Archives par étiquette : PS

Super Rossignol, le féminisme Galeries Lafayette et la suprématie blanche

NB: Suite à un message reçu sur twitter, la photo représentant Pauline Arrigui portant le bien sinistre et méprisant tee shirt “Atheism ls The New Black” a été retirée. Je vous laisse juges de cette demande.

Le féminisme blanc a encore frappé. Rien de bien surprenant. Mais aujourd’hui, il confirme sa relation amoureuse avec la suprématie blanche et malheureusement, par les temps qui courent, un constat semble implacable : ils vivront heureux et auront des tas d’enfants qui nous créeront des tas d’emmerdes. Nous, c’est un “nous” assez vague, ultra compliqué, très divers mais qu’on peut simplement résumer ainsi : “nous” concernera tous ceux pour qui ce féminisme blanc raciste, rebaptisé féminisme galeries Lafayette, sera un frein pour sa libération.

Laurence Rossignol et le féminisme conquérant

La raison de tout ce remue ménage ? Quoi, vous ne voyez pas ? Et bien oui : la femme musulmane voilée. Encore et toujours. Sauf que dans le mépris, elle aura été accompagnée de tous les noir-e-s de la planète entière, rebaptisés “nègres afric… nègres américains” par notre Ministre du Droit des Femmes (de la famille et de l’enfance, comme dans une publicité pour de la lessive en poudre). Interrogée sur la tendance de la mode islamique, Laurence Rossignol a été claire : “Ces marques expliquent que ce sont juste des vêtements mais qui ne font la promotion d’aucun mode de vie. Comme s’il y avait une dissociation entre les vêtements et les modes de vie. Or, dans l’histoire, par exemple, dans les années 60, les femmes peuvent avoir un compte en banque, elles vont à l’école, elles vont à l’université, elles ont accès à la contraception et en même temps, les jupes raccourcissent (ou elles mettent des pantalons). Ce qui prouve bien qu’entre la tenue des femmes et leurs droits, il y a un lien parce que l’enjeu c’est celui du contrôle social sur le corps des femmes.” On est à deux doigts du complot, on dirait! Donc l’habit ferait la nonne ou du moins ferait le pouvoir ? C’est original. C’est sans doute pour ça que je n’ai jamais trouvé de maillot deux pièces, string argenté au rayon Menswear de Zara… Ce que la ministre dit peut être discuté à longueur de pages et dans des débats interminables mais ce qu’il faut en retenir, c’est la stratégie d’argumentation :

  • Toujours faire référence à l’antithèse du voile qui sera la minijupe (ou le string, ça dépend des périodes). Ce faisant, on a presque l’impression que des femmes se seraient battues pour porter une minijupe, transformant plus d’un demi siècle de luttes féministes en vulgaire bataille pour le droit à porter une jupe et danser le twist. Et lier longueur de vêtement avec la liberté d’une femme… Franchement… En 2016 ? De la part d’une ministre et du droit des femmes, par dessus tout ?!
  • Toujours les apparences. Nous sommes dans une France d’apparence, de faciès, de sale gueule, de bonne gueule. Sauf que, le contrôle social sur le corps des femmes, en France, il porte plus sur ce qu’elles décident d’en faire ou de ne pas en faire. La subjectivité du choix d’une tenue reste un choix critiquable, mais le courage, le vrai, quand on parle de contrôle des corps et en tant que ministre des droits des femmes, ça serait de s’attaquer au diktat de la minceur, à la glorification de l’épilation intégrale, au racisme de l’industrie de la mode et des cosmétiques et à ses répercussions désastreuses sur des générations de femmes qui sont prêtes à tout pour rentrer dans le moule, quitte à relever des défis de plus en plus fous,  bref, de ce qui nuit mentalement et physiquement aux femmes qui ont été incarcérées dans  un rôle où l’on se fout éperdument de ce qu’elles ont à dire ou à penser, tant qu’elles sont jolies “à notre façon”.

Laurence Rossignol et le féminisme “on est plus chez nous, trop de bougnou… gens méchants!”

La Ministre poursuit : “Lorsque des marques investissent ce marché de la tenue islamique lucratif, un marché pour les pays d’Europe, ce n’est pas le marché pour les pays du Golfe, à ce moment là, ils se mettent en retrait de leur responsabilité sociale et d’une certaine façon, ils font la promotion de cet enfermement du corps des femmes”.

Donc notre ministre nationale pense pouvoir parler au nom de toutes les européennes… Qu’elle parle au nom de toutes les françaises serait plus que prétentieux mais là, on comprend à quel type de personne on a affaire : de la pire espèce, celles qui parlent soit disant au nom du plus grand nombre car elles se voient tellement comme la norme, l’originale, la vraie, l’authentique, à laquelle il ne faut rien demander puisqu’elle est dominante. Quant aux marques qui font la promotion d’une façon de s’habiller… Et alors ? UNE COLLECTION DE TENUES ISLAMIQUES CHEZ DOLCE & GABANNA ! UNE SEULE ! Quelques écharpes, jilbebs, tuniques, foulards et étoffes et vous avez l’impression de subir une crise cardiaque, de subir un envahissement ? Qu’est-ce qui se passe dans cette France qui devient hystérique pour une histoire de foulard ?! Notez que pour la Ministre, la panique, c’est que le “phénomène” atteigne l’Europe. On pouvait encore tolérer que la femme de ménage marocaine nous offre des caftans, mais là, ça commence à faire un peu beaucoup, quand même…

Quant à la responsabilité sociale des marques…. Parlons-en. Parlons des propos absolument grossophobes d’un certain Karl Lagerfeld, des marques qui, dès qu’elles conçoivent un vêtement un peu plus grand, induisent une différence de prix, de la minceur qui est devenue une norme en dehors de laquelle seront exclues toutes celles qui ne parviendront pas à fermer le dernier bouton de leur jean taille 36. Parlons de ces marques qui ne font pas ou peu appel à des mannequins de couleur, des gaines et des corsets qui s’achètent par centaines de milliers et qui peuvent provoquer des maladies ou des déformations. Parlons des gamines employées par des sociétés de cosmétiques pour des gammes réservées à des femmes plus âgées et de la perversité du message. Parlons de la difficulté pour les femmes enceintes de trouver des tenues à la fois confortables et aux prix abordables. Parlons de cette industrie qui veut éclaircir les peaux, défriser les cheveux et créer des regards absolument irréels. Et je ne vais même pas m’étaler sur le nombre de maladies type anorexie ou boulimie liés à cette industrie où il vaut mieux ressembler au modèle dominant ou aspirer à lui ressembler. Elles sont là, les vraies responsabilités, pointées du doigt par des centaines d’associations, de chercheurs ET DE FEMINISTES mais dont la ministre du droit des femmes se tape comme de l’an 40.

Laurence Rossignol, la ministre sauveuse des musulmanes dominées, potentiellement libérables par la sainte République.

On l’aura deviné : la Ministre aime ses musulmanes. “Mon sujet, c’est l’ensemble des femmes musulmanes qui vivent en France et qui sont sous l’emprise, grandissante, de groupes salafistes qui se sont mis en situation de dire aux musulmans de France qui est un bon musulman et qui ne l’est pas”. Vous pouvez trembler. Merci madame Rossignol d’avoir osé rompre le silence et parlé de ces milices qui viennent nous oppresser! C’est vraiment du tout neuf comme idée. On en avait jamais entendu parler… D’après notre sauveuse, les musulmans et les musulmanes devrait pouvoir, ici, en France s’attendre à ce que la République les protège en leur offrant de l’égalité, de la liberté et de la fraternité. Ce serait drôle si la situation n’était pas horriblement tragique. Aujourd’hui, en République, l’égalité, ça sera sous certaines conditions, pareil pour la liberté, quand on voit que l’Etat se fait condamner pour discrimination au faciès sans en tirer les conclusions ou faire de bruit autour de . Quant à la Fraternité… Dans un pays où on méprise encore l’Islamophobie en niant l’essence même du mot, à droite comme à gauche et où, on va souvent reprocher aux premières victimes de l’islamophobie d’être, en gros, ostensiblement musulmanes, je me demande de quelle fraternité parle madame la Ministre.

Mais heureusement que Super Rossignol est là! Elle savait ce qui se tramait, à l’ombre des voiles. Et elle l’a vu : “on voit de moins en moins de femmes dans la rue, dans les cafés, vivre de manière libre dans leurs quartiers”. Tiens, on assiste à une Finkielkrautisation des esprits! Encore un individu blanc de plus de 55 ans, vivant en dehors de ces mystérieux quartiers mais qui, du haut de son perchoir d’humaniste, a entendu l’appel ? Non. En vérité, la thématique des femmes absentes de l’espace public, c’est un vieux procédé. Même Anne Zelensky, une féministe pourrie par l’islamophobie la plus crasse, qui a fini chez Riposte Laïque l’avait écrit : “Cela se passe à Aubervilliers, territoire perdu de la République. Des mœurs d’un autre âge s’y sont implanté. Ainsi les cafés et leurs terrasses sont occupés exclusivement par les hommes. On se croirait transporté dans un bled quelconque d’Arabie”. Elle parlait même de reconquista… Et, bingo, Laurence Rossignol a fait référence à cette sordide histoire.

