Archives par étiquette : Réseaux Sociaux

Homophobie : De Cyril Hanouna à la Tchétchénie

“Et toute la peine continue de grandir. Et je prétends ne rien sentir”.

Courtney Love – Uncool (America’s sweetheart)

Hélas, l’ambiance est au beau fixe homophobe et la haine prouve qu’elle peut être fédératrice et toujours aussi dévastatrice quand on se trouve du mauvais côté de la grille. On peut se réfugier sous l’arbre de l’intimité solitaire et lever les yeux sur la nuit étoilée pour y peindre ses modestes rêves de paix mais les mots et les actes des autres arrivent à faire un bruit qui neutralise tout espoir.

50 nuances d’homophobie

L’homophobie, qu’elle soit celle d’un animateur télé sympathique ou de celle des milices du président Kadyrov, en passant par celle de différents groupes politiques ou d’états, reste de l’homophobie. Certes, l’écart est grand, entre l’insulte et le meurtre tout comme entre la société et les lois mais le fond reste le même : la haine. Dans le grand pot pourri homophobe, Il y a de tout : ceux qui se raclent passionnément le fond de la gorge pour cracher à la gueule de ceux qui subissent, ceux qui tournent le dos sans même un regard par dessus l’épaule, ceux qui condamnent mais en tolérant l’intolérable, ceux qui préfèrent regarder de l’autre côté, ceux qui préfèrent en rire et ceux qui préfèrent déplacer le problème.

Le cas Tchétchène

Ou plutôt le silence chaotique. Des homosexuels tabassés, enlevés, séquestrés, tués ou en fuite pour ceux qui auraient cette possibilité, pour ne pas parler de chance. Les témoignages relatés se ressemblent souvent : la bête à traquer est piégée, brutalisée et condamnée à une mort atroce. Au plus haut niveau de l’état, on conteste l’actualité puisque, et c’est souvent le cas, on prétend que l’homosexualité n’existe pas.

De notre côté, le silence est presque chaotique, même si l’on est quelque peu habitués à ce son qui ne fait que trahir la présence d’un tabou. Lors de l’abominable meurtre de masse à Orlando, rares étaient les médias dits “grands publics” à avoir parlé explicitement d’homophobie. Il y avait eu quelques rassemblements et pancartes colorées pour exprimer une solidarité sincère et émouvante mais alors que l’on s’attendait à avoir cette discussion tant espérée, il n’y eut rien.  Quelques mots presque réconfortants, beaux sur l’instant, doux quand on les reçoit comme de petites pincées d’amour saupoudrées lentement mais sans conséquence. Ce soir, quand des tchétchènes ne pourront pas fuir, à la fois parce que l’horreur les aura rattrapés et parce que personne n’aura voulu les accueillir, que fera l’humanité?

L’homophobie pour tous

 

Il est très difficile de rire devant les récentes frasques audiovisuelles de Cyril Hanouna et pour cause : elles amplifient l’écho d’un passé, plus ou moins lointain, et rappellent combien l’homophobie coule comme un ruisseau tranquille dans notre société. De par son comportement, Hanouna rappelle les quarts d’heures d’humiliation et de souffrance qui durent, en réalité, plus longtemps quand on s’aperçoit qu’on est forcés d’en trimballer les souvenirs le temps d’une vie et qu’il est difficile de trouver une pommade qui en efface la trace qu’ils laissent. Dans le faux piège tendu par Hanouna, j’ai revu beaucoup d’histoires; celles qui m’ont été racontées en chuchotant, avec la voix de la prudence. Celle de l’enseignant piégé par un élève via un site de rencontres, celle de Michael Sandy, celle de Bruno Wiel, celle de Matthew Shepard

Il y a, hélas, ceux qui s’obstinent à défendre Hanouna. Les arguments avancés partagent cet air de famille avec ceux qui sont couramment utilisés pour se dérober à toute accusation de racisme ou de sexisme. “Comment pourrait-on oser croire qu’un homme, si ouvert et bienveillant, qui soutiendrait des associations de lutte contre l’homophobie, pourrait être homophobe?”. “Cyril ne pourrait pas être homophobe : il a des homos dans son équipe!”. “Hanouna pratique l’humour, ce n’est pas un drame”. “Cyril Hanouna vit tellement mal qu’on le traite d’homophobe qu’il en a pleuré”. “On peut se moquer des homosexuels sans être homophobe”. C’est vrai que récupérer les outils les plus violents de l’homophobie mais les enrober vulgairement d’un humour lourd et facile, caricatural, stigmatisant dans lequel les grands perdants se reconnaissent, ce n’est pas homophobe. C’est juste divertissant, voyons. Désolé mais rire, ce n’est pas humilier. Aimer, ce n’est pas accabler. Et la meilleure façon de soutenir, ce n’est pas de donner de l’argent à des associations de défense des homosexuels mais de veiller à ce qu’on ne contribue pas, de loin ou de près, à exacerber leur souffrance ou à forcer leur exil.

