétique, des femmes sans rente, des femmes sans grain de beauté, des femmes sans cheveux blancs ou carrément sans cheveux tout court! Sérieusement, où va-t-on ? Et surtout, vous qui êtes des femmes dites “expérimentées”, ne trouvez-vous pas abject de vouloir inspirer une loi pour interdire le voile aux mineures ? Vous qui scandez des slogans à la hauteur de votre idiotie tels que “Voile = Obscurantisme”, vous ne trouvez pas, sur le plan intellectuel, que c’est une arnaque lamentable que de faire croire que la suppression du voile entrainerait de facto la disparition de l’obscurantisme ? Vous ne trouvez pas obscurantiste d’interdire formellement un choix libre, sans prendre en compte que les femmes sont toutes différentes, toutes avec leur propre parcours d’émancipation ? Allez faire un tour du côté de régions du monde où le voile est presque absent du paysage pour voir que l’obscurantisme ne discrimine ni race, ni religion, ni société.

Je ne pourrais jamais comprendre ou approuver des hommes qui se donnent le droit de forcer une femme, qu’elle soit de leur entourage ou non, à se voiler. De même que je réprouve totalement les pays qui forcent les femmes à se voiler mais aussi les compétitions de sport qui forcent les femmes à porter des jupes. Chaque femme, qu’elle soit musulmane ou non, doit avoir le droit de disposer de son corps. C’est leur corps et donc leur décision. Sauf que vous, vous avez décidé de faire du petit féminisme de café; ça vient interrompre Edwy Plenel en plein débat, ça ne s’intéresse qu’aux questions qui concernent de loin ou de près l’islam comme si le reste du combat féministe était acquis… En tout cas, bravo à vous car en récupérant ce thème qui est devenu presque autant incontournable que celui de l’IVG, vous vous préparez à une petite percée médiatique. Et pour preuve : vous avez déjà le soutien de  La Ligue du droit international des femmes, Mohamed Sifaoui, Libres MarianneS, Ni putes ni soumises, Zineb El Rhazoui et de l’ufal (Union des familles laïques). On a les amis qu’on mérite… En attendant, les victimes dans l’histoire, ce sont ces femmes voilées qu’on s’autorise à agresser sans qu’aucune d’entre vous ne se solidarise au nom de ce féminisme universaliste qui place des barbelés entre vous et chaque femme qui ose porter ce voile que vous accusez de tous les maux.

D’ailleurs, en parlant d’universalisme, pourriez-vous lâcher les baskets aux “femmes arabes” ? Vous qui êtes françaises tout autant que n’importe quelle française, pourriez-vous expliquer cet éternel comparatif avec ces femmes que vous ne connaissez pas ? Pourriez-vous m’expliquer pourquoi les musulmanes françaises ne devraient pas se voiler au nom d’autres musulmanes, celles que vous adorez, celles qui vivent en Iran ou en Arabie Saoudites, parce qu’elles sont forcées à porter le voile ? Pourquoi, vous qui en avez marre (et à raison) qu’on vous ramène à vos origines, à cette catégorie de “française issue de l’immigration”, vous considérez qu’une musulmane française doit effectuer des choix en fonction de ceux que d’autres musulmanes vivent au quotidien dans une contrée lointaine tandis qu’une française “de souche” et non musulmane n’a jamais à effectuer de comparatif? Vous parlez d’intégration mais vous n’avez aucun mal à vous désintégrer du sol français pour faire passer vos idées. Tout comme vous n’avez aucun mal à taper sur les femmes voilées que vous faites passer pour des complices de l’intégrisme. L’idée du fervent catholique que l’on comparerait à Civitas ferait dresser les cheveux de n’importe quelle personne mais l’amalgame “femme voilée= terroriste” ne vous pose aucun problème. Vous en avez marre de l’irrespect fait aux musulmanes non voilées ? Je comprends. Mais ne vous en prenez pas à la voilée, affrontez la source de l’irrespect! C’est comme blâmer des femmes qui entretiennent leur silhouette au lieu de vous attaquer à l’injonction permanente d’être “belle” ou aux industries qui fixent des normes absolument délirantes.

Pour conclure, merci aux idiotes utiles du racisme de la manif sans voile. Je ne peux résister à la tentation de vous proposer quand même, d’éclaircir un peu vos positions, en commençant par clairement identifier les “néocommunautaristes” à qui vous vous en prenez. La réflexion devrait vous mener à comprendre que le “communautarisme” est non seulement vu et conçu de l’extérieur mais surtout jamais par ceux et celles qu’il vise. J’aimerais également vous présenter à des féministes arabes qui auront forcément grâce à vos yeux car non voilées et qui vous diront l’embarras dans lequel elles se trouvent et la paralysie de leurs luttes quand d’autres ailleurs, sous couvert d’universalisme et de solidarité, verrouillent leurs projets. Et à toutes celles qui parlent de culpabilité, de laïcité et autres thèmes chocs très à la mode dans le contexte actuel, vous êtes grillées : on sait pertinemment que votre grandiloquence ne cache en réalité qu’une haine épidermique du voile qui est probablement lié à ce racisme respectable qu’est devenue l’islamophobie.

En attendant, je vous laisse à vos débats grotesques. En hommage à vous, j’appelle à un rassemblement du collectif des “salariés sans vacances” à Paris prochainement en présence de salariés qui ont fait le choix de ne pas partir en vacances mais qui demandent donc l’interdiction des vacances pour… ceux qui partent en vacances. Probablement parce que le ridicule ne tue pas mais lance des carrières.