Laurence Rossignol et les dérapages

Madame la Ministre dit ne pas croire au grand remplacement. Néanmoins, elle n’hésite pas à parler de “franco-musulmans”, une petite perle orale qui démolit toute la théorie sur l’intégration façon gauche caviar qui adore le couscous et le spa du Club Med Djerba ou en Musulmanie, peut être ? Venant de la part d’une formation politique où on nous répète à longueur de journée que “oui, on peut être français et musulman, pardi!”, que les couleurs n’existent pas, que la citoyenneté doit passer avant tout, que la laïcité est merveilleuse car elle protège les religions et tout le blabla, ce lapsus est assez… succulent. Après la bi-nationalité, va-t-on parler de natioreligion? J’ai hâte d’entendre parler de Franco-protestants ou de Franco-athées! On nous dira ce qu’on voudra mais dans ce lapsus, j’entends ce que l’on n’ose jamais dire : qu’on a glissé de la question ethnique à la question religieuse et que même les bas fonds de l’inconcient d’une ministre du droit des femmes passée par la pathétique association “Sos Racisme” peut nous en faire la démonstration.

Mais la perle orale, la vraie, portait sur la question du libre arbitre. Souvent, pour convaincre une audience trop inculte ou à l’esprit trop simple pour des réalités évidentes, il faut avoir recours aux images. Pour parler des dangers du Tabac ou de la conduite en état d’ivresse, qui s’est retenu des photos ou vidéos choc ? Et ben, Rossignol, c’est pareil. Mais en beaucoup moins bien. Je dirais même, en version tellement dégueulasse qu’on en a la gerbe. La Ministre, la liberté de se voiler, elle n’y croit pas. On ne lui fait pas, à elle. Elle qui est en contact avec des associations de quartiers dirigées par des nunuches comme Nadia Remadana, elle en sait quelque chose. Et elle voudrait qu’on la comprenne et déclare en toute tranquillité que “il y avait aussi des nègres afric… des nègres américains qui étaient pour l’esclavage”, sans voir un seul instant le caractère odieux d’un tel énoncé (ni même se faire reprendre par Bourdin… exactement comme Elice Lucet qui laissait tranquillement Guerlain parler de nègres sur son plateau). L’indignation est multiple :

  • Avoir recours à une comparaison avec l’esclavage est tout aussi indigne que la comparaison avec le nazisme pour x raisons. C’est une banalisation d’un phénomène horrible, pas tout à fait achevé et qui n’a absolument rien à voir avec ce à quoi on l’accole.  Parler d”esclavage pour parler de prostitution ou de voile (ou même, comme on l’a vu dernièrement lors des rassemblements contre la loi travail), revient à mépriser d’un seul trait les prostituées, les femmes voilées et surtout les esclaves (qui n’ont pourtant jamais obtenu la moindre réparation). Et pire encore : ça dénote qu’on ne veut pas de ça chez nous… et qu’on tolèrerait ça ailleurs. Parler d’exploitation serait plus approprié.
  • La question du libre arbitre est choquante. A écouter ces féministes rebaptisées “féministes galeries Lafayette”, lorsqu’une femme ne fait pas le “bon choix”, elles sont aliénées, folles et ne s’en rendent pas compte. C’est, à mon sens, un pur contresens et un cliché antiféministe flagrant vieux comme le monde : madame Rossignol n’a-t-elle pas lu ces autobiographies de féministes qui, parce qu’elles sortaient des sentiers battus et se refusaient à suivre le dictat de la société dans laquelle elles évoluaient, ont été taxées de folles, de marginales, juste à cause d’un choix personnel ?
  • Le choix du terme “nègre” est, à mon sens, la pire. Loin de moi l’idée de mettre en concurrence les femmes portant un foulard et l’insulte négrophobe, mais elle est lourde de sens. Premièrement, vous remarquerez qu’elle a été prononcé sans grande difficulté. On pouvait parler de noirs, d’esclaves, de traite mais de nègres…. Mais on nous dira que ce n’est qu’un dérapage! Le blantriarcat a le droit de déraper, de se reprendre, car lui, quand il faute, c’est toujours contre sa volonté, contre sa ligne droite, pour une question de volant qui a été lâché un court instance, en pleine aisance. Le blantriarcat a ce privilège tout simplement parce qu’il est conçu comme la norme parfaite, indiscutable et dont les fautes ne peuvent jamais lui être reprochées.
  • Il faut cesser de faire dire à l’esclavage ce qu’il n’était pas en le déconnectant de sa réalité et de son contexte historique et stratégique. Combien de “nègres” ont accepté l’esclavage, de bonté de coeur ? Qui peut avoir un chiffre parlant et significatif ? Personne. Qu’on mène des recherches sérieuses à ce sujet afin de mettre un terme à ce mythe, purement anecdotique et insignifiant sur l’histoire de l’esclavage qui ne fait que le réviser et, d’une certaine façon, disqualifier scandaleusement ce que la traite négrière a été… et ce qu’elle a rapporté. Vous arrivez à imaginer, des comparaisons avec les camps de concentration, dans quelques années, sur un plateau télé, avec un ministre qui déclarerait “beaucoup de juifs étaient pour les camps” ?! L’idée vous parait dingue ? Préparez-vous, car rien n’est impossible avec cette classe politique qui n’hésite pas à plonger dans le racisme et les comparaisons ignobles pour vendre sa soupe.

Vive le Blantriarcat !

Il y a eu très peu de réactions de la part du gouvernement. On pensait qu’avec ce qui avait été traversé par Christiane Taubira, on aurait pu avoir un ou deux mots mais, au Parti Socialiste, c’est le racisme caricatural type FN qu’on aime pas, le reste…. ça se tolère un peu. Du bon racisme de gauche, en soit. Par chance et certainement par humanisme, les femmes voilées et les noir-e-s sont beaucoup plus intelligents : aucune demande de désolidarisation n’a été exprimée. Anne Cécile Mailfert, Pauline Arrighi et d’autres peuvent dormir tranquillement sans crainte d’avoir à se justifier ou à souffrir du rejet en allant s’asseoir à côté d’un noir dans le métro ou d’une femme voilée dans le bus. Et puis, personne chez les concerné-e-s n’a publié de tribune ou d’édito, dénonçant des propos issus d’une blanchité qui adore son reflet dans le miroir.

Néanmoins, ce qu’il y a de fascinant avec le blantriarcat, c’est cette tendance à ne jamais reconnaitre complètement ses erreurs, voir à les transformer en des qualités. L’entourage de la ministre a même déclaré : ” Le mot nègre est un mot péjoratif qui ne s’emploie plus que pour évoquer l’esclavage, en référence à l’ouvrage abolitionniste De l’esclavage des nègres de Montesquieu “. Pauvres noirs! Qu’est-ce qu’ils sont bêtes, quand ils n’ont pas le sens de l’humour! Incapables, eux aussi, de comprendre la finesse de la langue française! Quand un homme politique blanc dérapera à son tour, et mon doigt me dit que ça ne saurait tarder, en parlant de “salopes”, on attendra qu’il nous dise qu’il faisait référence au manifeste des 343 salopes de Charlie Hebdo en pleine époque de lutte pour l’avortement, pour voir si la pilule passe aussi bien auprès des concernées et si nier sa faute sans s’excuser suffira à apaiser la douleur de l’épithète raciste. Mais, malheureusement, le blantriarcat est une machine haute comme un monument, qui sait faire face à toutes les critiques qu’il veut taire, lui qui se disait si Charlie. En témoignent les tweets insensés d’Eric Mattout qui récupère la Négritude de Aimé Césaire pour se livrer à un hors sujet mêlant féminisme, voile, droit de vote des femmes… Un bon condensé où on vomit son incompréhension. Et Heureusement que Audrey Pulvar est là. Il en faut toujours une, de toute façon. Sa fonction : rassurer le blantriarcat en apportant sa protection et en validant l’expression. Elle est la bonne conscience. Un équivalent pathétique de “l’amie arabe qui prépare des couscous” et qui donc, est le plus évident gage d’antiracisme. Et puis, Laurence Rossignol “est issue” de la mouvance “SOS Racisme”, voyons….

Ainsi, nous laisseront les féministes galeries Lafayette prendre l’escalator et se diriger à la caisse du magasin “racisme”. La traque aux prostituées étant passée de mode, il faut concentrer son énergie sur le grand méchant “non blantriarcat friendly” ennemi de l’intérieur. Ne les taxez pas d’islamophobes : elles ne veulent que défendre la laïcité menacée par un steak halal qui s’est retrouvé dans leur panier à Sephora. Ne les taxez pas d’antiracisme niais : elles maitrisent l’art du contouring spécial “beurette” parce qu’elles les trouvent belles, les arabes, sauf quand elles apparaissent sur la même liste aux élections européennes qu’une islamophobe notoire comme Annie Sugier (oui, Caroline De Haas et Anne Cécile Mailfert, on sait que vous avez monté un projet avec elle !) pour après pleurer la chute de la gauche, après avoir tenté l’union avec le Diable. Ne les taxez pas de négrophobie : elles invoqueront la langue française, qui n’a fourché que dans nos oreilles d’incultes. Ne les taxez pas d’obsession sur le voile : elles vous parleront de l’impact du film Jamais Sans Ma Fille sur leur conscience féministe. Ne les taxez de rien. Laissez les s’étouffer dans leur bienveillance obsessionnelle et leur mépris condescendant. Laissez-les parler d’universalisme et entendez-là un nombrilisme parce qu’elles sont persuadées d’être authentiques et ne reproduisent qu’un schéma raciste appliqué au féminisme. Laissez-les suffoquer en voyant une femme voilée et voyez-y la marque de leur impossibilité à se défaire d’un machisme où des règles pensées contre elles sont maintenant utilisées contre celles qui auraient pu être leurs soeurs. Laissez les pleurer sur les femmes qui n’empruntent pas leur route et voyez là leur faillite et leur grand paradoxe : lutter contre la haine en faisant de la haine, c’est efficace à court terme, mais jamais révolutionnaire car ça ne bénéficie que rarement aux plus démunis. Pas surprenant que la théorie antiraciste des non concernés et le féminisme blanc trouvent si peu leur public parmi ce vague “nous” que beaucoup ont décidé de mépriser parce qu’il refuse de servir de paillasson… Mais bon, on imagine qu’il vous restera vos journées sans voile et vos actions antiracistes pour vous occuper et que vous viendrez goûter à la chaleur des banlieues quand on vous y enverra pour récolter des voix, entre deux thés à la menthe et beignets à la sénégalaise.