Donc ?

J’en terminerais avec un appel lancé aux sages gardiens autoproclamés de la linguistique, historiens de tout et de rien à leurs heures perdues mais qui ne peuvent s’empêcher de prendre en otage le langage : prenez un fauteuil et taisez-vous. Tout comme l’islamophobie, l’homophobie est une haine à la férocité variable et il appartient aux concernés de la définir selon leurs critères à eux et non selon ceux dont l’avis est souvent impertinent et révélateur de leur plus grande crainte : celle de se retrouver dans celui qu’on pointe du doigt. La particularité de la haine, c’est qu’elle a plusieurs modes d’expression, de l’accident à l’acte assumé, mais soyez rassurés : on peut en guérir.  A condition de le vouloir.

 

Maroc Hebdo : Quand les masques tombent…

Impossible de ne pas être passé à côté de cette sordide “actualité” qui a le malheur d’être sur toutes les lèvres. Impossible de ne pas tomber sur quelqu’un, entre la machine à cafés et l’entrée du parking, qui ne soit pas en train de parler de cette honteuse “Une”. Impossible de ne pas avoir le droit, que ce soit lors du déjeuner de midi ou à la pause clopinette/cacahuètes, à un débat presque enflammé sur cette “une” qui mélange savamment des thématiques qui n’ont absolument rien à voir.

Une couverture des plus racoleuses à la mythologie savamment étudiée.

la-une-homophobe-de-maroc-hebdo-fait-reagir_0Sans faire dans le suspense à deux balles, vous devinerez, après avoir lu le titre et l’introduction, que je fais référence à cette “une” scandaleuse de Maroc hebdo. Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vais analyser la couverture car c’est elle qui a cristallisé nos réactions. En accroche, on se demande s’il faut brûler les homos suite au rapport du ministère de la santé sur la dépénalisation de l’homosexualité. Ok. Comme illustration, on fait dans le cliché qui conforte les plus conservateurs dans leur fantasme du péril homosexuel : deux hommes, apparemment “tendres” l’un envers l’autre, au bord d’une piscine. Ils ne sont pas “basanés” donc on peut s’imaginer qu’il s’agit de touristes occidentaux. Pour une personne “franco-française” qui ne connait pas la situation de l’homosexualité au Maroc, cette représentation n’a rien de particulier; comme d’habitude, l’homosexualité est représenté sous les traits d’un couple d’homme heureux, jamais de lesbiennes. Ceux qui ne connaissent pas la situation, ne voient pas le jeu pervers de cette image. En effet, avec cette photo, alimente, de façon subliminale, le rejet de l’homosexualité telle qu’elle est perçue au Maroc; c’est une façon implicite de dire aux marocains que l’homosexualité, pas de ça chez nous, c’est pour les riches occidentaux égarés dans leur luxure, ceux qui, jadis ont colonisé et pillé vos parents (voir même “violé vos gamins” vu l’amalgame qui est entretenu entre pédophilie et homosexualité…). Avec une telle mise en scène, l’homosexualité ne peut être que rejetée puisqu’elle se nourrit des cicatrices encore récentes de l’histoire coloniale. Et Maroc Hebdo, après avoir osé une accroche des plus provocantes et des plus haineuses, ose dire avoir cherché le débat ?

Quand le “Oui mais pour les arabes, c’est différent, quoi!” trahit un rapport de domination non assumé et un universalisme qui n’existe que dans la tête de ceux qui ont décidé de décider pour la planète entière.