 

Etude comparée : Quand Canal + fait mine de s’intéresser au féminisme…

MLa télévision française a beaucoup de mal à parler de féminisme. Même à l’occasion de la journée de la femme, date féministe s’il fallait n’en retenir qu’une seule, le service public n’a rien trouvé d’autre à proposer… qu’une émission 100% femmes sur France 2, en deuxième partie de soirée, sous la tour Eiffel et animée par Alessandra Sublet qui déclarait se sentir “de moins en moins féministe” pour une histoire de paires de couilles. Il paraît que les temps changent et pourtant, les clichés les plus antiféministes résistent, tout comme leurs cousins, à savoir les clichés racistes. Et malheureusement, ce ne sont pas les reportages de Canal + qui nous feront penser le contraire.

2015, chez Canal +, c’est l’année Charlie, année Liberté d’expression, année liberté de l’information, année de la démocratie et année du vent. 3 reportages, sous forme de portraits accompagnés de courts entretiens résument à eux la pensée Canal + et ont attiré mon attention. Ainsi, ces 3 reportages réunissent tout ce qu’il y a de plus caricatural et de plus sournois dans la mentalité « féministe » de Canal+.

Mona Eltahawy, Anne Cécile Mailfert et Rokhaya Diallo.

Mona Eltahawy, Anne Cécile Mailfert et Rokhaya Diallo. 3 visages, 3 féminismes.

Il y a d’abord un reportage dans la Nouvelle Edition sur Mona Eltahawy, à l’occasion de la sortie de son livre, «Foulards & Hymens ». Canal + annonce la couleur : Mona Eltahawy est féministe et musulmane. Et pleine d’humour, en plus. Trio gagnant ! S’ensuit une présentation ultra laconique de l’auteur féministe musulmane : elle est journaliste, a couvert la révolution égyptienne au cours de laquelle elle a été violée et brutalisée et aujourd’hui, elle a les cheveux rouges et de chouettes tatouages sur les bras. On mentionne rapidement le fait qu’elle ait été arrêtée dans le Métro de New York alors qu’elle taguait sur une affiche « anti-musulmane » (le mot « Islamophobie » est probablement plus difficile à prononcer) sans donner de plus amples détails. La présentation paraît complète, or, il aurait fallu mentionner ce qui a véritablement rendu célèbre Mona Eltahawy, à savoir cet article publié dans « Foreign Affairs » intitulé « why do they hate us ? »… C’est cet article, truffé d’essentialisations, d’orientalisme et qui diabolise les hommes arabes et musulmans, qui l’a propulsée au rang de ces féministes arabes alliées du Nord et dont l’occident raffole comme il raffole des dattes et des cornes de gazelles : juste pour la touche « arabe ».

En revanche, Canal + s’attarde un peu sur le voile que portait Mona Eltahawy. Après tout, son libre s’appelle bien « Foulards & Hymens », n’est-ce pas ? Eltahawy avoue ne pas avoir été heureuse lorsqu’elle le portait. «Une fois dans le bus, il y avait une femme assise en face de moi qui portait un niqab. Elle a essayé de me convaincre de me couvrir le visage aussi», raconte-t-elle. «Je lui ai montré mon voile en lui disant “ça ne suffit pas ?”. Elle m’a répondu : “si tu veux manger un bonbon tu le préfères emballé ou pas emballé ?”. Je lui ai répondu : “Je suis une femme, pas un bonbon”.» C’est l’argumentaire anti-voile de la Nouvelle Edition sauce bistro du coin : « voyez ces femmes qui ont subi le harcèlement en terre barbare, oops, en terre arabe, et vous osez porter le voile ici ?! En plus, elles vous disent qu’elles n’étaient même pas heureuses de le porter ! ». Bien… Par contre, la Nouvelle Edition aurait quand même du préciser un détail qui a toute son importance : Mona Eltahawy était forcée de porter le voile parce qu’elle vivait en Arabie Saoudite, là où le voile est une obligation. Non, Canal présente cette histoire du voile comme si Mona Eltahawy l’avait réellement choisit pour finir par le regretter alors que dans les faits, elle a été forcée et donc, naturellement, ne pouvait être heureuse.

On se décide enfin à parler du livre ! Pour dire quoi ? Rien. Mona Eltahawy lit son introduction et signale que les femmes du moyen orient et d’Afrique du Nord sont souvent réduites à ce qu’elles ont sur la tête – le voile, toujours le voile – et entre les jambes. Tout ça, pour ça… Mais une arabe qui parle vaguement de sexualité, qui s’extasie devant une statue qui cache le sexe d’un ange par une feuille, à la TV Française, en accablant un peu le moyen orient, quitte à donner dans l’essentialisation la plus basique, c’est un plaisir qui ne se refuse pas. L’ironie, c’est que ce reportage fait exactement ce que dénonce Mona Eltahawy : il l’a réduite à ce qu’elle a sur la tête (un voile puis les cheveux rouges) et ce qu’elle a entre les jambes.

Place à Anne Cécile Mailfert dans Le Supplément. Elle est présentée par Guillaume Hennette comme une féministe « pas Femen » car elle ne « va pas montrer ses seins pour essayer d’avoir raison sur différentes causes ». La déception des hommes assis autour de la table est palpable au son de leurs gloussements mais peu importe : Anne Cécile Mailfert est issue d’une structure du féminisme dit « classique », comprenez par là « féminisme mainstream, légal et bien lisse». Elle est même présentée sous le charmant nom de « féministe 2.0 », comprenez par là « la féministe légitime car si elle est 2.0 cela veut dire qu’elle est la suite de l’originale, c’est à dire la 1.0 ». Le sujet qui lui est consacré ressemble à une collection de bandes dessinées Martine. On a le droit à l’épisode de Anne Cécile gratte des subventions chez Google France « parce qu’ils font vachement de bénéfices ». Puis l’épisode Anne Cécile en brainstorming avec son équipe féministe (épisode avec un casting 100% blanc, seuls les meubles, la bière et certains vêtements étaient de couleur, probablement pour des raisons de budget serré, la faute à Google, sans doute) pour trouver une stratégie pour imposer la parité aux prochaines élections. Vient après l’épisode Anne Cécile et ses copines dans le métro pour une action « anti harcèlement en perruque », sans grand intérêt. Je ne vais pas m’attarder sur les épisodes Anne Cécile et le cyber harcèlement et Anne Cecile raconte son Avortement pour m’arrêter sur l’épisode Anne Cécile et l’ex-prostituée Nigériane. Comme d’habitude, la féministe blanche a sauvé, grande surprise, une femme noire, prostituée probablement contre son gré et sans doute « sans papiers », qui, cerise sur le gâteau, attend un enfant dont Anne Cécile sera la marraine. Le spectateur n’a pas le temps de voir Anne Cécile Mailfert se gargariser d’incarner un « féminisme pas déconnecté » selon ses propres mots que le contre argument se fait entendre : Rokhaya Diallo, autre militante féministe, reproche à l’association Osez Le Féminisme et donc à Anne Cécile Mailfert d’incarner un féminisme déconnecté car blanc, bourgeois et pas très représentatif de l’ensemble des femmes. La suite du portrait enchaîne sur de courts extraits de l’épisode Anne Cécile & la PMA, laissant le spectateur stoïque devant une Anne Cécile Mailfert qui déclare, en faisant cette grimace propre aux addicts, à propos de l’engagement féministe : « Nan, j’sais pas, c’est un peu une drogue j’crois… Mais c’est une drogue qui fait du bien ! ». Vive le pétard, donc.

Après ce bref portrait, Anne Cécile Mailfert rejoint le plateau du supplément, en compagnie de Ségolène Royal. L’interview est plaisante. Anne Cécile Mailfert déplore l’absence d’un ministère du droit des femmes mais aussi l’absence de femmes têtes de listes, en rajoute une couche, et à raison, sur l’éternel écart de salaires, le temps partiel, les discriminations à l’embauche en 30 secondes chrono sous le regard d’une Ségolène Royal qui préfèrerait sans doute être dans son bain à regarder un téléfilm avec Shannen Doherty … Ah ces féministes ! Elles râlent toujours décidément ! Vient ensuite la fameuse affaire de la jupe qui a secoué la planète laïcité en ce début d’année. Anne Cécile Mailfert juge qu’il ne faut pas exclure. Elle est d’ailleurs tellement choquée et marquée par cette affaire qu’elle a… relayé le hastag sur Twitter. C’est donc ça, le féminisme 2.0 ! Relayer un hastag is the new activisme français ?! Maïtena Biraben pose la question à 5 millions de dollars (question Google pour celles et ceux qui ont suivi) : Féministe et voilée, c’est possible ? Réponse de la féministe 2.0 droguée? « Toute femme qui se revendique féministe euh… se revendique féministe. » Merci madame Mailfert pour l’autorisation. Droguée et cheftaine du féminisme, rien que ça. « Euh… nous on va pas juger est-ce qu’on est plus ou moins féministe euh… donc donc… (…) on ne dévoile pas, nan nan, on n’impose pas ça, pas du tout, c’est un peu violent, non ». Bonne nouvelle, le féminisme 2.0 ne veut pas dévoiler. Poursuivons. « par contre, euh euh, nous on a une position sur le voile qu’est de dire que les voiles, pas seulement le voile musulman, pour nous ce sont, c’est un signal qui est envoyé de… bah de se cacher pour les femmes et c’est vrai que nous on est contre ». Anne Cécile Mailfert, je ne sais pas si ce sont les drogues qui parlent, mais quand on vous pose des questions sur le voile, inutile de tenter une pirouette en parlant « des voiles, pas seulement le musulman » quand la question est exclusivement centrée autour du foulard musulman. C’est ni brave, ni courageux. C’est juste la réponse typique de celles qui veulent s’éviter une accusation d’islamophobie en parlant « de tous les voiles ». Bien joué, mais en 2015, plus personne n’est dupe. Quant à l’idée de cacher les femmes… Ces femmes voilées, qui les cache ? Le voile ou les écoles qui les refusent, les entreprises qui les recalent, les hommes qui les agressent ? Ces femmes qui, souvent, aimeraient que leurs idées soient entendues et contribuer à un féminisme enrichi d’expériences différentes pour créer un féminisme encore plus puissant, vous les trouvez cachées ? Pourtant, croyez-le ou non, ces femmes qui ne méritent pas votre activisme 2.0, elles ont pourtant des tas de contribution à faire sur ce qu’elles vivent en terme de harcèlement, de machisme, de discrimination et de marginalisation. Devant une telle perle argumentative, Maïtena Biraben demande à Ségolène Royal si l’on peut être voilée et devenir féministe. Réponse culte : «  On peut être voilée et devenir féministe (…) on peut être voilée dans la sphère privée et enlever son voile dans la sphère publique ». Preuve irréfutable de l’ignorance socialiste qui ne sait même pas en quoi consiste le port du voile et décrète qui sera féministe ou pas. L’entretien se termine dans une ambiance bon enfant, colorée, comme d’habitude. Le Supplément a présenté la fille légitime du féminisme dit « des première, deuxième et troisième vague », plus souriante que celles qu’on connaissait et surtout sur tous les fronts ! Infatigable, presque sans langue de bois et convaincue, Canal + a réussit a forger les esprits : le féminisme français majoritaire, qui a raison tout le temps et sur tout (et qui est à gauche en plus !), ce sera ELLE. Les propos d’ Anne Cécile Mailfert sur le voile ont provoqué une petite polémique qui a entrainé le départ de militantes d’Osez le féminisme. Certes, l’accusation d’islamophobie semble grossière mais quand la nouvelle dirigeante de l’association déclare aux Inrocks : « Nous considérons le voile comme un symbole d’oppression patriarcale. (…) Cependant nous n’avons pas de solution pour le combattre, car les femmes musulmanes sont victimes d’une double oppression, raciste et sexiste, et nous ne voulons pas les stigmatiser ». Alors, pourquoi tenir un discours en plateau et dire l’inverse aux Inrocks ? Au passage, sachez que chercher une solution pour combattre le voile tout en cherchant à ne pas stigmatiser (sans se cacher de soutenir des initiatives qui stigmatisent comme la journée sans voile), c’est de l’insanité. Pour finir, il aurait été intelligent de la part de Canal d’interroger Anne Cécile Mailfert sur des problématiques d’actualité, comme la pénalisation des clients de prostituées et le projet de loi d’interdiction du voile dans les universités, histoire de laisser s’exprimer ce féminisme « pas déconnecté ». Une prochaine fois, peut être ?

Lorsque le supplément consacre un portrait à Rokhaya Diallo à l’occasion de la sortie de sa BD, « Paris d’amies », et de son ouvrage « Moi raciste? Jamais! », l’ambiance est largement différente. Le sujet s’appelle « Les Clashs De Rokhaya Diallo ». Le ton est donné. Le qualificatif de Féministe 2.0 étant déjà prit, la voix off présente Rokhaya Diallo comme l’une des « rares femmes noires dans le paysage médiatique français », pour ensuite faire référence à elle comme « la femme des clashs » et « l’anti-zemmour de service ». Ah, Zemmour : bizarre comme il est le seul nom à revenir quand on parle de racisme, comme s’il cristallisait tout seul ce racisme contre lequel Diallo se bat! Amis du supplément, Zemmour n’est que l’expression la plus vulgaire du racisme décomplexé. Passé cette brève introduction, le spectateur aura le droit à un résumé plus que caricatural des combats de Diallo ; en effet, elle est, dans l’ordre «une militante qui agace à droite comme à gauche» (en langage beauf, on appelle ça une chieuse ou une féministe, mais Canal + a trop de classe pour ça), quelqu’un qui combat «en faveur du voile et contre l’islamophobie» avant de se demander qui elle est et ce qu’elle défend vraiment. Tremblez ! Le portrait revient sur son passage chez RTL au moment des attentats lorsque Rioufol lui a demandé de se désolidariser des terroristes. Puis, on parle vaguement de ses oppositions avec Elizabeth Levy qu’on annonce comme «l’une des cibles régulières de Rokhaya Diallo». Ici, le mot « cible » n’est pas un choix anodin ; en effet, ce terme permet de faire passer E. Levy pour la victime des attaques de Rokhaya Diallo. Brillant procédé de diabolisation qui permet de prendre en otage la cervelle du spectateur qui désormais ne peut voir le combat de Rokhaya Diallo que d’un mauvais œil.

Et en effet, le mauvais œil est partout dans la suite du portrait. Les Y’A Bon Awards ? Des récompenses des perles racistes « parfois très critiquées ». Par qui ? Par Caroline Fourest en personne. La voix off n’en dira pas plus, sans même citer les propos qui lui ont valu une banane d’or et qui ne sont que mensonges et calomnies. On donne l’impression de récompenses gratuites, non méritées, injustes. Pas un mot non plus sur les membres du jury, pourtant assez diversifié. Christophe Barbier est venu chercher son prix pour des unes « considérées comme Islamophobes ». Justes considérées? De toute façon, la voix off n’est pas « sûre qu’il y retournerait ». Le pauvre. A se demander si Canal ne le considèrerait pas, lui aussi, comme étant « l’une des cibles régulières de Rokhaya Diallo » ! Le reportage mentionne quand même la présence de Melissa Theuriau dans l’entourage de Rokhaya Diallo, histoire d’apporter une petite touche de crédibilité intellectuelle mais le spectateur n’a pas encore le temps de la laisser remonter dans son estime que le supplément touche au sacro saint sujet de tous les temps : Charlie Hebdo. Qu’en dit-on ? Qu’elle a signé une pétition contre le soutien à Charlie Hebdo au moment de l’incendie de 2012. Bien. Mais il en faut encore plus : on mentionne également que les vilains Indigènes de la République, autrement dit le Diable en personne dans le monde médiatique, ont également signé la pétition. Et Canal enfonce le clou : Rokhaya Diallo serait antisémite. Source : un entretien de Dieudonné et de Soral réalisé pour la chaine LCP. Que lui reproche-t-on ? D’avoir présenté Soral juste comme un polémiste. Ah… Et présenter Rokhaya Diallo comme la femme des clashs ou l’anti-zemmour de service, on en parle ? Pourquoi reprocher aux autres ce qu’on n’applique pas ? Et surtout… qui ne connaît pas Alain Soral ?! La fin du portrait n’est guère plus favorable à Rokhaya Diallo qui sera toujours présentée comme « féministe pro-voile », « en faveur du voile ». Comme pour Mona Eltahawy : on réduit les combats des féministes « non filles légitimes des vagues passées » à quelques points de vue.