En France, l’émotion s’est vite faite entendre sur les réseaux sociaux. En effet, comment rester de marbre quand on lit un tel titre ? Comment ne pas céder à la rage quand on lit de tels propos ? Comment ne pas avoir envie de brûler – à distance – un tel torchon? Cependant, personne n’a lu le contenu de l’article. Je me pose donc des questions : si Maroc Hebdo était Charlie Hebdo, aurait-on eu la même indignation? Certainement pas. On aurait pensé à une couverture provoc’. Il parait que c’est drôle parce que c’est Charlie Hebdo. De ce fait, les limites sont abolies parce que Charlie Hebdo est “dans le camps du bien” et ne peut donc pas, même quand il provoque, être offensant, au seul motif que c’est Charlie Hebdo. Il faut en rire sinon, on nous dira, comme à chaque fois, qu’on ne peux plus parler de rien, qu’on ne peut plus rire, “blablabla liberté d’expression”, etc.. Si Maroc hebdo était Valeurs Actuelles, on s’indignerait. On les taxerait de réac’. Sauf que Maroc Hebdo est Maroc Hebdo; c’est un parfait inconnu dans le monde de la presse française mais que certains s’autorisent à juger sans lui accorder le privilège Charlie (“Charlie Hebdo raciste ? Jamais! C’est de la bonne provocation, pardi!”). A une époque où les médias sont de plus en plus boudés par le peuple, qu’on soit Marocain ou Français, on n’ose pas imaginer, que Maroc Hebdo soit un magazine qui fasse ce qui est très à la mode, surtout chez nous, à savoir de la provocation juste pour vendre du papier. On n’ose pas s’imaginer l’espace d’un instant, que ce titre, n’est qu’une “blague” de mauvais goût juste pour le “buzz”, juste pour “attirer” le lecteur. On accepte largement que des “féministes” se promènent topless pour attirer l’attention mais on n’applique pas cette même règle à un journal qu’on ne connait pas. En ce qui me concerne, je connais Maroc Hebdo. Et surtout, je déteste Maroc Hebdo.

Loin de moi l’idée d’approuver une telle Une que je trouve particulièrement offensante, mais j’avoue être reconnaissant à cette actualité quand je vois ce que révèlent les vagues d’indignation soulevées par cet évènement. Car on en découvre, des comportements jusque là cachés. Les militants français les plus émotifs se lâchent et vous appellent à boycotter le Maroc. Du haut de leur grandeur, ils pensent que se priver de séjours à Marrakech ou à Casablanca y changera quelque chose. Ils pensent peser un poids économique suffisamment lourd pour le Maroc pour que leur boycott s’avère significatif alors que je doute qu’elle profite aux faibles, à savoir aux LGBT. Vous voulez un réel boycott qui ait du poids économiquement (sans preuve de son efficacité) ? Commencez par demander à nos gouvernements d’arrêter le pompage massif des ressources marocaines et passez vous des nombreux produits originaires du tiers monde homophobe. Sans ça, votre boycott, c’est “que d’la gueule”, aussi caricatural qu’un gamin qui boude dans son coin en pensant que cela bénéficierait aux LGBT de “la bas”. C’est d’ailleurs amusant de voir que ce sont ces mêmes esprits qui s’indignaient, au nom de la liberté d’expression, que des musulmans se sentent particulièrement blessés par les caricatures publiées dans Charlie Hebdo. Ces même esprits étaient les mêmes qui, au début de l’invasion de l’Irak par Bush, me disaient trouver inefficace le boycott des produits français exportés aux USA. Alors, ça fait quoi d’être insulté, rabaissé et utilisé pour faire soit-disant avancer le débat comme le prétend le communiqué publié par Maroc Hebdo ?

Il y a le penchant homonationaliste qui se frotte les mains d’une telle Une. C’est une occasion en or pour tout raciste qui saisit toute opportunité de montrer sa supériorité sur les peuples du sud en se vantant de la progression des droits des LGBT occidentaux en comparaison avec ceux des LGBT du tiers monde. Vous pensiez qu’instrumentaliser la Une racoleuse d’un magasine pour basculer dans la haine était réservé aux fanatiques religieux ? Détrompez-vous : certains vont jusqu’à envisager de “pourrir la vie aux Marocains sur le sol français. Notamment en leur coupant les allocs”*. Ce n’est pas de l’intolérance ou du racisme, voyons : c’est bien connu, les marocains qui vivent sur le sol français sont des pompeurs d’allocations, venus uniquement pour les aides sociales, hein. C’est fou combien le fait de constater une injustice peut pousser à soutenir d’autres injustices! J’attends qu’on me démontre quand même, moi le petit ignare, ce que pourrir la vie à des innocents qui se trouvent en France, pourra apporter comme progrès à d’autres innocents aux Maroc. J’aimerais également savoir, si en suivant cette logique, on pourrait envisager de pourrir la vie aux retraités Français vivant au Maroc en leur coupant la longue liste d’avantages dont ils jouissent afin d’améliorer la vie… des chômeurs français, par exemple? Au fait, ça veut dire quoi, “pourrir la vie” ? Parce que, si on s’indigne de l’intolérance de l’homophobie, si c’est pour devenir à notre tour tout aussi “pourris”, cela ne sert strictement à rien… Qu’est-ce qu’on est fiers, quand même, d’être des occidentaux qui vivent dans le luxe d’une homosexualité dépénalisée et d’un mariage pour tous adopté à la majorité ? Même si on a ni PMA, ni GPA ni même réellement fait progresser nos mentalités sur l’homosexualité, que l’homophobie est un vrai problème (la transphobie, n’en parlons pas), on est prêts à se lâcher sur le moindre fait divers homophobe tant qu’il nous permet de montrer au monde entier combien on est ouverts, progressistes et tolérants!