L’interview sur le plateau laisse place à une Maïtena Biraben beaucoup plus pugnace que d’habitude. Le sujet Dieudonné revient. Rokhaya Diallo déplore que tous les racismes ne soient pas traités de la même façon. Aucune réaction en face. Quant à Charlie Hebdo, Maïtena Biraben déclare : « vous êtes pour la liberté de porter le voile si on le souhaite, pour la liberté de se prostituer mais contre la liberté d’aller trop loin dans l’humour si Charlie Hebdo le souhaite ! ». Rokhaya Diallo a beau expliquer qu’elle a le droit de ne pas être d’accord avec l’humour Charlie mais Maïtena Biraben la reprend, esprit charlie oblige : « vous trouvez que c’est islamophobe !». Elle rappelle qu’elle a signé une pétition de « non soutien » (sans préciser que la pétition ne faisait aucunement suite aux attentats du mois de Janvier 2015, probablement pour entretenir l’ambiguïté). Que voulez-vous que Rokhaya Diallo lui réponde quand des questions aux nombreux sous-entendus s’enchaînent ? Au final, MB fera une preuve flagrante de racisme light en déclarant qu’elle s’ignorait raciste puisqu’elle ne voyait pas de racisme dans le fait de dire « Tu es Espagnole ? J’adore la paëlla ». Ne réussissant pas à la convaincre, Biraben diffuse des extraits de sketchs du Jamel Comedy Club. Réponse de Diallo ? La nuance est dans « la bienveillance ». Heureusement que Rémy Pflimlin, présent sur le plateau à ce moment là, rappelle que les témoignages issus du livre de Diallo sont véridiques car issus de la plateforme internet. Boom, changement de sujet, on passe à nouveau à Dieudonné et Soral ! Rokhaya Diallo rappelle que le fait d’interviewer une personne n’est pas un signe d’adhésion à ses idées. Maïtena Biraben trouve quand même scandaleux que Rokhaya Diallo n’ait pas donné d’autorisation de diffusion de son interview dans son portrait… Et on a envie de lui répondre que le mal est déjà fait mais Canal n’aime pas trop les résistances… La fin de l’entretien portera sur des questions somme toutes déjà entendues sur la diversité à la télé…

Que retenir de ces trois portraits différents ? Premièrement, Canal aborde le féminisme en version accélérée. C’est très court et surtout, très stéréotypé. 3 féministes, 3 histoires différentes, 3 parcours différents, 3 niveaux de médiatisation différents, 3 affiliations différentes pour 3 femmes qui évoluent dans des cercles différents mais on parlera toujours et encore du voile. On ne se prive pas de raccourcis, de contre vérités, de petites calomnies subliminales et de coller des étiquettes : Mona Eltahawy la féministe ET musulmane ex-voilée puis décolorée qui adore le mot « VAGIN », Anne Cécile Mailfert la féministe « classique » et donc la plus légitime au titre de féministe de base et Rokhaya Diallo, la féministe « contrefaite » car « pro-voile » qu’on ose à peine nommer féministe quand on ne parle pas d’elle comme d’une agitatrice, reine du clash et qui aurait, la vilaine, ses cibles. Belle schématisation !

Deuxièmement, Canal refuse systématiquement de parler du contenu des combats (livres, films, textes…) pour parler des auteures comme si cela était plus important. Pourquoi ne pas avoir développé quelques points des thèses de Mona Eltahawy ou de Rokhaya Diallo ? Pourquoi insister sur des informations personnelles, certes à l’origine de leurs combats, sans montrer le rapport avec les luttes ? Pourquoi ne pas poser des questions de fond sur les combats que mènent ces femmes, quittent à ce qu’elles ne développent qu’un seul point ?

Troisièmement, Canal passe sous silence ce qui lui chante. Présenter Mona Eltahawy en prétendant que sa « célébrité » a commencé avec la révolution égyptienne, c’est à la fois mensonger et grossier. Taire sa présence aux seins d’organisations qui se définissent elles mêmes comme appartenant au féminisme islamique, que “tout le monde” en France a en horreur, trahit soit une manipulation soit un manque de recherches de la part de Canal. De même que dire d’Osez le féminisme que c’est une association « qui a prit ses distances avec le parti socialiste » sans expliquer que certaines membres de cette association n’ont aucun complexe à côtoyer  des gens vraiment pas à gauche (pensez à Caroline De Haas, membre historique d’OLF qui a rejoint le collectif « Féministes pour une Europe Solidaire » aux côtés de Mailfert mais aussi d’une certaine Annie Sugier… qui était l’une des animatrices du site ultra islamophobe « Riposte Laïque »…), c’est cacher une vérité très dérangeante qui aurait du interpeller… Mais on ne se gênera pas pour inventer des filiations idéologiques Dieudonné – Alain Soral – Rokhaya Diallo sur la base d’une interview donnée pour LCP. Comme c’est étrange…

Enfin, pour terminer, il serait intelligent que Canal traite du féminisme autrement. Montrer des féministes qui écrivent, luttent, discutent de stratégies, c’est bien mais sans expliquer la pertinence de ces luttes dans les sociétés actuelles, c’est nul. En conclusion, bon courage aux féministes qui luttent, réellement, sans avoir à déformer la vérité tant qu’elle leur est favorable à coups d’actions et/ou de reportages bidons et j’ai une tendre pensée pour celles persuadées, du haut de leur grandeur, que leur mission sur terre et de libérer tout le monde, y compris celles qui ne se reconnaissent pas dans leurs luttes et qui n’hésitent pas à discréditer leurs adversaires en les insultant, elles qui appartiennent à cette gauche qui ose encore affirmer que l’islamophobie consiste à taxer une personne d’islamophobe pour discréditer ses propos :

1-2

3-4 5

Il est clair que je préfère la version Twitter de Anne Cécile Mailfert qui a le mérite d’être beaucoup moins “sous drogue” que sa version télé qui ne sait que sourire mécaniquement et répondre à côté des questions! Envoyer bouler des interlocuteurs en les traitant de #troll, ça, c’est certain, c’est le féminisme 2.0.

Ils viennent de découvrir ce que c’est que d’être noir-e, chez libé !

Avec la diffusion de “Trop Noire pour être française?” sur Arte, la rédac’ blanche de chez Libé vient de faire la découverte du siècle. Non, chez libé, quand on ne dénigre pas le vote de la Grèce qu’on rapproche sans honte du FN juste pour mieux vomir la décision d’un peuple, on découvre les noir-e-s ! Vous pensiez que l’abolition de l’esclavage, que les (peu nombreux) débats sur la colonisation et la traite négrière, les élections d’Obama, l’attentat de Charleston et les émeutes de Ferguson & Baltimore avaient éduqué Libé sur la question noire? Vous êtes d’une naïveté, pauvres amis! Bien entendu, chez Libé, pour parler de noirs, on est blanc. On est des “non basanés”, des “non recalés du corps traditionnel français”, des “sans commentaire”, des exclus du marché juteux du racisme, des chanceux (ou chanceuses) qui ne connaissent pas le bonheur de vivre une vie dans laquelle on vous demande assez souvent d’où vous venez puis d’où vous venez “à la base, quoi” vu que “je suis français-e” ne suffit jamais comme réponse. Mais bon, après, on parlera d’intégration, oubliant que c’est à ceux qui ne voient la francité qu’à travers la blanchité de faire le travail…

Ainsi, Libé découvre les noir-e-s et s’intéresse, à l’occasion d’un documentaire, à cette problématique. Un appel aux témoignages a été lancé… et j’en ai ri. Comme si les témoignages étaient rares au point de nécessiter une telle mobilisation. Comme si “nous” n’en parlions pas assez. Comme si Rokhaya Diallo, Amandine Gay ou même le collectif Mwasi n’existaient pas mais bon, souvenons-nous que Libé est un journal pro-establishment qui doit forcément considérer les sources citées précédemment comme étant de mauvaise qualité… parce qu’elle ne sont pas blanches et donc n’ont pas de caution intellectuelle ? Je n’ose le croire… Mais Libé est un journal où travaillent de grandes intellectuelles comme Elsa Maudet qui, grosse surprise, vient de découvrir qu’un hastag comme #TuSaisQueTesNoirEnFranceQuand est l’occasion pour le racisme le plus décomplexé de s’exprimer sans la moindre retenue. Passé ce constat, l’article de Maudet laisse place aux témoignages, 100 fois lus et entendus mais qui, pour des oreilles et des yeux blancs doivent ruisseler de subversion! Du jamais vu au pays des ignorants.

La

La niaiserie antiraciste…

S’ensuit une interview de la réalisatrice du documentaire «Trop noire pour être Française ?», Isabelle Boni-Claverie, toujours par Elsa Maudet et dont les questions trahissent sa candeur. En effet, non seulement, les questions posées dans l’entretien sont aussi basiques qu’un formulaire d’entrée sur le sol canadien mais surtout… on évite les questions qui sont trop subversives (pour libé ?).  Maudet apprend de la bouche de la réalisatrice que «si les stéréotypes perdurent, c’est qu’ils ont une utilité sociale» et demande laquelle (!). Je n’ose croire que c’est la méconnaissance d’un sujet aussi complexe ou tout simplement l’ignorance qui nécessite un complément d’informations. C’est ici vous dire le fossé qu’il y a entre ces gens comme Elsa Maudet, blancs, non racistes (sans être antiracistes non plus) avec leur vie bien propre qui n’ont pas à souffrir du moindre stéréotype qui soit handicapant pour eux ou elles et la vie des autres qui est souvent faite de galères et de stigmatisation. Cette simple question et toute la naïveté qui en découle prouve combien les non concerné-e-s par les oppressions racistes mais qui se veulent souvent être les plus mobilisé-e-s au nom d’un certain humanisme propre à leur “rang” sont à des lieux de s’imaginer la dure réalité de l’existence noire. Pour ces gens là, le racisme, c’est brutal, caricatural et ça a les traits d’un Lepéniste en puissance ou d’un skinhead et rien d’autre. On nie au passage que le racisme est un système d’une perversité inouïe et qu’il traverse la société puisqu’il est tout simplement structurel. On nie également que le racisme, de gauche à droite, tend à conforter les majorités dans leurs position dominantes sur le dos de minorités et que le discours ambiant a tellement bien prit que même nos plus grands anti-racistes blancs… finissent des fois par faire preuve de racisme à leur tour ! Le racisme, c’est pas juste le cortège du FN, ce sont également et surtout, le refus de décoloniser son esprit, le refus de prendre conscience de la pleine humanité d’une personne de couleur en la renvoyant systématiquement à ses origines comme on renvoie systématiquement les femmes à leur féminité (ou l’idée qu’on se fait de la féminité) pour leur éviter d’exister autrement. Mais ça, Elsa Maudet n’en parlera jamais.

Une interview qui traite du racisme anti-noir. Ok. Mais éviter les contextes historiques, les questions liées à l’héritage colonial et les luttes de ces cinquante dernières années, c’est ce qui s’appelle une faute de débutante… C’est comme parler des conflits qui perdurent actuellement en Irak et en Syrie sans jamais faire référence à leur contexte mais également à ce qui les a précédé. De ce fait, l’article d’Elsa Maudet, par sa simplicité et sa naïveté s’inscrit dans la lignée de cette culture cruche de l’antiracisme niais, tellement estampillé “Parti Socialiste”, tellement estampillé “S.O.S Racisme”, qui ne remet jamais en question ses privilèges, qui fait de l’émotionnel sur une discrimination raciale sans jamais montrer à qui elle profite ni même admettre que le racisme profite toujours aux dominants, qui ne voit aucun mal dans des panels avec 99% de blancs venus discuter de racisme et d’exclusion à la place des principaux concernés, qui nie d’autres paroles en leur ôtant toute légitimité, qui ne questionne jamais le racisme d’état, ni même les deux poids / deux mesures qui sont la faute de tout l’échiquier politique et qui n’admet jamais le racisme de son antiracisme. Bon courage à toutes celles et tous ceux qui n’éprouvent aucun complexe à donner dans la niaiserie journalistique, à caresser des problématiques dans le sens du poil sans oser aller là où on aimerait tant qu’ils aillent. Mais bon, il parait que c’est pas bon pour le vivre-ensemble, alors…

 

Chrétiens d’Orient, Crétins d’Occident

“Tout le monde passe sa vie à apprendre comment faire du troc : Il suffit de savoir qui a besoin de quoi pour manipuler les gens comme on veut.” écrivait Anita Nair dans L’inconnue de Bangalore en 2013. Et malheureusement, il est triste de constater combien cette simple citation est criante de vérité lorsque le sujet des chrétiens d’Orient est amené sur la table. Parce qu’en occident, après les droits des LGBT en contrée exotique ou les droits des femmes en “terre d’Islam”, il faut encore vendre le choc des civilisations en récupérant à son compte le triste sort d’un groupe plus ou moins minoritaire, à savoir les “Chrétiens d’Orient”.

On découvre un christianisme arabe alors qu’on pensait les arabes comme étant exclusivement musulmans. Mais là, grosse émotion : on a découvert en 2014 les chrétiens d’orient et on s’arrête à ça sans jamais expliquer leur histoire, leurs différences internes et leurs différents statuts selon les sociétés dans lesquelles ils existent. L’expression est sensée “nous parler”, comme s’il s’agissait d’un groupe lisse et uniforme sauf que, pour toute personne un peu instruite sur le sujet, les chrétiens du Liban dans toute leur diversité, ne sont pas les mêmes que ceux d’Irak, de Syrie ou d’Egypte. A l’intérieur des pays dans lesquels ils se trouvent, ils sont tout aussi arabes que les autres croyants et n’ont aucune spécificité particulière à l’exception de leur religion. Malheureusement, l’espèce d’engouement médiatique pour ces minorités occulte cette réalité car on aime se plaire dans l’idée d’un groupe monolithique qui serait devenu la cible prioritaire, voir exclusive des attaques. Dans un occident qui fait encore référence à ses racines chrétiennes pour mieux renier ses musulmans, le sort des arabes chrétiens résonne :  ce sont “nos chrétiens à nous” qui souffrent, de “bons arabes” avec qui la solidarité est presque innée car ils sont chrétiens. La machine est lâchée : on arbore la lettre “nûn” dans son nom sur les réseaux sociaux pour se solidariser des victimes chrétiennes de l’Etat islamique (cette lettre faisant référence aux nazaréens, littéralement “peuple de nazareth” en arabe) et on poste quelques photos d’églises vandalisées. On parle de ces chrétiens du matin au soir, comme s’ils étaient les seuls victimes et sans jamais reprendre l’histoire là où elle a commencé. Non, en occident, on ne fait pas de pédagogie et on présente un tableau qui peut mettre d’accord à peu près tout le monde : les laïques, les islamophobes, les chrétiens les plus fervents et mêmes les athées “bouffeurs de curé” sont submergé d’une émotion jusqu’à présent inédite. A l’UMP (enfin… chez les Républicains…), on se mobilise et à fond. Pécresse et Fillon parlent de minorités persécutées et se demandent même “Si l’Etat français ne se préoccupe pas des chrétiens d’Orient, quel État le fera?”. Le PS se félicite des efforts déployés par la France et appelle la communauté internationale à réagir. Bon, au FN, même si on ne veut pas les accueillir, on veut quand même attirer l’attention sur la situation des réfugiés Syriens chrétiens au Liban. Et les autres groupes religieux ? On s’en fiche.

Une étrange solidarité qui en dit long sur l’idée qu’on se fait de l’Orient…

Parce qu’en réalité, le soutien des occidentaux aux Chrétiens d’Orient n’est qu’un soutien d’occidentaux à d’autres occidentaux mais qu’on voit différemment; en effet, le terme “orient” est complètement figé en occident. Chez nous, Orient veut dire arabo-musulman et rien d’autre. L’Orient, en occident, c’est l’Islam ou, quand on est un peu rigoureux, des Islams. Ainsi, toute personne issue de l’Orient mais étant d’obédience chrétienne est perçue comme occidentale parce qu’on croit encore que le Christianisme est une spécificité occidentale… d’où ce rapprochement avec ces chrétiens d’orient. Inutile de rappeler aux pasionarias de la cause des Chrétiens d’Orient que les trois monothéismes sont nés en Orient et sont donc, avant tout, orientaux, avant de s’être étalés jusqu’en occident. Inutile également de leur rappeler qu’en mettant la focale uniquement sur les chrétiens, on donne l’impression que le sort des autres groupes ne les intéresse pas, voir même qu’il les indiffère. Inutile aussi de leur montrer que cette vague de sympathie pour les minorités chrétiennes donne l’impression, en plein débat sur la laïcité et le communautarisme, qu’on ne s’émeut que du sort de “ceux qui nous ressemblent dans nos racines les plus profondes”. Inutilement également de leur rappeler que d’appeler à la solidarité envers un groupe persécuté qui fuit la guerre alors qu’on refoule sur notre sol des gens qui fuient également des persécutions, c’est juste se moquer du monde. Enfin, inutile de ne pas voir ici une contradiction évidente de la classe politique qui considère communautariste tout soutien à la Palestine (où, curieusement, les chrétiens palestiniens, lorsqu’ils sont victimes des politiques sanguinaires de l’Etat d’Israel n’ont jamais eu le droit à un tel soutien) sans voir dans son soutien aux chrétiens d’Orient un soutien tout aussi… “communautariste” ?

pho604a386a-10e9-11e4-9ed5-8037e64775c4-805x453_1Le Vatican a demandé aux leaders musulmans de prendre position en faveur des chrétiens d’Orient, un peu à la manière de Carayon (UMP) qui avait demandé aux français de confession musulmane de prouver leur “islam modéré” en manifestant en masse. On apprécie le conseil! On peut également demander à tous ces députés émus de manifester leur refus de la violence en se désolidarisant de tous les responsables politiques occidentaux qui ont enclenché des guerres au Moyen Orient, tuant au passage, qu’ils le veulent ou non, des musulmans ET des chrétiens. Et si ces hommes politiques sont tellement émus de la situation actuelle des chrétiens d’orient, pourquoi se bornent-ils à n’en parler que maintenant qu’ils subissent la barbarie de l’Etat Islamique (Daesh) ? Pourquoi ne pas remonter aux origines du problème, à savoir le soutien à des interventions impérialistes, à des régimes dictatoriaux et à une colonisation qui n’en finit plus ? Pourquoi ne jamais dire explicitement que si nous n’avions pas soutenu ces guerres, si nous n’avions pas accepté de danser avec des dictateurs, rien de ce qui se passe actuellement ne s’y passerait ? Pourquoi récupérer de façon aussi fallacieuse le tragique sort d’une partie de l’orient – la bonne car elle pratique une religion “bien de chez nous”, sans halal ni imam – alors qu’il s’agit d’une crise qui n’épargne personne ? Pourquoi choisir nos victimes ? Et surtout, pourquoi entretenir l’idée d’une minorité plus persécutée que d’autres alors que Chrétiens & Musulmans résistent ensemble ? N’est-ce pas là une formidable et presque respectable façon de faire vivre le mythe de la guerre des civilisations ?