Au delà de cette polémique, ce qui est le plus savoureux, c’est de voir à quel point les masses sont ignorantes. Tout comme pour les droits des femmes, il suffit d’un sordide fait d’actualité pour que les plus idiots d’entre nous prouvent leur ignorance en matière de droits et de libertés. Aujourd’hui, en 2015 et en France, “on” découvre le statut de l’homosexualité au Maroc au regard de la loi. On découvre une seule couverture de magazine homophobe et c’est tout un pays, avec sa communauté LGBT, qui est jeté à la poubelle. Dites, LGBT blancs ignorants, si vous fondez aujourd’hui votre vision de la question homosexuelle au Maroc sur la couverture de Maroc Hebdo pour en conclure que le Maroc c’est l’enfer homophobe, acceptez-vous que l’on considère et résume votre France championne des droits des LGBT comme un pays super raciste si on se base sur la quantité phénoménale de couvertures racistes de magazines ? Comprendriez-vous un boycott massif de pays dont on dépend économiquement – les fameuses pétromonarchies – au seul motif qu’on a vraiment un gros problème avec tout ce qui n’est pas blanc, de culture athée ou judéo-chrétienne ?

En France, on s’émeut de la condition homosexuelle au Maroc. Sans jamais se poser les bonnes questions. Inévitablement, on en vient à parler d’Islam sans aller plus loin. Si l’on souhaite être honnête, au lieu de rabaisser les pays qui n’ont pas la même “ouverture” que nous, on devrait se rappeler que la dépénalisation de l’homosexualité est encore très récente en France quoiqu’on en pense. On devrait également se rappeler que malgré tout, l’homophobie est encore encrée dans la société française. Ironiquement, on s’émeut de la condition des LGBT du Maroc au regard de la loi sans jamais rappeler que le fameux article 489 n’est qu’un copié collé de l’article 331 du code pénal… français.

L’Avenir, la tolérance et nous

Entre temps, Maroc Hebdo a retiré ce numéro. Les champions de la liberté d’expression s’en félicitent. L’intolérance a été battue. Le débat sur la censure et la divergence d’opinion n’a plus lieu d’être, pour une fois. Quant aux Marocains et aux Marocaines, s’est-on donné la peine de leur demander leur avis ? Pourquoi est-ce que notre journalisme contemporain qui n’hésite pas à donner dans les micro-trottoirs les plus loufoques n’est pas allé “sonder” l’opinion marocaine ? Il devrait car cette triste affaire aura au moins ça de bon : la UNE est majoritairement critiquée sur les réseaux sociaux par les marocain-e-s qui en honte, comme c’était déjà le cas en 2012 lors d’une UNE qui visait les subsahariens (présentés comme un danger…). Sauf que ça, personne n’en parle. Peut être pour entretenir le mythe de ce silence qui approuve?
Je n’ai jamais apprécié cette presse pyromane, qui, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons, a recours à des formules choc pour se vendre. Je n’ai aucun respect pour cette presse qui adore le feu, qui méprise la réalité et se jette dans la tendance de l’instant en dépassant la ligne jaune juste pour se croire pertinente. A une époque où la question LGBT est instrumentalisée partout pour servir d’autres intérêts que ceux des premier-e-s concerné-e-s, à une époque où l’homophobie est presque générale et toujours visible, quel genre de débat peut-on espérer attendre avec une telle couverture ? Au final, plus qu’aux homonationalistes de pacotille, aux militants français LGBT qui se lancent avec prétention dans des campagnes de Boycott (sans pour autant boycotter des pays qui piétinent des droits tout aussi basiques mais qui échappent à toute critique parce qu’ils sont gay friendly), mes pensées vont vers ces LGBT du monde entier qui tentent, par tous les moyens, que cela nous plaise ou non, de survivre. Mes pensées sont pour les LGBT, les minorités, les “moins que rien”, les dépravé-e-s qu’on marginalise quand on ne les brutalise pas, les “déviant-e-s” et tous les damné-e-s de la planète qui luttent à leur façon sans l’intrusion de forces extérieures qui ne sont intéressées que par leur statut de LGBT et rien d’autre.

* : Voir ici les réactions ô combien racistes et effarantes. Vous pourrez lire la prose de Michel Khechab qui veut pourrir la vie des marocains. L’intolérance appelle l’intolérance…