Je ne vais pas parler de Gaza. Non pas que je trouve logique qu’on parle de communautarisme toujours pour les mêmes (noir-e-s, arabes et musulman-e-s dans la plupart des cas) et qu’on leur demande de montrer patte blanche alors qu’il n’a jamais été demandé à un seul juif “d’occident” de se démarquer de l’occupation Israëlienne. Simplement parce que les chrétiens de Gaza, qui subissent également des violences, ne sont jamais inclus dans le groupe “chrétiens d’Orient” car leur oppression vient d’un occupant qui n’est pas musulman. Des juifs (Israël) ou des chrétiens (usa) qui buttent de l’oriental, majoritairement musulman, mais aussi chrétien des fois, ça ne plait pas, tout comme des musulmans qui s’entretuent ne font plus vendre de papier et ne font plus pleurer nos politiques. Pourquoi en débattre? On vous parlera de femmes qui se libèrent de la Burqa, de combattantes Kurdes sexy à en réchauffer la banquise et de persécutions atroces commises par des monstres qui osent encore se réclamer de l’Islam car c’est bien ce qui est visé. La seule chose vaguement musulmane qui interesse la populace, c’est un sensationnalisme du plus mauvais goût aux travers d’images chocs montrant la destruction d’oeuvres d’art de l’âge d’or de l’Islam et d’avant. Une belle façon subliminale, en plein débat populaire sur “la liberté d’expression”, de bien montrer la barbarie musulmane dans toute sa splendeur. Les Chrétiens d’Orient permettent également, aux chers peuples démocratiques toujours éclairés, de montrer leur soudaine générosité en terme d’immigration comme on a pu le voir dans le supplément où une famille chrétienne d’Irak est accueillie par une famille française dans le Nord… à une époque où la France expulse comme jamais et sans le moindre complexe et où Eric Woerth joue avec nos instincts les plus bas en mélangeant les concepts d’immigration dite “musulmane” et d’acquisition de nationalité française. Sarkozy compare même l’afflux de migrants à des dégâts des eaux… Sympa. Et après, ils oseront vous parler, la larme à l’oeil, des chrétiens persécutés d’Orient sans rien faire d’autre que d’en parler. On aurait aimer voir nos élites politiques qui font preuve d’un tel humanisme et d’une telle compassion pleurer le sort des Rohingyas qui sont un peuple, musulman cette fois, mais surtout le plus persécuté d’après l’ONU. On aimerait également voir ces personnalités médiatico-politiques de Droite aux USA qui pleurent les massacres de Chrétiens en Irak alors qu’ils ont applaudit la guerre. On aimerait également voir plus de reportages sur les origines du conflit, qu’il s’agisse de la création de Daesh, mais aussi un comparatif un peu plus réaliste entre l’Irak d’avant et l’Irak d’après vu que certains s’obstinent à croire qu’on a bien fait d’aller envahir un pays souverain pour destituer un dictateur “au nom de la liberté” en même temps qu’on se promène main dans la main avec des chefs d’état d’Orient qui sont loin d’être des champions des droits de l’homme ET de la démocratie.

Le Terrorisme, les massacres et les persécutions qui nous intéressent sont ceux qui mettent en scène la domination musulmane

Alors cessons de parler à tout va d’union nationale, d’égalité et de solidarité quand on a encore des réflexes de caste et recours à des expressions comme “chrétiens d’Orient” pour créer des hiérarchies entre les victimes et choisir quel peuple nous émeut prioritairement et comment on va se servir d’un conflit à des kilomètres de chez nous pour mieux manipuler nos peuples. Si on veut nous toucher dans nos émotions les plus profondes, nous toucher dans ce qui nous reste d’humain, commençons par cesser de s’ingérer dans les histoires politiques d’autres pays, commençons par réfléchir et écouter tout le monde avant d’envahir, de coloniser, de déshumaniser et de piller. Et rappelons nous qu’il est facile de nous faire croire en l’idée d’un islam qui aurait le monopole de la barbarie quand on sait que la barbarie de Daesh n’existe pas sans l’Occident, que nos militaires français – et donc engagés en notre nom -, s’en donnent à coeur joie en violant des petits africains, que 9 noirs ont été tués dans une église par un homme blanc sans connexion à un quelconque groupe musulman, qu’un athée à tué 3 musulmans de sang froid au seul motifs qu’ils étaient musulmans, que nous avons – par le biais de nos élus – soutenu les pires opérations, qu’il y a déjà eu cette année des actes de terrorisme mais passés sous silence car non opérés par des musulmans et surtout, que des colons israéliens s’en prennent à des lieux de culte Chrétiens exactement avec la même violence aveugle que l’Etat Islamique mais jamais faire la Une, mais surtout rappelons nous qu’il est facile de présenter des faits pour leur donner une dimension bien spécifique à partir du moment où on est dans une démarche de manipulation des esprits qui ne profite qu’à un tout petit groupe d’individus qui n’a que faire du peuple qui l’a porté dans les sphères les plus hautes du pouvoir.

Ils parlent de communautarisme…

Disclaimer : Je rappelle, une fois de plus, ne pas être un agent ni du complot LGBT-Islamo-marxiste-conquérant, ni du choc des civilisations. Je précise également ne pas bosser pour l’establishment, ni pour Daesh ou encore les frères musulmans. Je rappelle encore, pour finir, qu’il est pénible d’avoir à rappeler ces choses là pour être lu car une fois qu’on vous qualifie (sans la moindre preuve) de “faux nez de Tariq Ramadan” ou d’être allié de l’islamisme, vous avez presque perdu…

Il existe des termes qui sont à la mode tellement on les entend. En ce moment, je n’en peux plus de ce mot : communautarisme. Ce serait la cause de tous nos malheurs. Vous cherchiez un dénominateur commun au terrorisme, au machisme “de banlieue”, au chômage, à la précarité, à l’échec scolaire, à la faillite de “l’intégration”? Ne plongez pas le nez dans des études et n’allez surtout pas sur le terrain régulièrement, lâchez juste le mot “communautarisme” : tout le monde comprendra, en se contentant juste d’esquisser un léger rictus d’approbation. Ironie de l’histoire : même si ce mot est dans toutes les bouches, personne ne sait réellement de quoi il est question. Pour caricaturer les discours dominants, on parlera de communautarisme lorsqu’on verra un groupe d’individus “qui se ressemblent et donc s’assemblent”. On leur prêtera également un nombre d’intentions jamais vérifiées mais présentées comme des revendications destinées à perturber la paix sociale et l’égalité avec bon nombre de fantasmes pour endormir le peuple. Cela devrait, à priori, concerner tout le monde sauf que, dans les discours ambiants qui n’existent que pour lutter contre le communautarisme, cela ne concerne uniquement des minorités racisées et aucun autre groupe.

1_photo_4Vu que je prêche par l’exemple, je vais faire appel à votre pop culture pour comprendre ce concept foireux. Prenons les héroïnes de Sex & The City; elles pourraient être considérées comme communautaristes. Après tout, il s’agit de 4 femmes hétérosexuelles, élégantes, New Yorkaises, bourgeoises, consuméristes, centrées sur elles tranquillement dans leur petit monde… Mais pour l’establishment, ce n’est pas du communautarisme. Par contre, bande de filles, à savoir 4 noires d’origine modeste car “issues des banlieues”, pour l’establishment, c’est du communautarisme. La différence entre les deux ? Le privilège de la liberté : le premier groupe, Sex & The City, composé à 100% de femmes blanches est libre d’exister sans avoir à se justifier sur sa composition alors que le second doit justifier dans son existence le fait qu’il ne compte pas de femmes blanches. Le groupe de femmes racisées est perçu comme un groupe de femmes qui se sont “unies” sur une base ethnique tandis que l’autre apparait comme normal alors qu’il est tout aussi “critiquable” d’un point de vue “diversité”. Par conséquent, privilège blanc oblige, Sex & The City échappe à l’appellation “communautariste” tandis que Bande de Filles ne peut être qu’une horreur de communautarisme. Cette simple comparaison est déclinable à l’infini. Regardez les émissions de TV qui traitent du sujet : le communautarisme, c’est toujours 3 arabes, 3 noirs ou 3 rroms ensemble. Par contre, pas un mot sur 3 blancs ensemble, jamais. Pourquoi ? A cause du privilège blanc : lorsque le sujet est évoqué, ce n’est jamais sous l’angle blanc qui ne peut pas être menaçant et à l’origine des failles évoquées en introduction. Jamais remis en cause.

Alors, le communautarisme – des racisé-e-s, cela va sans dire, c’est super mal. Ca fait flipper. Ils sont la menace qui pèse. Sauf que… en réalité, le “communautarisme” d’un groupe n’existe que pour celui qui se perçoit à l’extérieur du groupe sans jamais questionner ses dynamiques culturelles et / ou sociales. Avant de mépriser des populations qu’on prétend vouloir sauver, s’est-on réellement posé la question de ce qui crée ce qu’on a décelé de communautariste chez ces gens-là ? Est-ce qu’on peut s’imaginer deux secondes, soyons fous, que des personnes peuvent former un groupe qui a des choses en communs qui ne sont pas ce qu’on voit d’elles ? Est-ce qu’on peut se dire que ces 4 filles arabes – désignées sous le terme de “beurettes” pour faire fantasmer le vieux beauf qui s’est découvert un faible pour les maghrébines depuis qu’il a vu Tabatha Cash dans Raï – forment un groupe avant tout parce qu’elles sont amies, soeurs, collègues, cousines, camarades et pas forcément parce qu’elles sont arabes ? Par contre, 3 lesbiennes “visibles” ou 3 gays “visibles”, eux, n’auront jamais à répondre d’accusation de communautarisme, pas plus que l’ensemble de la rédaction de journaux qui font fortune sur ce concept depuis des années, à coup de Unes et d’articles à tout va. Pourquoi les racisés seraient, tout à coup, devenus communautaristes ? Personne n’a daigné y répondre. Personne n’a daigné interrogé les principaux concernés. Personne n’a questionné le rapport entre l’environnement social, la différence de traitement d’un groupe à l’autre, non. On nous montre des communautaristes qui font peur et à nous de nous démerder avec cette horrible menace qui plane sur nous, blablabla…

Pour nous faire haïr les minorités visées à travers la haine du pseudo communautarisme qui n’existe que dans la tête de ceux qui en parlent, il faut une caution. Et pas n’importe laquelle : une caution bisounours, prête à penser, facile d’emploi et qui tient en deux mots puisqu’elle s’appelle le “vivre ensemble”. Forcément, quand on prend les gens pour des moutons, pas la peine de se lancer dans des théories foireuses : on va utiliser un mot simple à retenir et à comprendre. Par conséquent, en pointant du doigt “les communautaristes”, on veut nous monter des gens qui refusent le “brassage” car ils refusent le “vivre ensemble”. On nous fait croire, que parce que passe devant nos yeux un groupe d’individu-e-s ” de couleurs”, que ce groupe refuse tout ce qui ne lui ressemble pas car il s’est fondé sur sa propre “couleur”. On va nous faire croire également que c’est un refus du “vivre ensemble” que de vivre en cité au lieu de “vivre avec les autres”, en niant les réalités sociales. C’est à la fois prendre les gens pour des cons mais surtout faire dire, une fois de plus, aux premier-e-s concerné-e-s ce qui n’a jamais été dit. Cela n’est bien entendu valable que pour les minorités. Une bande d’amis blancs qui va au golf, sort en boite, dîne en terrasse, se balade en voiture, fait son shopping ou la queue devant la cigale, ça, c’est pas du communautarisme et eux, ils veulent vivre ensemble. Que faudrait-il faire pour ne pas donner l’impression d’être communautariste ? Rester une minorité et se trimballer avec un panneau qui dirait “je suis racisé-e mais je reste ouvert-e aux blancs, venez me voir, y’aura des Free Hugs !” ? Et pourquoi émettre une remarque toujours aux mêmes groupes lorsque d’autres semblent avoir le privilège de faire sa petite vie tranquillement sans qu’on ne lui consacre des doubles pages dans Libé, sans qu’on mette le doigts sur ses caractéristiques communes de ses relations, sans décortiquer méticuleusement son mode de vie, sans qu’on lui dise combien son “comportement” trahit ses revendications politiques ? Pourquoi ne pas faire exploser ce privilège blanc si on veut vraiment “vivre ensemble” ? Et surtout… pourquoi ceux et celles qui fustigent le communautarisme sont… eux mêmes communautaristes. Il existe donc un communautarisme blanc, d’en haut, humaniste, laïque et fier mais que le débat actuel ignore pour mieux ce concentrer sur le communautarisme du pauvre, qui est définit par les autres.

Pour ce qui est du “vivre ensemble”, ne nous laissons pas avoir par cette énorme farce. Si la démarche était sincère, le vivre ensemble devrait impliquer des actes concrets à savoir l’abolition des frontières : plus de classes, plus de castes, plus de différences, la chance pour tout le monde. Plus de petits, plus de grands, plus de banlieue, plus de ville. Cela voudrait signifier un abaissement des riches au niveau des pauvres pour que “ensemble” soit une réalité mais, bizarrement, là, personne ne répond présent. D’ailleurs, humanistes anti-communautaristes auto-proclamés, où étiez-vous, lorsque nous parlions d’identité nationale, d’unité nationale? Où était votre fabuleuse idée du “vivre ensemble” lorsque l’on expulsait des sans papiers, qu’on parlait de “ghettos” pour désigner les quartiers populaires, qu’on liquidait des budgets essentiels, qu’on racialisait des maux “bien français” comme le sexisme lorsque l’on parlait de banlieue ? Où étiez-vous, lorsque au nom d’une laïcité qui serait garante du “vivre ensemble” et un rempart contre le grand vilain communautarisme, on excluait des jeunes femmes portant le voile de l’école comme on s’apprête à les exclure de l’université ? Vous voulez “vivre ensemble” mais selon des règles qui ne bénéficient pas à tous.

Comme on peut pas parler de communautarisme sans évoquer son hypocrisie face aux “mouvements” tout aussi “communautaires” mais jamais décriés car majoritairement blancs, on ne peut pas évoquer des soit disant revendications communautaristes avec lesquelles on terrorise la France, de l’extrême gauche à l’extrême droite. Qu’en est-il réellement ? Rien. Ah si, les catholiques de la manif pour tous. Sauf qu’on ne parle pas d’eux en terme de “communautaristes”, y compris lorsqu’ils fricotent avec un candidat à la présidentielle à des fins vraiment politiques. Par contre, quand des musulmans se rencontrent annuellement à un salon au bourget, on ne râtera pas une occasion de parler de communautarisme, allant même jusqu’à créer des liens complètement incongrus avec les évènements de Janvier. Lorsque des musulmans prient dans la rue, l’alarme communautariste est sonnée, de gauche à droite, quitte à parler d’ordre public ou d’occupation… Vous existez, et ben, vous existez trop ! Par contre, lorsque des gens animés par une islamophobie qui vit dans leurs veines se rassemblent autour du saucisson et du pinard dans la rue, on est choqué du silence de nos élites qui” luttent contre le communautarisme”.

Pour se rendre compte de l’arnaque qu’est le concept de communautariste, il suffit de regarder qui en parle à outrance : des beaufs qui n’ont aucune expertise à faire valoir en la matière, qu’ils soient de gauche ou de droite. Je ne vais pas tous les énumérer mais ce sont en général des personnes qui vivent loin des personnes désignées comme communautaristes et qui, par conséquent, sous couvert de lutte pour le vivre ensemble et donc pour le “bien commun”, pensent avoir une quelconque expertise en la matière. Sauf que, le communautariste est fondé sur des intentions stéréotypées qu’on prête aux gens : on pense que tel groupe est dans la revendication juste parce qu’il est racisé. Les plus grands théoriciens bidons de la lutte contre le communautarisme oublient juste une chose et il est possible que ce soit un oubli volontaire : le communautarisme dont il parle, il n’est que le produit d’une politique d’état et donc décidé par l’état sans qui il n’existerait pas. C’est l’état qui parque les pauvres dans des “ghettos”, tout comme c’est lui qui est responsable de la politique de la ville et du chômage. Vous considérez 3 noirs ensemble sur un banc comme une immonde provocation, un immonde affront au “vivre ensemble”, un “repli communautaire” féroce qui narguerait l’indivisibilité de la République ? Allez donc vous mélanger. C’est facile de fustiger mais, vous, la haute France qui méprise et prête des intentions à des individus qui n’ont aucune démarche politique dans le simple fait d’exister et d’être visibles, quelle est votre contribution? Pourriez-vous nous communiquer une liste de vos amis, collègues et proches qui vienne apporter de la crédibilité à votre “combat”? On pourrait calculer le taux de juifs, musulmanes, animistes, hindous, noirs, arabes, réunionnais, indiens, chinois, protestants et vous dire, en fonction des résultats si vous êtes universalistes ou communautaristes, avec remise d’une carte tricolore avec une médaille “anti-communautariste”. On pourrait également demander aux anti-communautaristes du Dimanche de nous donner des gages de sincérité de leur “vivre ensemble” afin d’évaluer si leur démarche vise à promouvoir réellement la mixité ou juste à créer une atmosphère de péril “communautariste” dont le but serait de mettre à terre la France.

La vérité, c’est que le communautarisme est inévitablement partout. Ce n’est pas juste un “phénomène” qu’il faut cantonner aux banlieues et aux quartiers “ethniques” des grandes villes. Je considère le public d’un meeting de l’UMP aussi communautariste que celui du FDG, tout comme je considère Barbès aussi communautariste que St Michel, Belleville ou Haussman. Le public d’un film de Jennifer Aniston, celui d’un film de Stallone, d’un concert de 30 Seconds to Mars ou de Béyoncé… tous ces groupes sont communautaristes, selon ce qu’on a décidé de voir en premier lieu. La différence, c’est que, contrairement aux humanistes obsédés par les “obsédés du complot”, je ne tombe pas dans le complotisme pour éviter de me pencher sur les échecs des différentes politiques de la ville. L’establishment a décidé de mettre la focale sur le communautarisme des pauvres pour rassurer les dominants et leur garantir le statut quo de leurs privilèges. Ce faisant, il invalide le vrai travail qui est mené par des populations qui n’aspirent qu’à exister autant que n’importe qui d’autre. En attendant, on pourra toujours s’ériger en martyr du communautarisme qui détruirait la société en découvrant des sites de drague dits “ethniques” mais on ne rentrera jamais dans des analyses aussi virulentes lorsqu’il est question de la pornographie qui exploite aussi le communautarisme ou du CSA qui se montre très frileux à l’idée d’intégrer – car c’est au sommet d’intégrer et non la base – des minorités raciales. On pourra toujours pleurer en voyant un groupe perçu comme “communautariste” mais tant que l’on continuera à enfermer et à coller des étiquettes pleines de mépris, comment voulez-vous qu’on croit au “vivre ensemble” ? D’ailleurs, vous avez peur de la viande halal, d’un foulard, d’une barbe, d’une jupe longue mais vous tenez à vivre ensemble ? Pour ma part, je ne veux pas vivre avec un grand nombre de personnes – l’axe qui va de l’islamophobie à l’antisémitisme en passant par le sexisme, le racisme et l’homophobie – à commencer par ceux qui, à votre façon, surfent sur des peurs fondées sur des fantasmes sans jamais s’attaquer à leur origine : l’état.